18/09 15:31

Décès d’Elizabeth II: La série "The Crown" revient souvent dans les hommages et beaucoup reconnaissent que leur affection pour la Reine a grandi au fur et à mesure des épisodes

Par Caroline TAIX

"J'ai adoré +The Crown+". Devant le palais de Buckingham, la série à succès de Netflix revient souvent dans les hommages et beaucoup, surtout les touristes, reconnaissent que leur affection pour Elizabeth II a grandi au fur et à mesure des épisodes. La foule s'est pressée contre les barrières devant Buckingham et soudain le roi Charles III et la reine consort Camilla passent dans leur Rolls Royce. "Je me demande si tout ce qu'on vit en ce moment sera un jour dans la série", s'interroge Liz Baxter, 68 ans, venue avec sa fille rendre hommage à la reine, décédée le 8 septembre après 70 ans de règne.

La plupart des personnes rencontrées par l'AFP autour du palais royal ont vu "The Crown". Cette série, l'un des plus grands succès de Netflix et qui a commencé à être diffusée en 2016, dépeint la vie de la reine Elizabeth II confrontée à la tâche démesurée d'administrer la plus célèbre monarchie du monde pendant plusieurs décennies, en mettant en scène scandales, crises politiques et la relation qu'elle entretient avec son mari Philip. Selon le Guardian, qui cite des données de Whip Media, l'audience de la série a augmenté de 800% au Royaume-Uni le week-end qui a suivi la mort de la reine, par rapport à la semaine précédente. Aux Etats-Unis, il y a eu quatre fois plus de téléspectateurs, et en France, trois fois plus.

La cinquième saison devrait sortir à l'automne. La sixième saison est actuellement en tournage. Virginie Verrez, une Française de 33 ans venue à Londres quelques jours pour le travail, a particulièrement aimé les deux premières saisons, où on voit Elizabeth II devenir reine. "J'ai découvert beaucoup sur cette famille. Je ne connaissais pas grand chose en fait et ensuite, j'ai eu davantage d'intérêt pour les membres de la famille royale". Elle a par exemple suivi la mise en retrait fracassante de Harry et Meghan de la monarchie en 2020 puis leurs interviews choc dans les médias américains. "J'ai mieux compris le fonctionnement de la monarchie britannique. Par contre, je suis contente de vivre dans une république. Tout ceci me semble un peu archaïque!". 

Sanne Wintren, 34 ans, est venue de Suède avec quelques copines pour le week-end. Elle a déposé des fleurs en mémoire de la reine. "En Suède, on ne s'intéresse pas tant que ça à notre famille royale", dit-elle. Mais après avoir vu "The Crown", elle n'a pas pu décrocher: elle est devenue obsédée par Diana et a vu "tous les documentaires" sur sa vie. Diana fait partie des sujets hautement sensibles. "La série est très pro-Diana", reproche Liz Baxter. La saison 4 avait été fortement critiquée au Royaume-Uni, accusée de dresser un portrait négatif du prince Charles. Le débat est lancé. "Avant, Charles, pour moi, c'était le méchant. La série m'a fait comprendre qu'il a été empêché de vivre son histoire d'amour", dit de son côté Sanne Wintren.

Une Anglaise, âgée "comme Charles de 73 ans", qui n'a pas souhaité donner son nom, ne veut pas croire que Philip, le mari de la reine, a eu des liaisons comme c'est suggéré dans "The Crown". "Je me demande à quel point ce qui est raconté dans la série est juste". Une question qui semble préoccuper les Britanniques mais très peu les étrangers. "J'ai beaucoup plus de sympathie pour elle. Je ne savais pas qu'elle avait dû renoncer à tant de choses dans sa vie pour devenir reine", renchérit Gai Reckless, une Australienne, arrivée de Sydney le lendemain de la mort d'Elizabeth. "Toutes les épreuves qu'elle a dû traverser!", s'exclame Liz Baxter.

"Elle était l'élément solide de la famille". "On l'adorait déjà avant!", lâchent deux copines venues de Manchester pour un dernier hommage, Julie Williams et Julie Grime, 63 ans. "Etre ici, devant Buckingham avec tout ce monde, c'est comme vivre un épisode", confie la seconde. "On assiste à la fin de la série là", souligne pour sa part Virgine Verrez.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions