Rechercher

27/11/2022 07:31

Le risque de coupures ciblées d'électricité en janvier ou février n'est pas à "exclure" mais l'hiver le plus à risque sera "probablement" celui de 2023-2024, selon la présidente de la Commission de régulation de l'énergie

Le risque de coupures ciblées d'électricité en janvier ou février n'est pas à "exclure" mais l'hiver le plus à risque sera "probablement" celui de 2023-2024, a estimé la présidente de la Commission de régulation de l'énergie Emmanuelle Wargon. "On a un hiver délicat là maintenant et on a probablement aussi un hiver délicat ou difficile en 2023-2024. C'est là aussi que ce qu'on fera sur les importations de gaz, les importations d'électricité, la suite des mesures d'urgence communautaires, le début de la réflexion sur l'organisation du marché, cela jouera sur l'hiver 23-24", a-t-elle déclaré sur BFM Business.

"On a une belle probabilité que ça se passe finalement pas trop mal pour l'hiver 2022-23. Pour 2023-2024, c'est encore vraiment très incertain", a-t-elle ajouté, reconnaissant que ce deuxième hiver sous tension serait "probablement" le plus risqué. Concernant cet hiver, elle a de nouveau indiqué qu'on ne pouvait "exclure qu'il y ait des coupures ciblées. Ce n'est pas sûr à 100%. Cela dépendra de notre sobriété ou pas, de la météo, de notre capacité de réaction au moment où le gestionnaire de réseau RTE annonce que c'est très tendu".

Le réseau de distribution électrique "Enedis s'y prépare avec les préfets au cas où. On est toujours dans du 'au cas où'. Ce n'est pas écrit que cela se produira", a-t-elle souligné La crainte de coupures a été ravivée après les dernières prévisions de RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, qui a averti vendredi dernier d'un risque "élevé" de tensions sur le système électrique en janvier, en raison du redémarrage plus lent que prévu de réacteurs nucléaires d'EDF - dont près de la moitié sont encore à l'arrêt.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions