17/05 07:21

Après la nomination hier d'Elisabeth Borne au poste de Première ministre, le plus dur commence - L'opposition évoque une personnalité qui symbolise le "saccage ou la maltraitance sociale"

Après un week-end dominé par les noms des anciennes ministre Catherine Vautrin (ex-LR), Valérie Létard (centriste) ou Marisol Touraine (ex-PS), l'hypothèse Elisabeth Borne s'est finalement imposée. Cette technicienne tenace, jugée loyale, est perçue par la macronie comme ayant fait ses preuves au gouvernement pendant tout le dernier quinquennat, des Transports au Travail en passant par l'Ecologie. Cette ancienne directrice de cabinet de Ségolène Royal a également le mérite d'appartenir à l'aile gauche de la macronie, un atout à l'heure où s'annoncent de nouvelles réformes sociales, à commencer par "la mère des batailles" sur les retraites.

Plaçant "la justice sociale et l'égalité des chances" au coeur de ses combats, l'hypothèse de sa nomination était toutefois vue avec circonspection par certains lieutenants d'Emmanuel Macron, jugeant le profil de cette ingénieure devenue préfète "pas assez politique", alors qu'elle se frottera pour la première fois au suffrage universel lors des législatives de juin dans le Calvados - une candidature qu'a confirmée son entourage lundi soir.

Ce choix est d'autant plus stratégique qu'il vient confirmer l'orientation qu'entend se donner le chef de l'Etat, qui a promis de tenir compte de la colère exprimée par de nombreux Français pendant la crise des "gilets jaunes" et lors de l'élection présidentielle, et de changer de méthode.

"La composition du nouveau gouvernement, l'identité des grands ministres, l'identité du ou de la Première ministre peut avoir une importance très forte sur les élections législatives", avait souligné dimanche soir sur LCI le sondeur Frédéric Dabi, de l'Ifop, en rappelant que "la nomination d'Edouard Philippe en 2017 avait permis à la majorité présidentielle de casser la droite en plusieurs morceaux". Mais, relève-t-il, "l'impatience des Français" se focalise surtout "sur des questions d'inflation, de pouvoir d'achat, d'environnement et de sécurité" auxquelles il va falloir répondre dans un contexte anxiogène de crise du Covid et de guerre en Ukraine qui favorisent l'envolée des prix de l'énergie et de l'alimentation.

La nouvelle équipe gouvernementale, promise resserrée, est désormais attendue dans les prochains jours et devra mener la bataille pour les élections législatives, prévues les 12 et 19 juin.

Pour l'heure, le bloc présidentiel est crédité de quelque 26% d'intentions de vote et conserverait une majorité à l'Assemblée nationale, défié toutefois par la Nouvelle union populaire écologique et sociale entre LFI, EELV, PS et PCF (Nupes), qui obtiendrait 28% et le Rassemblement national (24%) de Marine Le Pen. Ces oppositions accusent M. Macron de "casse sociale", fustigeant notamment la réforme de la retraite à 64-65 ans annoncée.

Le chef de LFI Jean-Luc Mélenchon, qui a recueilli 22% des voix au premier tour de la présidentielle, a lui annoncé dimanche vouloir porter le Smic à 1.500 euros net en cas de succès de Nupes aux législatives. Lui-même candidat au poste de Premier ministre en cas de victoire de sa coalition aux législatives, il a qualifié lundi Mme Borne de "figure parmi les plus dures de la maltraitance sociale".

Marine Le Pen a pour sa part considéré qu'en nommant Mme Borne à Matignon, Emmanuel Macron "poursuit sa politique de saccage social"

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de muzo 28
17/mai/2022 - 10h30

Les élections législatives sont aussi importantes que les présidentielles. 

Portrait de Hugo Drax
17/mai/2022 - 10h29

Soyez extrêmement vigilants: Tous ceux qui présentent cette femme comme étant "de gauche" sont clairement des pions du système au profit des ultra-riches. Cette femme est un cataclysme social et moral. Notez bien les noms de ceux qui essayent de faire croire le contraire. Parlez-en autours de vous. 

Les pollueurs se présentent comme écolos, les fossoyeurs du modèle social comme étant de gauche..etc...  L'inversion des valeurs est un complot en soi. Empêcher les gens de pouvoir se fier à l'information est aussi un complot en soi. C'est un préjudice bien plus grave que ce qu'on imagine. A la fin, ils diront que c'est vous le problème et que vous ne savez pas ce que vous voulez.

N'oubliez pas que le MEDEF a appelé à voter Macron aux élections présidentielles. Tout est dit.

Portrait de nina83
17/mai/2022 - 08h40

Ah Mélenchon n'a pas obtenu son poste de 1er ministre ? ah ah 

Portrait de Yanik65
17/mai/2022 - 08h23

On aurait nommé Oui-Oui Premier Ministre, qu'ils l'auraient critiqué ...

Portrait de COLIN33
17/mai/2022 - 07h59 - depuis l'application mobile

Toujours les mêmes et on recommence !!! souhaitons lui d'être bien consciente des mouvements sociaux qui l'attendent.....
Mélenchon comme Aliot ont dit qu'elle était en intérim jusqu'aux législatives ? ce qui est une possible manoeuvre de Macron vu la situation actuelle......

Portrait de LISCO
17/mai/2022 - 07h56

a mourir de rire, certains médias présentent cette femme comme étant "de gauche"