18/02/2022 18:12

Grenoble : Nordahl Lelandais est condamné à la peine maximum, c'est à dire la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 22 ans pour le meurtre de Maëlys - Il ne fera pas appel annonce son avocat

18h10: Alain Jakubowicz, avocat de Nordahl Lelandais: "Cette défense n'était pas facile. La décision a été rendue, elle est toujours difficile pour un avocat. C'est dur d'entendre le mot "perpétuité"

Avant d'indiquer: "Il n'y aura pas d'appel de la décision rendue. Cela aurait été indigne. Son destin est entre ses mains"

"C'est un moment de notre histoire judiciaire qui se tourne."

"Cette défense n'était pas facile, nous le savions. Il n'y a rien à dire sur cette décision et nous n'en dirons rien (...). Il eût été indigne d'interjeter appel de cette décision et de prolonger le calvaire de la famille. Nordahl Lelandais va retourner dans l'anonymat dont il n'aurait jamais dû sortir."

18h08: Colleen de Arajo, la soeur de Maëlys, confie: "Je suis déçue par l'autre dans le box, il aurait pu nous apporter davantage de réponses."

18h03: "Je suis contente du verdict qui a été donné. La perpétuité c'est ce qu'on a pris en ayant plus Maëlys. Il ne fera plus jamais de mal à personne. Elle a été avec nous durant tout ce procès. On a été dignes et forts pour elle. Je suis fière d'être sa maman". Et d'ajouter: "Qu'il reste en prison le plus longtemps possible!"

18h00: "C'est une satisfaction ce délibéré. Ce verdict honore notre justice", indique Fabien Rajon, l'avocat de la mère de Maëlys. Et d'ajouter "Cette affaire, c'était le combat d'une vie".

"C'est une satisfaction, la justice est passée, la justice est passée de manière sereine".

"Notre justice française n'a pas été faible, elle a fait preuve de force. Ce verdict, il honore notre justice, il honore notre institution judiciaire".
"J'ai été fier de défendre cette famille. C'est la fin d'un long chemin et il faut que les Français pensent à cette famille, parce que lundi il n'y aura plus de micro et de caméra, et eux resteront avec leur deuil."

17h53: L'avocat de la mère de la petite Maëlys, Maître Fabien Rajon, a déclaré à l'issue de la condamnation de Nordahl Lelandais: "Cette affaire, c'était le combat d'une vie".

L'avocat, qui défendait depuis trois semaines Jennifer de Araujo, a pleuré à l'énoncé du verdict.

17h33: LE POINT COMPLET:

La cour d'assises de l'Isère a condamné vendredi Nordahl Lelandais à la peine maximale, la réclusion criminelle à perpétuité, pour le meurtre de la petite Maëlys en août 2017.

Cette condamnation, qui est assortie d'une peine de sûreté de 22 ans, est conforme aux réquisitions de l'avocat général, qui avait qualifié l'accusé de "danger social absolu".

Elle a été accueillie par un silence dans la salle d'audience, au terme des trois semaines de procès organisé au palais de justice de Grenoble.

Debout dans son box, Nordahl Lelandais a réagi calmement à l'énoncé du verdict, qui par un hasard du calendrier tombe le jour de ses 39 ans. Il a ensuite rapidement échangé avec ses avocats et avec sa mère.

La famille de la fillette qui a vu sa "vie brisée" après sa disparition dans la nuit du 26 au 27 aout 2017 lors d'une soirée de mariage, n'a pas eu de réactions visibles. Elle a également échangé avec ses avocats.

 

L'ancien militaire était jugé depuis le 31 janvier pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys, 8 ans, ainsi que pour des agressions sexuelles contre deux petites-cousines âgées de 4 et 6 ans au cours du même été 2017.

L'avocat général Jacques Dallest avait requis à son encontre la peine maximale, le qualifiant de "grand criminel, grand prédateur".

L'ancien militaire était également jugé pour des agressions sexuelles contre deux petites-cousines de 4 et 6 ans, au cours du même été 2017.

L'avocat de la défense avait de son côté plaidé pour une peine de 30 ans afin de lui permettre de "conserver un espoir, fût-il lointain". Son client purge actuellement une peine de 20 ans de prison pour le meurtre d'un jeune militaire qui avait croisé son chemin en avril 2017.

Juste avant le début du délibéré, qui a duré environ 7 heures, Nordahl Lelandais avait une nouvelle fois présenté ses excuses à la famille de Maëlys.

"Je sais que les familles n'accepteront jamais mes excuses mais je me dois de leur présenter avec la plus grande sincérité", a-t-il déclaré. Il s'est également engagé à poursuivre "le long travail que j'ai à faire sur moi-même (...) avec une grande détermination".

Joachim De Araujo, le père de Maëlys, s'était dit convaincu que ces dernières déclarations relevaient d'"une forme de comédie".

"Si c'était sincère, ça m'aurait touché mais là je vois que ce n'est pas du tout sincère", a-t-il déclaré à BFMTV.

La mère de Maëlys, sa soeur et leurs proches étaient arrivés vendredi matin au palais de justice arborant tous le même polo noir imprimé du visage de la fillette.

Une grande banderole proclamant "La vérité et la justice pour toi Maëlys. On ne lâchera jamais" avait été déployée sur le parvis.

Depuis le début du procès, l'accusé a livré des versions fluctuantes sur la disparition de la fillette, variant notamment sur les circonstances de l'enlèvement de sa victime, qu'il n'avait jamais rencontrée avant les faits.

Il a fini par reconnaître l'avoir tuée "volontairement" en la frappant violemment au visage, quelques minutes après l'avoir emmenée de la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin (Isère) où se déroulait le mariage.

Il a justifié cette flambée soudaine de violence en évoquant un accès de panique, une "hallucination", expliquant avoir vu sur le visage de la fillette apparaître celui du caporal Arthur Noyer qu'il avait tué cinq mois plus tôt.

Confronté aux vidéos glaçantes qu'il avait filmées avec son téléphone où on le voit toucher le sexe de ses petites-cousines âgées de 4 et 6 ans, il a également admis pour la première fois clairement avoir ressenti des penchants "pédophiles".

Il nie en revanche tout mobile sexuel à l'encontre de Maëlys, affirmant qu'elle était montée de son plein gré dans sa voiture pour voir ses chiens. Cette version n'a jamais convaincu les parties civiles.

"On n'a pas eu la vérité de la part de Nordahl Lelandais mais on ne l'attendait pas de sa bouche. On a une vérité objective qui est celle du dossier, qui est accablant pour (lui)", a estimé l'avocat de la mère de Maëlys, Me Fabien Rajon.

L'affaire suscite depuis le début une immense émotion, dans un tourbillon médiatique. Plus de 250 journalistes se sont accrédités pour les débats, des centaines de curieux ont afflué chaque jour aux portes du palais de justice dans l'espoir d'assister aux audiences.

17h12: "On s'attendait à des explication et puis finalement rien n'est venu", déclare Me Rémond avocate des parents des petites-cousines de Nordahl Lelandais. "On s'attendait à des explications et puis finalement rien n'est venu. C'est la façon de faire de Nordahl Lelandais. Il ne dit la vérité que quand il y a des preuves."

17h04: Me Bernard Boulloud, l'avocat de la famille d'Arthur Noyer, première victime de Nordahl Lelandais, évoque une décision "exemplaire" qui satisfait ses clients. "J'ai encore eu Cécile et Didier, les parents d'Arthur Noyer, au téléphone tout à l'heure, ils sont devant leur écran de télévision depuis ce matin et ils ont été très satisfaits de cette décision", affirme-t-il.

Et d'ajouter: "Cela n'effacera jamais la peine infligée aux deux familles, mais c'est une décision à la hauteur des faits que Nordahl Lelandais a bien voulu reconnaître. Ce n'est peut-être pas la peine qu'il mériterait s'il avait dit toute la vérité, mais c'est une peine exemplaire que la Cour d'Assises de l'Isère a prononcée".

16h03: Nordahl Lelandais est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 22 ans. La cour a également prononcé une injonction de soins et ordonné un "suivi socio-judicaire pendant 10 ans" de l'accusé.

  Les jurés ont ainsi pris en compte les réquisitions de l'avocat général, et ont considéré que l'accusé était responsable de tous les faits qui lui étaient reprochés.

La présidente a déclaré : "Reconnu coupable de l’enlèvement, la séquestration et le meurtre de Maëlys de Araujo, à Pont-de-Beauvoisin, ainsi que des agressions sexuelles sur deux petites-cousines, détention d’images pédopornographiques et enregistrement d’images pédopornographiques, Nordahl Lelandais est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, avec une période de sûreté de 22 ans."

13h44: Depuis ce matin, les jurés de la cour d'assises de l'Isère délibèrent du sort de Nordahl Lelandais. Condamné l'an dernier à 20 ans de prison pour le meurtre d'un jeune caporal en avril 2017, l'ancien maître chien est jugé pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys De Araujo, lors d'une soirée de mariage, ainsi que pour des agressions sexuelles contre deux petites-cousines de 4 et 6 ans, au cours du même été 2017.

"J'ai entendu aussi les experts sur le long travail que j'ai à faire sur moi-même, j'en ai conscience, je vais le faire avec une grande détermination", a-t-il dit, debout dans son box en chemise claire face à la cour. Après ses derniers mots, les trois magistrats et les six jurés se sont retirés pour délibérer. Le verdict qui coïncide avec l'anniversaire de ses 39 ans est attendu dans la journée.

12h01:Peu avant le début de l'audience, la mère de Maëlys, sa soeur et leurs proches étaient arrivés au palais de justice arborant tous le même polo noir imprimé du visage de la fillette. Une grande banderole proclamant "La vérité et la justice pour toi Maëlys. On ne lâchera jamais" avait été déployée sur le parvis. Pour Joachim De Araujo, le père de Maëlys, les dernières déclarations de l'accusé relèvent d'"une forme de comédie".

"Si c'était sincère, ça m'aurait touché mais là je vois que ce n'est pas du tout sincère", a-t-il déclaré à BFMTV à sa sortie de la salle d'audience. Il dit désormais attendre "le verdict, oui la perpétuité". "On n'a pas eu la vérité de la part de Nordahl Lelandais mais on ne l'attendait pas de sa bouche. On a une vérité objective qui est celle du dossier, qui est accablant pour (lui)", a estimé de son côté Me Fabien Rajon, avocat de la mère de Maëlys.

10h50: Le point sur ce que l'on sait ce matin

Nordahl Lelandais a renouvelé ses « excuses » vendredi au dernier jour de son procès pour le meurtre de Maëlys en août 2017, avant le délibéré des jurés des assises de l’Isère. « Je reconnais l’intégralité des faits qui me sont reprochés, avec sincérité. Je sais que les familles n’accepteront jamais mes excuses mais je me dois de leur présenter avec la plus grande sincérité », a déclaré l’accusé contre lequel le ministère public a requis la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté.

« J’ai entendu aussi les experts sur le long travail que j’ai à faire sur moi-même, j’en ai conscience, je vais le faire avec une grande détermination », a ajouté Nordahl Lelandais, debout dans son box en chemise claire. Après ces derniers mots de l’accusé, les six jurés tirés au sort pour ce procès se sont retirés pour délibérer .

Nordahl Lelandais est jugé pour l’enlèvement et le meurtre de Maëlys De Araujo, huit ans, lors d’une soirée de mariage, fin août 2017 à Pont-de-Beauvoisin (Isère), ainsi que pour des agressions sexuelles contre deux petites-cousines de 4 et 6 ans, au cours du même été.

Celui qui a déjà été condamné en mai 2021 à Chambéry à vingt ans de réclusion pour le meurtre du jeune caporal Arthur Noyer en avril 2017, a reconnu au cours de ce long procès de trois semaines tous les faits qui lui sont reprochés mais nie farouchement toute atteinte sexuelle sur Maëlys.

09h23: Nordahl Lelandais a renouvelé ses "excuses" vendredi au dernier jour de son procès pour le meurtre de Maëlys en août 2017, avant le délibéré des jurés des assises de l'Isère. "Je reconnais l'intégralité des faits qui me sont reprochés, avec sincérité. Je sais que les familles n'accepteront jamais mes excuses mais je me dois de leur présenter avec la plus grande sincérité", a déclaré l'accusé contre lequel le ministère public a requis la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté.

07h15: Nordahl Lelandais "mérite clairement" 30 ans de prison et non la perpétuité requise par l'avocat général, a affirmé sa défense jeudi alors que s'achève le procès de l'ancien militaire pour le meurtre de la petite Maëlys. "30 ans de prison, enfermé, c'est ce qu'il mérite clairement et il le sait", a lancé aux jurés son avocat Me Alain Jakubowicz dans sa plaidoirie, en rappelant que d'autres tueurs d'enfants avaient été condamnés à des peines de cet ordre, voire plus clémentes dans le passé.

"Tout homme doit conserver un espoir, fût-il lointain. Même sévère, le propre de la justice est de rester humaine. Le mot de perpétuité renvoie à l'éternité. Ce terme annihile toute espérance en l'homme", a-t-il argué alors que le verdict est attendu vendredi au terme de trois semaines de procès. "On ne fixe pas une peine à l'aune de la douleur des victimes.

A douleur infinie, peine infinie. Non, mille fois non !", a-t-il lancé.

Dans la matinée, l'avocat général Jacques Dallest avait réclamé dans son réquisitoire la peine maximale, une condamnation à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans.

L'accusé est un "danger social absolu", a-t-il estimé, appelant les jurés à déclarer Nordahl Lelandais "grand criminel, grand prédateur". "Maëlys a été l'enfant à sa merci, ça aurait pu être un autre enfant. Evidemment que le mobile est sexuel", avait-il estimé au sujet de l'ancien maître chien, déjà condamné en mai 2021 à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre du jeune caporal Arthur Noyer.

"Vous avez détruit une vie en avril 2017, vous avez détruit une vie en août 2017, vous avez semé le désespoir, la souffrance éternelle chez ces familles, vous êtes un destructeur de bonheur", avait-il lancé à celui qu'il a décrit comme un homme "sans émotions". Assis dans son box en chemise claire, l'accusé a seulement esquissé un léger non de la tête à l'énoncé de la peine requise. Les avocats des parties civiles ont pour leur part estimé la réquisition "juste" et conforme aux attentes de leurs clients, étant donnée la "dangerosité criminelle" de Lelandais.

L'avocat général Jacques Dallest quitte la salle d'audience de la cour d'assises de l'Isère à Grenoble le 17 février 2022

Celui qui aura 39 ans vendredi, est jugé pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys De Araujo, ainsi que pour des agressions sexuelles contre deux petites-cousines alors âgées de 4 et 6 ans, au cours de l'été 201. Il a reconnu tous les faits qui lui sont reprochés mais nie farouchement toute atteinte sexuelle à l'encontre de Maëlys.

Pour Me Jakubowicz, Nordahl Lelandais a amorcé sa "descente aux enfers" après le meurtre d'Arthur Noyer, pour lequel il n'a été soupçonné que des mois plus tard. Suite à cet épisode, "il est devenu une voiture folle sans freins", doté d'un "sentiment de toute puissance". "Il part en +live+ complètement, plus rien n'est maîtrisé, il fonce droit dans le mur".

Suivront alors les agressions sexuelles sur deux petites cousines et "mille fois hélas, la nuit du 26-27 août" où il croise la route de Maëlys, relate-t-il. L'accusé a "du chemin à faire mais il a commencé à comprendre", a-t-il cependant noté, en insistant sur ses efforts pour reprendre sa scolarité, cesser de fumer et lire des ouvrages de bouddhisme.

"Le temps de la liberté ne se pose pas avant longtemps, très longtemps. Il sera mis à profit pour préparer cette échéance très lointaine", a-t-il assuré. Jeudi, les six avocats des parties civiles avaient de leur côté tous tracé un portrait extrêmement sombre de l'accusé, insistant sur sa psychopathie, sa dangerosité, son profil d'"homme-loup" mais aussi sur le "mobile sexuel" qui aurait selon eux guidé le meurtre de Maëlys.

