18/11 14:12

Sur les 234 rescapés de l'Ocean Viking, 123 migrants ont fait "l'objet d'un refus d'entrée sur le territoire" français, annonce le ministère de l'Intérieur - L'agence française de l'asile a "émis 66 avis favorables à une admission"

Plus de la moitié des rescapés de l'Ocean Viking, soit 123 migrants ont fait "l'objet d'un refus d'entrée sur le territoire" français, a indiqué devant le Conseil d'Etat le ministère de l'Intérieur, une semaine après l'accueil du navire humanitaire à Toulon.

Sur les 234 personnes secourues par le bateau ambulance en Méditerranée, 189 rescapés, soit tous les adultes placés dans une "zone d'attente" fermée, ont été interrogés par l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), qui a émis "123 avis défavorables" et ces personnes "font l'objet d'un refus d'entrée sur le territoire", a déclaré Charles-Edouard Minet, sous-directeur du conseil juridique et du contentieux du ministère, lors d'une audience consacrée à la pertinence de la zone d'enfermement créée par les autorités.

L'agence française de l'asile a "émis 66 avis favorables à une admission sur le territoire", a précisé ce représentant du ministère. "Tous ceux avec avis favorable et ceux dont le juge judiciaire a décidé la libération sont orientés vers les dispositifs de l'asile", a-t-on souligné Place Beauvau auprès de l'AFP.

Ces personnes "vont pouvoir être relocalisées" vers les onze pays européens (dont l'Allemagne, la Finlande ou le Portugal) qui s'étaient portés volontaires pour les accueillir après leur débarquement en France, a indiqué la même source.

Le ministère de l'Intérieur n'a pas indiqué, toutefois, si les 123 rescapés qui se sont vus opposer un refus d'entrée sur le territoire allaient faire l'objet d'une procédure d'expulsion.

En début de semaine, au moment où toutes les auditions par l'Ofpra n'étaient pas encore terminées, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait affirmé devant l'Assemblée nationale qu'au moins 44 personnes qui avaient reçu un avis défavorable seraient "reconduites" dans leur pays d'origine "dès que leur état de santé" le permettrait.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Soulejack
18/novembre/2022 - 16h19

les 123 on va bientôt les croiser dans les rues.

Portrait de wicket
18/novembre/2022 - 15h59

et après, ils vont en faire quoi de tous ces brages gens ?smiley

Portrait de MICMAH458
18/novembre/2022 - 15h34
Titou17 a écrit :

Par moment le terme "Rescapés" me fait rire !!!!!!!!!!!!!!!!!

En effet, arrêtons de parler de rescapés : il n'y avait aucun blessé, aucun malade, aucun en danger dans ce bateau qui n'aurait jamais dû atteindre nos eaux territoriales.  Ce sont des passagers qui ont payé l'une ou l'autre organisation de passeurs, et qui ont eu la chance d'être récupérés par l'organisation SOS Méditerranée, dont le but principal sinon essentiel, est de manœuvrer pour que le gouvernement accepte que les migrants débarquent sur le sol français.  A partir de là, c'est gagné puisque cette organisation (financée par des Villes, des Régions) sait pertinemment que nos dirigeants aux grands cœurs, humanistes dans l'âme, vont faire le nécessaire pour faciliter leur entrée dans notre pays (ou en tout cas auront beaucoup de mal à les en exclure).

Portrait de Titou17
18/novembre/2022 - 15h13

Par moment le terme "Rescapés" me fait rire !!!!!!!!!!!!!!!!!

Portrait de La danse du balais
18/novembre/2022 - 14h41

Prout !