16/11 15:31

Le nouveau directeur général d'Orpea, le groupe de maisons de retraite privées, annonce des revalorisations de salaires pour ses salariés et promet de poursuivre un plan d'embauches conséquent

Le nouveau directeur général d'Orpea, le groupe de maisons de retraite privées en mauvaise posture financière et à nouveau visé par des perquisitions, a annoncé mercredi matin des revalorisations de salaires à venir pour ses salariés et promis de poursuivre un plan d'embauches conséquent.

"Il y a deux semaines, nous avons eu un premier accord unanime avec les représentants du personnel", a indiqué le nouveau directeur général d'Orpea, Laurent Guillot, sur BFM Business. "En quatre mois avec la nouvelle équipe, nous avons déjà un premier accord avec le personnel", s'est-il félicité. "Évidemment je ne vais pas vous dire aujourd'hui quelle va être l'augmentation mais ça fait partie des mesures qu'on va faire", a-t-il souligné.

"Évidemment", a-t-il poursuivi, "on va aussi embaucher, c'est absolument nécessaire". Il a rappelé s'être engagé à embaucher 550 personnes par mois d'ici la fin de l'année, plus 800 par mois l'année prochaine. En réalité, "depuis début septembre, nous faisons 800 embauches par mois", a-t-il affirmé.

L'entreprise compte 71 000 salariés, dont 26 000 en France. "On arrive à recruter car ce sont des métiers qui ont du sens", a estimé M. Guillot. La nouvelle direction d'Orpea, qui gère plus de 350 établissements en France pour personnes âgées dépendantes, a présenté mardi un plan pour remettre sur les rails le groupe de maisons de retraite privées, dans la tourmente depuis la publication en janvier du livre-enquête "Les Fossoyeurs", qui dénonçait une maltraitance des résidents, des manquements dans la gestion du personnel et un usage abusif des fonds publics.

Orpea fait l'objet d'une enquête pour maltraitance institutionnelle et infractions financières. Dans ce cadre, des perquisitions ont été lancées mardi "dans toute la France" dans "plusieurs dizaines d'établissements" du groupe et prévues "sur plusieurs jours", selon une source proche du dossier.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Arizona Jim
17/novembre/2022 - 10h58

15 millons...ça paye largement un tueur à gagesmiley

Il a bien fait de refuser, sans cela il aurai reçu ses deniers et le coup de poignard dans le dos aprèssmiley(comme dans les vieux péplum)

Portrait de Glaucus
17/novembre/2022 - 00h07

C'est super glauque chez euxsmiley

Portrait de MICMAH458
16/novembre/2022 - 17h24

La revalorisation des salaires, ce n'est pas trop ce qu'il lui était demandé : le problème soulevé était la maltraitance, le manque de soins, d'empathie de certains des dirigeants et personnels soignant, à l'encontre de ces malheureuses personnes âgées qui étaient considérées comme des clients à qui on adresse les factures, et sur le dos desquels le système essayait d'engranger un maximum de bénéfices pour mieux rétribuer les actionnaires.