Me Fabien Rajon, avocat de la mère de Maëlys, Jennifer Cleyet-Marrel, s'exprime devant la presse le 17 février 2022 à Grenoble

Au cours des débats, Nordahl Lelandais a livré des versions fluctuantes sur la disparition de la fillette, variant notamment sur les circonstances de l'enlèvement de sa victime. Il a fini par reconnaître avoir tué "volontairement" Maëlys en la frappant au visage, quelques minutes après l'avoir emmenée de la salle des fêtes où il l'avait rencontrée peu auparavant, pendant une soirée de mariage. Il a justifié cette flambée soudaine de violence en évoquant un accès de panique, une "hallucination", expliquant avoir vu le visage d'Arthur Noyer sur celui de la fillette. Il devrait prendre une dernière fois la parole vendredi avant que les jurés ne se retirent pour délibérer.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lucieat
19/février/2022 - 09h45

Il me semble qu'il avait déjà pris 20 ans minimum pour le meurtre de jeune Denoyer, aux USA, les peines se cumulent,( certains sont condamnés à des siècles de prison) malheureusement en France, on peut tuer autant de fois qu'on veut, les peines se confondent, donc il fera au mieux 22 ans (moins peut être avec la préventive) . Si les peines s'ajoutaient, on serait sur qu'il ne sortirait jamais. Il faudrait revoir la loi

Portrait de Harriet
18/février/2022 - 18h37
COLIN33 a écrit :

Il aura le temps de réfléchir !
les parents de la victime vont pouvoir retrouver le calme et un semblant de vie normale....

Les parents de Maëlys ont divorcé, incapables de gérer leur douleur ensemble ... 

Son papa ne travaille plus ...

Ce procès clôture le volet judiciaire mais de là à reprendre une vie "normale" ... qui le pourrait ? smiley

Portrait de COLIN33
18/février/2022 - 18h28 - depuis l'application mobile

Il aura le temps de réfléchir !
les parents de la victime vont pouvoir retrouver le calme et un semblant de vie normale....

Portrait de FrenchDreamer
18/février/2022 - 18h09

Ah la France ! 

A perpet mais sureté et puis il a deux mains alors -2 ans puis finalement -5 ans car l'oreille droite est fonctionnelle. Au final... ah ba il lui reste plus que 2 ans

Portrait de Wouhpïnaise
18/février/2022 - 18h05

La peine était attendue. Une peine plus légère aurait été surprenante. Bref, justice a été rendue pour Maëlys ainsi que pour ses parents et sa soeur.

Portrait de Blondissime
18/février/2022 - 17h27

Les familles sont satisfaites du jugement, n'est ce pas le principal. Justice pour Maelys !

Portrait de Bdhy
18/février/2022 - 17h14
Nerfertiti a écrit :

Il a pris 20 ans pour avoir tué le caporal et là 22 ans

Donc, si je comprend bien pour Maelys n’a pris que 2 ans  smiley

Elle est belle la justice française 

Il n'a pas pris 22 ans, 2 ans de plus, il a pris perpétuité !

La différence c'est qu'aucun jugement / remise de peine ne pourra le faire sortir avant 22 ans, contrairement à avant où, condamné à 20 ans, il pouvait espérer sortir au bout de 12-15 ans avec bonne conduite, etc ...

D'un autre coté 61 ans au mini quand il pourra sortir c'est bien trop tôt pour cette ordure ! 

Portrait de MICMAH458
18/février/2022 - 17h06
Mam89 a écrit :

22 ans ce n'est rien, vu qu'il a 39 ans, il sortira à 61 ans, ou bien même avant avec les remises de peines et pour bonne conduite. çà ne l'empêchera pas à 61 ans de recommencer, malheureusement.

Une peine de sûreté de 22 ans, induit justement le fait qu'il ne sortira pas avant 22 ans, puisque c'est la définition même de la sûreté.  Et rien ne dit qu'après ces 22 ans, un juge décidera de le faire sortir.

