15/08 10:31

L'Académie Goncourt, qui décerne chaque année le plus prestigieux prix littéraire francophone, exprime "son soutien et sa solidarité inconditionnels" à l'écrivain Salman Rushdie

L'Académie Goncourt, qui décerne chaque année le plus prestigieux prix littéraire francophone, a exprimé dimanche "son soutien et sa solidarité inconditionnels" à l'écrivain Salman Rushdie, hospitalisé dans un état grave après avoir été poignardé aux Etats-Unis vendredi.

"Devenu malgré lui un symbole inébranlable de la résistance face au totalitarisme et à l'obscurantisme islamistes, il s'est toujours plu à souligner que cette violence à son endroit avait pour origine une oeuvre de fiction et qu'elle avait paradoxalement pour effet de confirmer la puissance de la littérature", écrit l'Académie Goncourt dans un communiqué.

Menacé de mort depuis une "fatwa" de l'Iran de 1989, un an après la publication de son livre "Les versets sataniques", l'écrivain britannique naturalisé américain a été poignardé une dizaine de fois vendredi dans l'Etat de New York (nord-est des Etats-Unis).

Depuis "l'appel au meurtre" lancé par l'Iran contre Salman Rushdie en 1989, "des éditeurs et des traducteurs de son livre ont été attaqués, tués, blessés un peu partout dans le monde faute de pouvoir en atteindre l'auteur", rappelle l'Académie Goncourt.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Gustave68
15/août/2022 - 15h59

Jacques Chirac, président encensé par le monde médiatico-politique, en février 1989 : " Je n'ai aucune estime pour M. Rushdie. J'ai lu ce qui a été publié dans la presse. C'est misérable. En règle, je n'ai aucune estime pour ceux qui utilisent le blasphème pour faire de l'argent ".