25/01 10:46

Un élu PS des Bouches-du-Rhône condamné à quatre ans de prison dont deux ans avec sursis pour avoir tenté de saboter une liste concurrente du Front national

Charles Dalmasso, conseiller municipal PS d'Allauch (Bouches-du-Rhône) a été condamné à quatre ans de prison dont deux ans avec sursis. Aux élections municipales de 2014, il avait proposé un emploi et un logement à un militant en échange du sabotage de la liste FN sur laquelle il était inscrit.

Les faits remontent à février 2014, lorsque Charles Dalmasso occupait les fonctions d'adjoint à la sécurité auprès de Roland Povinelli, maire socialiste d'Allauch de 1975 jusqu'à son décès en mai 2020.

L'enquête, ouverte seulement en 2019, se base notamment sur la publication dans le quotidien La Marseillaise d'enregistrements établissant que Roland Povinelli et Charles Dalmasso avaient proposé à un jeune militant devant figurer sur la liste FN de se retirer au dernier moment, avec quelques autres colistiers, afin d'empêcher le dépôt de la liste en préfecture. En échange, le jeune homme s'était vu proposer un emploi à la mairie et un logement.

«Je vais te faire envoyer à la maison une lettre par mon directeur du personnel t'indiquant qu'à partir de fin avril 2014 tu pourras être recruté à la mairie», avait notamment dit l'ancien maire, selon les retranscriptions faites par les enquêteurs. Un appartement deux pièces lui avait également été proposé, avec un rendez-vous dès le lendemain dans les services municipaux.

Le jeune colistier n'avait pas donné suite et ne s'était pas désisté. Mais il avait attendu plusieurs années pour révéler ces faits.

A l'audience, le 13 décembre, le parquet avait requis quatre ans de prison ferme contre Charles Dalmasso, réclamant un mandat de dépôt. «Vous n'êtes pas en première ligne, (...) mais vous avez sciemment participé très activement à l'infraction commise par Roland Povinelli», avait déclaré la présidente du tribunal.

«Je ne savais pas que c'était de la corruption, tout ce que j'ai fait, c'est rendre service à M. Povinelli», s'était justifié l'élu devant les enquêteurs.

Condamné pour complicité de corruption et entrave aux opérations de scrutin par des manœuvres frauduleuses, l'homme de 61 ans pourra purger une partie de sa peine à domicile sous surveillance électronique. Il a également été privé de ses droits civils et civiques pendant cinq ans, notamment de droit de vote et d'éligibilité.

Son avocate, Me Anne-Sophie Grardel, a fait part de son intention de faire appel, car, soutient-elle, les faits seraient prescrits.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de djelloul
25/janvier/2022 - 12h58

sous bracelet electronique ....................no comment 

Portrait de mikapat
25/janvier/2022 - 12h57

Ah la politique. . . Ça donne  envie.  Comment peuvent-il espérer inciter les gens à aller voter ? Y’a de plus en plus de véreux

Portrait de gros ours
25/janvier/2022 - 12h09
Le vétérinaire a écrit :

La démocratie selon la gauche.

On devrait interdire tous les partis de gauche.

Ca c'est de la democratie. J'ai mieux autoriser uniquement le partie unique de zemmour au nom de la democratie bien evidemment.