04/10 07:31

Le 29e Prix Bayeux des correspondants de guerre a inauguré un mois d'expositions sur le conflit en Ukraine, la vie des femmes en Afghanistan, la rébellion soudanaise ou encore Haïti

Le 29e Prix Bayeux des correspondants de guerre a inauguré un mois d'expositions sur le conflit en Ukraine, la vie des femmes en Afghanistan, la rébellion soudanaise ou encore la violence en Haïti. Au coeur de cette 29e édition, l'invasion de l'Ukraine par son voisin russe fait l'objet de plusieurs expositions et projections, une soirée sur la couverture médiatique complète la programmation autour de l'invasion russe ainsi qu'une soirée d'échanges sur "la guerre russe de Tchétchénie".

Un lien évident pour le photojournaliste allemand Thomas Dworzak, 2e prix photo à Bayeux en 2000 pour son travail sur le conflit en Tchétchénie et président du jury 2022: "Pour moi, la Tchétchénie c'était très important. Je ne peux pas croire que, de nouveau, on assiste à la même chose 20 ans plus tard, rien n'a changé".

Aujourd'hui basé à Paris après 20 ans dans le Caucase, le reporter regrette un déséquilibre dans la couverture: "J'aimerais bien en savoir plus sur la Russie. D'une certaine manière c'est là que ça se décide, l'Ukraine c'est bien couvert mais en Russie c'est compliqué, contrôlé, il y a de moins en moins de journalistes".

Rencontré par l'AFP à l'Hôtel du Lion d'Or, lieu de résidence des correspondants de guerre alliés après le débarquement de 1944 sur les côtes normandes, M. Dworzak souhaite aujourd'hui que la profession reste en bonne santé. "C'est facile d'aller en Ukraine aujourd'hui, pas cher.

Les deux grandes histoires de l'année sont sans aucun doute l'Ukraine et l'Afghanistan mais les deux problèmes de la profession sont de ne pas oublier les autres et de ne pas s'habituer à ces conflits", conclut-il. Ne pas oublier les autres, c'est notamment documenter la place des femmes en Afghanistan depuis le retour au pouvoir des talibans, ainsi que rapporter la situation au Darfour en proie à la guerre civile soudanaise.

L'Hôtel du Doyen abrite lui une exposition inédite sur les photographies d'Albert Londres. Sur plus de 300 candidatures, 50 reportages radio, photo, presse écrite et télévision ont été pré-sélectionnés en juillet 2022. La remise des prix aura lieu samedi en fin de journée.

Ailleurs sur le web

Vos réactions