04/12 09:41

Les parents de l’adolescent qui a ouvert le feu mardi dans un lycée du nord des États-Unis faisant quatre morts, ont été inculpés cette nuit d’homicides involontaires

Les parents de l’adolescent qui a ouvert le feu mardi dans un lycée du nord des États-Unis, faisant quatre morts, ont été inculpés cette nuit d’homicides involontaires, a annoncé la procureure du comté d’Oakland Karen McDonald. Ethan Crumbley, âgé de 15 ans « est celui qui est entré dans le lycée et a appuyé sur la détente », mais « d’autres personnes ont contribué à cet évènement et j’ai l’intention de leur faire rendre des comptes », a-t-elle dit en annonçant les poursuites contre James et Jennifer Crumbley.

James Crumbley avait acheté quelques jours plus tôt le pistolet semi-automatique utilisé par son fils.

Quatre élèves du lycée d’Oxford, une petite ville du Michigan, sont morts et six autres ont été blessés, ainsi qu’un enseignant. Le tireur a été arrêté sur les lieux.

Il a été inculpé pour « acte terroriste » et « assassinats », et risque la prison à vie car il est poursuivi comme s’il était majeur. Ses mobiles restent un mystère car il ne s’est pas expliqué depuis son arrestation et a choisi de garder le silence lors de sa comparution. Il a plaidé non coupable par la voix de son avocat.

La fusillade, perpétrée dans un établissement scolaire d’Oxford, a profondément choqué cette petite ville de l’État du Michigan, au nord de la métropole de Detroit. De nombreux lycéens ont participé mardi soir à une veillée de recueillement.

Le tireur, porteur d’un pistolet semi-automatique Sig Sauer calibre 9 mm, acheté quatre jours plus tôt par son père, a ouvert le feu peu avant 13 heures locales, progressant méthodiquement dans le lycée et tirant notamment sur les portes des classes où s’étaient barricadés les élèves. Il a tiré au moins 30 balles.

« Il est clairement venu pour tuer des gens », a résumé sur CNN le shérif Bouchard. Les adolescents décédés sont deux filles âgées de 14 et 17 ans et deux garçons âgés de 16 et 17 ans.

Trois jeunes victimes restaient hospitalisées mercredi, dont une fille de 14 ans dans un état critique. Trois autres élèves et un enseignant de 47 ans ont pu rentrer chez eux.

Le shérif Bouchard a estimé mercredi que le tireur avait tiré au hasard, sans choisir de victimes préalablement identifiées. Il aurait apporté l’arme sans être inquiété.

Le lycée d’Oxford ne dispose pas de portique détecteur de métaux, comme on en voit souvent aux États-Unis.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de ced101
23/décembre/2021 - 08h56
Tommy-Roooze a écrit :

Jamais vu un seul parent des cités nord de Marseille embarqué après des flinguages à la Kalach, quand on avait identifié la participation de mineurs ... Vous avez raison sur le principe mais dans les faits, en France l'implication des parents est bien rare. C'est justement ça le problème. La judiciarisation des parents est pourtant une vraie clé.

en France ce ne sont pas les parent qui achetent des flingues a leurs enfants

Portrait de JF_Lacour
4/décembre/2021 - 16h53
soly a écrit :

Ce n'est pas en France que cela risquerait d'arriver. En France, des adolescents peuvent faire les pires délits ou crimes sans que les parents ne soient jamais inquiétés. 

En France des parents aussi débiles seraient inculpés non pas d'homicide involontaire mais de complicité d'assassinat ce qui peut conduire à la perpétuité.

Le gamin s'est vanté que le flingue acheté par le père à l'occasion du Black Friday était son cadeau de Noël et son idiote de mère l'a confirmé le lendemain sur les réseaux sociaux. 

Non seulement les parents ont fourni l'arme mais ils ont ignoré les signaux très inquiétants communiqués dès le lundi par l'administration de l'école. 

Portrait de soly
4/décembre/2021 - 10h00

Ce n'est pas en France que cela risquerait d'arriver. En France, des adolescents peuvent faire les pires délits ou crimes sans que les parents ne soient jamais inquiétés.