Portrait de Nerfertiti
18/février/2022 - 16h56
Harriet a écrit :

Il me semble que c'est Thierry Paulin qui est mort en prison ...

Oui, il est mort du sida en prison

Portrait de Nerfertiti
18/février/2022 - 16h54

Il a pris 20 ans pour avoir tué le caporal et là 22 ans

Donc, si je comprend bien pour Maelys n’a pris que 2 ans  smiley

Elle est belle la justice française 

Portrait de Squall-01
18/février/2022 - 16h44

C'est un scandale ces histoires de peines de sureté. On doit avoir soit la perpétuité réelle soit la peine de mort. L'idée que des gens comme Lelandais ou Abdeslam se baladent un jour tranquillement dans la rue est purement insupportable.

Portrait de Julien92
18/février/2022 - 14h20
L'Ècume des Choses a écrit :

apparemment vous n'avez pas saisi le second degré.... de mon post

Tes frères ne te reconnaissent plus l'écume? smiley

Portrait de Julien92
18/février/2022 - 14h18
Harriet a écrit :

Il me semble que c'est Thierry Paulin qui est mort en prison ...

Bon débarras.

Portrait de Julien92
18/février/2022 - 14h18
Antivirus2 a écrit :

Il est le fils de Jean-Pierre et Christiane Lelendais, des Français bien blancs et bien de chez nous ! Donc pour certains c'est moins grave parce qu'il n'est ni arabe ni noir. Quel tristesse, de voir que l'obsession de certains à toujours ramener à l'origine de la personne. les criminels n'ont pas de couleur de peau, alors ton "c'est pas un suédois" est vraiment déplacé ! En plus tu te trompes il est bien Français. les parents de la petite Maelys se foutent bien de ses origines ça ne change rien à l'horreur qu'ils vivent

Tu es suédois toi aussi? ça expliquerait ton  acharnement a défendre tes frères.Nous n'avons jamais nié le fait que des français commettent aussi des crimes abominables. Tous les pays ont leurs pervers. Mais, à cause de la faiblesse de notre état, et des gauchistes qui les défendent, nous avons en plus des notres les pervers des autres pays. Et ils sont les plus nombreux. Et a chaque crime d'un suédois, il y a un tordu bien français qui nous reproche de ne pas parler des criminels français. Et pourquoi devrait-on le faire?

Combien y a t-il de français qui commettent des crimes au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Arabie saoudite? Et combien y a t-il de suédois qui en commettent en France?

Vivement que tout ce la change

Portrait de Harriet
18/février/2022 - 14h13
monicmonac a écrit :

Guy Georges est mort en prison.

Il me semble que c'est Thierry Paulin qui est mort en prison ...

Portrait de monicmonac
18/février/2022 - 13h57
Antivirus2 a écrit :

pour avoir parlé à des  jurés d'assises,  confrontés à la réalité, je pense que beaucoup fantasment sur ce qu'est 22 ans de prison, ils ne rendent pas compte. La perpétuité n'existe pas en France, ce qu'on appelle perpétuité c'est 22 ans incompréssible et ça ne signifie pas qu'il sera relaché après 22 ans s'il est condamné à cette peine. Le tueur en série Guy George est libérable car cela fait 22 ans mais aucun juge ne prendra le risque de le relacher

Guy Georges est mort en prison.

Portrait de monicmonac
18/février/2022 - 13h56

Étant donné que Lelandais effectue déjà une peine, comment le nouveau verdict sera-t-il associé au précédent vu que deux peines ne s'ajoutent pas ?

Portrait de soly
18/février/2022 - 11h54

Dans cette affaire seule la Loi du Talion serait un jugement équitable...

Portrait de djelloul
18/février/2022 - 11h03

"je reconnais" ..................il a eu du mal a faire cet aveu.....Mais de la a croire qu il est sincère il y a tout un monde

Portrait de chipie10
18/février/2022 - 09h58

Enfin une photo de la petite Maëlys!

Portrait de chipie10
18/février/2022 - 09h08

Bizarre cette obsession à le montrer souvent en partie nu...