09/10/2022 07:16

Environ 5% des offres publiées sur le site de Pôle emploi seraient illégales - L'opérateur conteste une étude de la CGT qui "amalgame qualité et légalité" en affirmant que "76% des offres" le sont

Environ 5% des offres publiées sur le site de Pôle emploi sont illégales, a indiqué à l'AFP l'opérateur, contestant une étude de la CGT qui "amalgame qualité et légalité" en affirmant que "76% des offres sont illégales".

Chaque année, le comité national CGT des travailleurs privés d'emploi et précaires (CNTPEP-CGT) mène une campagne pour dénoncer "les offres mensongères" de Pôle emploi.

Cette année, une vingtaine de ses militants ont étudié "plus de 1.900 offres dans 13 villes (...) Ils ont épluché chaque offre, n'hésitant pas à appeler les agences d'intérim pour constater l'effectivité des allégations affichées sur l'offre et plus particulièrement son existence, sa nature et sa durée", affirme le comité dans son communiqué.

D'après la CGT, ce serait le secteur du bâtiment qui afficherait le plus d'offres d'emploi "bidon" (offres de plateformes partenaires de Pôle emploi déjà pourvues, horaires de travail non précisés...), suivi du secteur des services à la personne.

Mais Pôle emploi conteste la fiabilité de cette étude au périmètre "très restreint et pas représentatif". En outre, la CGT fait "un amalgame entre qualité et légalité" selon Pôle emploi.

"Par exemple, l'absence d'informations sur un planning de travail n'est pas un critère d'illégalité. Ainsi, +CDD renouvelable+ n'est pas illégal car on ne peut savoir s'il le sera réellement", dans le cas par exemple du remplacement d'un arrêt maladie", explique à l'AFP l'opérateur.

Pôle emploi conduit sa propre étude, avec une méthodologie auditée par un cabinet indépendant.

"En 2021, l'étude de 4.973 offres a montré que 94,8% des offres étaient conformes au cadre légal", indique l'opérateur.

Pour éviter la publication d'offres non conformes, le contrôle de Pôle emploi "s'effectue en s'appuyant sur l'intelligence artificielle (...) doublé d'un contrôle par un conseiller dédié entreprises, suivi d'un contact avec l'entreprise".

"Nos partenaires sont soumis aux mêmes critères de conformité pour voir leurs offres publiées. Ainsi, entre le 4 et le 11 septembre 2022, plus de 48% d'offres ont été rejetées (principalement pour des doublons, mais aussi pour des non-conformités...) et donc non publiées", selon l'opérateur.

Pôle emploi indique avoir supprimé "plus de 20.000 offres frauduleuses en 2021" qui ont été identifiées "par la vérification de l'identité du recruteur avant dépôt de l'offre, les signalements par les utilisateurs, et les contrôles menés en interne".

Les demandeurs d'emploi ayant répondu à l'offre "sont systématiquement recontactés pour les informer de la fraude et des voies de recours possibles", précise l'opérateur. 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions