10/05 15:31

Saône-et-Loire: L'assassin présumé de deux femmes et d'une fillette de cinq ans était déjà connu pour un fait de violences conjugales, indique le parquet

L'assassin présumé de deux femmes et d'une fillette de cinq ans, dimanche en Saône-et-Loire, était connu pour un fait de violences conjugales, a indiqué le procureur de Chalon-sur-Saône, Patrice Guigon. L'homme de 38 ans, qui s'est suicidé à l'issue des faits, "n'a jamais été condamné pour des faits de violences conjugales mais il a fait l'objet de mesures alternatives aux poursuites" pour des faits de ce type le 6 octobre 2019, a déclaré M. Guigon lors d'une conférence de presse.

Le trentenaire avait alors été entendu par les gendarmes à la suite d'un signalement de sa compagne, une des trois victimes. Elle avait à l'époque fait état d'une bousculade et de cris, mais sans vouloir porter plainte. Son compagnon avait alors dû effectuer un stage de sensibilisation aux violences conjugales. Aucune poursuite n'avait été lancée.

Depuis lors, aucun autre fait de ce type n'a été porté à la connaissance des forces de l'ordre, a précisé le procureur.

Directeur d'une auto-école à Chalon-sur-Saône, l'auteur présumé avait eu une fille avec sa compagne, âgée de 5 ans au moment des faits. Mais le couple était séparé depuis fin 2021, la mère de la fillette, âgée de 33 ans, ayant quitté le domicile familial, a-t-on indiqué de même source.

Dimanche, le père avait la garde de sa fille, que la mère était venue rechercher en fin d'après-midi. C'est alors que le père les a probablement tuées, de "plusieurs coups de couteau", selon le procureur. Il a par la suite donné rendez-vous à la secrétaire de son auto-école, vers 18h30 sur le parking d'un centre commercial de Saint-Rémy, dans la banlieue de Chalon. Cette dernière était retrouvée dans son véhicule, tuée d'"un seul coup de couteau", selon M. Guigon.

Le procureur n'a pas voulu se prononcer sur les liens entre cette secrétaire et son patron, indiquant seulement que se poursuivaient des "recherches pouvant éclairer sur la nature de leur relation". Contacté, le père de la secrétaire a formellement démenti qu'elle ait eu une liaison avec son patron.

La secrétaire et l'ex-compagne du patron "se connaissaient", a seulement indiqué le procureur.

L'auteur présumé, seul suspect, a par la suite pris la route pour la Haute-Savoie, pour une raison inconnue. Son véhicule a été retrouvé dans la nuit de dimanche à lundi non loin du pont de la Caille, surnommé le "pont aux suicidés".

Son corps, retrouvé dans les gorges en contrebas, dans lesquelles plongent une quinzaine de suicidés par an, a été identifié lundi. Il a "très probablement sauté du pont", selon le procureur. 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de MICMAH458
10/mai/2022 - 18h05

Bein oui, un rapport quelconque ou une plainte déposée il y a un certain temps, doit se trouver quelque part au fond d'un tiroir, classé méthodiquement et suivi de...  aucune suite, justement, et c'est bien là ou est le problème.

Portrait de Hercule Poirot
10/mai/2022 - 16h44

Desolé pour le Papa de la secrétaire mais un patron qui donne rendez-vous à son employée sur le parking d'un centre commercial un dimanche à 18h30 et la poignarde DANS sa voiture, démontre une relation bien au-dela du strict rapport professionnel. Paix à vos Âmes (aux trois Victimes)