29/07 14:31

Le reflux de la septième vague de l'épidémie de Covid-19 se poursuit en France, avec une amorce de baisse des admissions à l'hôpital, mais les hospitalisations sont encore à un niveau élevé

Le reflux de la septième vague de l'épidémie de Covid-19 se poursuit en France, avec une amorce de baisse des admissions à l'hôpital, mais les hospitalisations sont encore à un niveau élevé, selon le bilan hebdomadaire de Santé Publique France. "La diminution de la circulation du SARS-CoV-2 s’est confirmée sur le territoire national" dans la semaine du 18 au 24 juillet, mais les indicateurs restent "toutefois à des niveaux élevés dans toutes les régions et classes d’âge", observe l'agence sanitaire.

A l'hôpital, "une baisse des nouvelles hospitalisations s’est amorcée" (-4%), mais les nouvelles entrées de patients Covid-19 (8.876) et les nouvelles admissions en soins critiques (823) restent encore à "des niveaux élevés", selon son bilan épidémiologique.

Et il y a des différences "marquées" entre territoires, certaines régions de métropole, notamment Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine et Corse, connaissant toujours une hausse des admissions en soins critiques.

Les décès ont, eux, continué à augmenter, avec 641 à l'hôpital ou en établissement médico-social (+1% sur une semaine).

L'actuelle vague est portée par des sous-variants d'Omicron, notamment BA.5, désormais largement majoritaire. A ce jour, trois cas d'un nouveau membre de la famille Omicron surveillé de près, BA.2.75, ont été détectés en France.

La couverture vaccinale "reste insuffisante", notamment chez les plus âgés, a réaffirmé Santé publique France, appelant à accentuer l'effort.

Seuls 31,2% des 60-79 ans, 41,8% des 80 ans et plus et 46,9% des résidents en Ehpad éligibles avaient reçu leur deuxième dose de rappel au 25 juillet.

Dans une saison estivale de congés et d'activités propices à une augmentation de la transmission du virus, l'agence sanitaire a aussi rappelé la nécessité de l'isolement en cas d'infection et du respect des gestes barrières.

En cas de très fortes chaleurs, l'aération des lieux clos doit se limiter aux heures les moins chaudes de la journée, a-t-elle recommandé.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Breizh974
29/juillet/2022 - 16h46
Julien Ampiot a écrit :

Niveau élevé mais si la vaccination continue de progresser on pourra peut être éviter les nombres de cas en masse avec tout le brassage d'été, on verra en septembre octobre, en attendant il vaut mieux rester prudent et remettre le masque et essayer de garder les gestes barrières le plus possible. 

Il faudrait changer de disque avec la vaccination car la vaccination n'empêche pas la transmission du virus donc c'est tout au plus une protection individuelle. Tu auras beau avoir 100% de vaccinés, tu auras toujours autant de cas. Bon je pense que tu es un troll donc je parle pour ne rien dire.

On nous prend vraiment pour des gosses : lavez-vous les mains, éteignez la lumière, consommez-moins, vaccinez-vous, achetez des véhicules électriques mais ne les utilisez pas tout le temps etc. et je ne parle même pas des délires Woke et compagnie...

A quand les spots de pub à la télé où on vous dira de vous laver les fesses au moins une fois par jour... (quoique non en fait car il faut économiser l'eau smiley ) C'est clownesque... smileysmiley

Portrait de lugus35
29/juillet/2022 - 16h20

"les hospitalisations sont encore à un niveau élevé" : rien à voir avec le Covid, ça fait plusieurs années que c'est pareil, et on peut tout simplement appeler ça "la fin de vie des Boomer" qui engorge les hôpitaux publics, ces hôpitaux qui n'ont pas de moyens car les boomer n'ont pas fait assez d'enfant pour renouveler la population. Nous assistons à la fin de l'état providence, le réel va s'imposer à tous.

Heureusement il y a encore les cliniques privées, sans elles ça serait la pénurie depuis déjà bien longtemps.