11/07/2022 14:43

La juge en charge de l'enquête sur les accusations de viol visant Gérald Darmanin a rendu une ordonnance de non-lieu en sa faveur le 8 juillet dernier, après une plainte pour viol déposée en 2017 par Sophie Spatz

Cinq ans après la plainte déposée par Sophie P.-S. contre Gérald Darmanin pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance pour des faits qui se seraient produits à Paris en 2009, un non-lieu a été ordonné vendredi 8 juillet en faveur du ministre de l’Intérieur, a-t-on appris de l'AFP ce lundi. Le ministre de l'Intérieur était visé par une plainte déposée en 2017 par Sophie Spatz, mais n'a jamais été mis en examen dans ce dossier qui a connu de longs démêlés procéduraux.

Le 12 janvier dernier, le parquet de Paris avait requis un non-lieu en faveur du ministre. 

Depuis 2017, le ministre est accusé de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance par Sophie Patterson-Spatz. En 2009, la plaignante s’était adressée à l’élu, alors chargé de mission au service des affaires juridiques de l’UMP (ancêtre des Républicains), pour obtenir un appui alors qu’elle voulait faire réviser une condamnation de 2004 pour chantage et appels malveillants à l’égard d’un ex-compagnon.

Selon elle, M. Darmanin lui aurait fait miroiter son appui auprès de la chancellerie via une lettre, en échange de faveurs sexuelles qu’elle aurait acceptées, se sentant contrainte de « passer à la casserole », selon son expression devant les enquêteurs.

Echange-clé du dossier, dans la nuit du 17 décembre 2009, Mme Patterson-Spatz lui écrit ce SMS : « Abuser de sa position. Pour ma part, c’est être un sale con (…). Quand on sait l’effort qu’il m’a fallu pour baiser avec toi. Pour t’occuper de mon dossier. » Moins de deux heures après, celui-ci répond : « Tu as raison, je suis sans doute un sale con. Comment me faire pardonner ? »

Deux plaintes simples de Mme Patterson-Spatz ont déjà été classées sans suite, tandis qu’une juge d’instruction avait refusé en août 2018 d’enquêter à la suite d’une troisième plainte avec constitution de partie civile.

Après de longs démêlés procéduraux, la cour d’appel de Paris avait ordonné en juin 2020 la reprise des investigations.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de fifeur
11/juillet/2022 - 20h31

On comprend mieux le maintien en place de Dupont-moretti. Le rempart judiciaire de nos ministres!

Portrait de MICMAH458
11/juillet/2022 - 17h39
Petit Roquet a écrit :

Des années après = pas crédible

Quand allez-vous comprendre cette règle de base, les mâles bêta ?

C'est toujours parole contre parole, le temps n'y fait rien.  Mais comme je l'ai vu ci-dessous, je suppose qu'une partie des interlocuteurs en sont encore à l'idée que, lorsque deux personnes couchent ensemble par intérêts communs, le type (darmarin pour ce qui nous occupe) est un séducteur, et la femme est une pute.  C'est très réducteur, dans l'un et l'autre cas.

Portrait de MICMAH458
11/juillet/2022 - 17h10
serguei a écrit :

La pouf déjà condamnée pour un motif similaire et qui se réveille 9 ans après les faits, ça vous parait beaucoup plus glorieux ... et crédible ?...

Un non-lieu ne signifie pas que les faits n'ont pas eu lieu, et la façon dont vous parlez des femmes n'est pas très glorieux non plus.  Mais vous concernant, c'est peut-être crédible...

Portrait de bergil
11/juillet/2022 - 16h01
MICMAH458 a écrit :

Comment dire que je ne suis même pas étonné, et pouvait-il en être autrement ?  Parler de viol me paraît disproportionné, mais évoquer un chantage qui consiste à rendre un service contre d'autres "services", on ne serait peut-être pas bien loin de la vérité.  Si c'est le cas, profiter d'une situation pour obtenir ce que l'on n'aurait pas eu en d'autres circonstances, ce n'est pas bien glorieux.

ce n'est pas bien glorieux... surtout pour un ministre de l'intérieur !

Donc si on comprend bien il a été renommé ministre alors que le non-lieu n'était pas encore prononcé !

Portrait de MICMAH458
11/juillet/2022 - 15h11

Comment dire que je ne suis même pas étonné, et pouvait-il en être autrement ?  Parler de viol me paraît disproportionné, mais évoquer un chantage qui consiste à rendre un service contre d'autres "services", on ne serait peut-être pas bien loin de la vérité.  Si c'est le cas, profiter d'une situation pour obtenir ce que l'on n'aurait pas eu en d'autres circonstances, ce n'est pas bien glorieux.

Portrait de COLIN33
11/juillet/2022 - 14h56 - depuis l'application mobile

une autre décision aurait été peu envisageable ! certains profitent de protections divines (lol) .....