03/12 07:01

Crise dans les Antilles : Un gendarme a été blessé par balle à Saint-Martin alors que des barrages sont toujours en place - Prolongation du couvre-feu en Guadeloupe et en Martinique

Un gendarme a été blessé  à Saint-Martin dans le cadre des violences et barrages qui bloquent depuis deux semaines les Antilles et qui ont entraîné dans la journée la prolongation du couvre-feu en Guadeloupe et en Martinique. La Guadeloupe, la Martinique et Saint-Martin connaissent un fort mouvement social, né du refus de l'obligation vaccinale pour soignants et pompiers et qui s'est étendue à des revendications politiques et sociales, notamment contre la vie chère, occasionnant violences, pillages et incendies. Les deux îles sont placées sous couvre-feu.

A Saint-Martin, petite île qui dépend de la Guadeloupe, des affrontements ont opposé jeudi la gendarmerie à un groupe de personnes au niveau de Sandy Ground et de la Baie Nettlé, où les forces de l'ordre tentaient d'évacuer une carcasse de voiture sur la route, et un gendarme a été blessé.

En fin de matinée, à l'entrée de la Baie Nettlé, "nous avons essuyé trois salves de tirs dans notre direction", a indiqué la gendarmerie. Un membre des forces de l'ordre a reçu une balle, qui a traversé sa jambe gauche et s'est logée dans la droite. "Ses jours ne sont pas en danger", a précisé la gendarmerie. Des balles de calibres différents ont été retrouvées, "il s’agirait plutôt de gros calibre, d’armes de poing", a précisé le lieutenant-colonel Wintzer.

Le préfet Serge Gouteyron a annoncé la mise en place dès jeudi soir, et au moins pour 24 heures, d’un couvre-feu à Sandy Ground, de 21h à 5h, et l'arrivée de "renforts humains, de matériels et d’unités spéciales", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. "Certains profitent de la situation pour commettre des braquages à main armée", a-t-il ajouté.

En Guadeloupe, "compte tenu de la poursuite des troubles à l'ordre public dans certaines communes avec notamment l'interpellation d'individus armés", le préfet Alexandre Rochatte a décidé "la prorogation du couvre-feu" entre 18h et 5H "jusqu’au 7 décembre, à 5H", sur 21 communes, dont Pointe-à-Pitre, explique un communiqué.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de seb2746
3/décembre/2021 - 10h54

Il est OU le ministre d'outre mer déjà ? à oui, Paris... il va envoyé ENCORE d'autres hommes armés pour encore tirer sur le peuple, ça a fait ses preuves dans les dictatures...

 

Sinon, régler les problèmes qui sont là depuis des décennies comme l'eau courante, l’électricité, le droit des Français appliqués... non, pas possible ? ok.

Portrait de Climato
3/décembre/2021 - 10h00 - depuis l'application mobile

Il va y avoir un mort du côté des forces de l'ordre ou des manifestants si Macron laisse ce chaos perdurer. Il n'y aurait pas de honte à retirer l'obligation vaccinale qui est largement rejeté par nos compatriotes d'outremer. Il faut laisser le choix au gens de se vacciner ou non dans la mesure où ça n'empeche pas la transmission. L'argument "Se protéger et protéger les autres" qu'agitait le gouvernement est un mensonge. Ils ne le disent plus d'ailleurs.