17/05 08:02

La mort de dix Afro-Américains dans une tuerie raciste à Buffalo samedi provoque une nouvelle onde de choc aux Etats-Unis et à l'étranger,

La mort de dix Afro-Américains dans une tuerie raciste à Buffalo samedi a provoqué une nouvelle onde de choc aux Etats-Unis et à l'étranger, mais l'Amérique a aussi vécu un énième week-end de violences par armes à feu, fléau quotidien qui ne cesse d'enfler depuis 2020.

Signe que le pays est une nouvelle fois groggy, le président Joe Biden sera mardi à Buffalo pour "partager la douleur d'une communauté qui a perdu dix des siens dans une tuerie de masse horrible et insensée", a annoncé la Maison Blanche, qui a dénoncé "la haine qui reste une tache sur l'âme de l'Amérique". Même l'ONU, par la voix du porte-parole du secrétaire général Antonio Guterres, a condamné un acte "ignoble d'extrémisme raciste et violent".

Dans cette ville de Buffalo, à l'extrême nord de l'Etat de New York, au bord du lac Erié et de la frontière canadienne, les habitants pleurent depuis deux jours leurs concitoyens assassinés dans un supermarché Tops d'un quartier surtout peuplé d'Afro-Américains.

Les dix personnes tuées sont toutes noires, a précisé le procureur du district d'Erié, John Flynn, et leur meurtrier présumé est un jeune suprémaciste blanc accusé d'avoir perpétré "un crime raciste motivé par la haine" et un acte de "terrorisme intérieur", selon les autorités. Payton Gendron, 18 ans, a conduit plus de 300km depuis chez lui dans le sud de l'Etat pour perpétrer ce massacre, effectuant même un voyage de reconnaissance en mars et la veille du massacre, a révélé le chef de la police de la ville, Joseph Gramaglia.

"Cet individu est venu avec l'objectif de tuer le plus de personnes noires possible", a dénoncé le maire afro-américain de Buffalo, Byron Brown, tandis que le commissaire Gramaglia a confié à CNN que le suspect "projetait de continuer son carnage et de tirer sur des gens" pour en tuer davantage. Le "crime motivé par la haine" désigne aux Etats-Unis un acte dirigé contre une personne en raison d'éléments de son identité comme la race, la religion, la nationalité, l'orientation sexuelle ou un handicap.

Considéré comme une infraction fédérale aux circonstances aggravantes, il entraîne des condamnations plus dures. Payton Gendron, poursuivi pour "meurtre avec préméditation", a plaidé non coupable lors d'une première comparution ce week-end et doit repasser devant la justice jeudi. Le jeune homme portait une caméra et a diffusé son crime sur Twitch même si la plateforme a assuré avoir supprimé le contenu "deux minutes" après le début de sa diffusion.

Il a aussi publié avant le massacre un "manifeste" raciste de 180 pages, qui l'associe selon les médias aux suprémacistes blancs et aux complotistes d'extrême droite, tenants de la théorie du "grand remplacement".

Voix quasiment unique chez les conservateurs de la Chambre des représentants à Washington à s'opposer à l'ancien président Donald Trump, la parlementaire républicaine Liz Cheney a accusé sur Twitter "la direction du parti à la Chambre d'avoir permis (l'expression) du nationalisme blanc, du suprémacisme blanc et de l'antisémitisme".

La tuerie raciste de Buffalo rappelle celles d'El Paso (Texas) en août 2019 (23 morts dont une majorité de personnes hispaniques) et de Charleston (Caroline du Sud) en juin 2015 (neuf Afro-Américains tués dans une église).

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de seb2746
17/mai/2022 - 09h54

les zemmouriens ne sont pas là pour une fois, certainement en train de fêter ce carnage...

Portrait de Ste'ph
17/mai/2022 - 09h02

mince alors, c'est pas un migrant, personne ne vient lire et commenter l'article...