03/07 15:41

Les confidences bouleversantes de Françoise Hardy, en rémission, sur son état de santé: "J’aimerais parfois partir pendant mon sommeil et ne pas me réveiller"

Dans une interview accordée au Journal du dimanche, Françoise Hardy évoque son combat contre son cancer. Mais surtout, l'artiste, qui est aujourd’hui en rémission, ne cache pas ses souffrances et évoque même son rapport à la mort: "Je pense depuis longtemps que la mort n’est que celle du corps qui appartient au monde matériel, mais pas de l’esprit (de l’âme) que la mort physique libère et qui est d’une autre essence".

Et d'ajouter: "Cela ne m’empêche pas d’avoir peur de mourir. Pas de la mort elle-même, mais de la terrible souffrance de la séparation d’avec mes proches les plus chers et de la souffrance physique que mourir implique le plus souvent.".

Françoise Hardy décrit également son quotidien difficile, notamment à cause des séquelles de son cancer et de son traitement: "Depuis mes 45  radiothérapies, l’absence définitive de salive et le manque d’irrigation du crâne et de toute la zone ORL ont rendu ma vie cauchemardesque. Je passe au moins cinq heures par jour à m’alimenter", précisant être "toujours menacée d’hémorragies nasales" à cause de ses narines trop sèches et obstruées. Et de confier: "Ma vie est devenue si difficile que j’aimerais parfois partir pendant mon sommeil et ne pas me réveiller.".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Electro
4/juillet/2022 - 08h19
Hugo Drax a écrit :

 

On prépare l'opinion à accepter l'euthanasie.

Le système, après vous avoir donné un cancer (par la pollution, les microplastiques, les perturbateurs endocriniens, les métaux lourds, les particules fines, les pesticides et autres joyeusetés), veut que vous puissiez "mourir dans la dignité"... 

:

Portrait de Harriet
3/juillet/2022 - 18h32
You Know me a écrit :

C'est qui Diamoclès (le fils de Diam's et de Périclès) ?

smiley

(J'avoue qu'elle est bien vue )  smiley

Portrait de Jilou1994
3/juillet/2022 - 16h53

L'identification erronée de l'âme spirituelle (la vraie personne qui vit dans le corps) au corps matériel temporaire, augmente la sensation de souffrance. Il existe une autre sorte d'identification : c'est celle qui nous fait croire que nous sommes le mental matériel (qui aime ou n'aime pas, qui veut ou ne veut pas) qui nous fait croire que nous sommes cet intellect qui sert les plans du mental et des sens matériels grossiers du corps. Cette identification avec le corps grossier comme avec le corps subtil prend sa source dans l'oubli que nous sommes des âmes spirituelles.

Pour une personne réellement éveillée à la dimension stranscendantale de l'âme, la souffrance temporaire est une purification qui fait partie de son traitement éducatif personnalisé. Par contre pour la personne matérialiste, rebelle à son éducation spirituelle, la souffrance est en fin de compte absurde puisque pour elle il n'y a qu'une vie et qu'après c'est le néant. Le matérialiste oublie que les choix faits dans d'autres formes humaines ont préparé cette incarnation et que les choix que nous faisons dans cette vie préparent les prochaines réincarnations et pas forcément dans une forme humaine.

 

 

Portrait de Fanlabiz
3/juillet/2022 - 16h01 - depuis l'application mobile

Toujours été une sacrée boute-en-train, Françoise