01/12 20:09

Coronavirus: Le premier patient porteur du variant OMICRON a été découvert aux Etats-Unis en Californie - "L'homme était entièrement vacciné" précisent les autorités sanitaires

20h10: Un premier cas du variant Omicron a été confirmé aux Etats-Unis chez un individu revenant d'Afrique du Sud, ont annoncé ce mercredi les autorités sanitaires américaines. Cette personne a été testée positive en Californie, ont déclaré les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) dans un communiqué. Cet individu était "entièrement vacciné et présentait des symptômes légers en cours d'amélioration", ont-ils ajouté.

17h32: Le monde fait face à un "cocktail toxique" avec une couverture vaccinale contre le Covid-19 et un niveau de dépistage insuffisants, a mis en garde le chef de l'OMS aujourd'hui, assurant qu'il s'agissait là d'une recette parfaite pour que les variants se reproduisent. "La fin de la pandémie n'est pas une question de chance, c'est une question de choix", a déclaré le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.

13h53: Face à la menace du variant Omicron, la France a annoncé mercredi un durcissement des conditions d’accès à son territoire en imposant notamment un test négatif pour tous les voyageurs, même vaccinés, provenant d’un pays hors de l’Union européenne. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a également annoncé que les vols avec dix pays de l’Afrique australe reprendraient à partir de samedi mais avec un « encadrement extrêmement strict et drastique ». Seuls les Français, les ressortissants de l’UE, les diplomates et les navigants pourront voyager sur ces destinations.

Ces voyageurs subiront, en outre, un test Covid à leur arrivée en France, suivi d’un isolement de sept jours en cas de résultat négatif et de dix jours si le résultat est positif, a-t-il précisé. Dans les deux cas, l’isolement « sera surveillé par des forces de sécurité intérieure et en cas de non respect de l’isolement, une amende de 1.000 à 1.500 euros » sera infligée, a ajouté le porte-parole.

Ces mesures concernent les sept pays avec lesquels les vols étaient suspendus depuis vendredi (Afrique du Sud, Lesotho, Botswana, Zimbabwe, Mozambique, Namibie et l’Eswatini), auxquels ont été ajoutés le Malawi, la Zambie et l’île Maurice. Le gouvernement intègrera ces dix pays dans une nouvelle catégorie « rouge écarlate » créée pour les « pays à risque », pour lesquels « il n’y aura pas de déplacements ou d’accès autorisé à des fins professionnelles, touristiques, familiales, d’études et même de recherche ».

Par ailleurs, le gouvernement impose pour l’ensemble des voyageurs provenant d’un pays hors de l’UE un test négatif de moins de 48 heures, « que ces voyageurs soient vaccinés ou non ». Concernant les voyageurs en provenance des pays de l’UE, la France imposera un test de 24 heures pour les non-vaccinés.

« La question d’une obligation de tests négatifs pour les voyageurs (vaccinés) en provenance de pays de l’UE se pose », a dit M. Attal, précisant que le gouvernement cherche « une coordination européenne » sur ce sujet et qu’une « décision sera prise d’ici la fin de la semaine ».

13h27: Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal s'exprime

"La situation sanitaire s'aggrave très rapidement. Notre inquiétude est la croissance fulgurante du nombre de cas détectés"

"Un test négatif obligatoire pour se rendre en France pour les voyageurs venant de hors UE, même pour les personnes vaccinées", Les vols avec l’Afrique australe reprendront samedi avec un "encadrement drastique".

"Nous avons renforcé nos capacités de séquençage pour identifier tout nouveau porteur du variant Omicron. Il y aura très probablement des cas détectés sur notre territoire dans les prochaines heures" "Il y a actuellement 13 cas suspects en France" a déclaré Gabriel Attal en évoquant le variant Omicron.

Au sujet de la vaccination et de la dose de rappel, le porte-parole du gouvernement a indique "[qu’]il y a une mobilisation pour ajouter des créneaux de rendez-vous dans les semaines qui viennent"

13h04: Mme von der Leyen s’est également déclarée favorable à ce que l’UE ait une une « discussion » sur la vaccination obligatoire, en réponse à une question lors d’une conférence de presse consacrée à l’évolution de la pandémie et à l’apparition du variant Omicron.
Selon la présidente de la Commission, il faudra « environ 100 jours » à la communauté scientifique pour adapter la réponse vaccinale à ce nouveau variant, a-t-elle aussi indiqué.

12h57: La production de la version pour enfants du vaccin anti-Covid de Pfizer/BioNTech va s’accélérer et les doses seront disponibles dans l'UE le 13 décembre, a annoncé ce mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Elle s'exprimait lors d'une conférence de presse à Bruxelles consacrée à l'évolution de la pandémie et à l'apparition du variant Omicron. Il faudra "100 jours" à la communauté scientifique pour adapter la réponse vaccinale à ce nouveau variant, a aussi indiqué Ursula von der Leyen.

10h58:Le gouvernement de Sao Paulo, dans le sud du Brésil, a annoncé mardi deux cas du nouveau variant Omicron, les premiers dans ce pays et en Amérique latine, chez des voyageurs en provenance d’Afrique du Sud. « Le secrétariat d’Etat à la Santé de Sao Paulo a confirmé mardi les deux premiers cas importés du nouveau variant Omicron du nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) au Brésil. La confirmation a été faite après le séquençage génétique », a déclaré le gouvernement de Sao Paulo dans un communiqué.

Les deux personnes contaminées sont un homme de 41 ans et une femme de 37 ans, arrivés au Brésil le 23 novembre et repartis pour l’Afrique du Sud le 25 novembre, précise le communiqué. Un autre cas suspect, celui d’un passager en provenance d’Ethiophie et qui avait auparavant visité l’Afrique du Sud, est en cours d’examen, ont précisé les autorités sanitaires de l’Etat de Sao Paulo. D’autres cas suspects ont par ailleurs été détectés à Belo Horizonte (sud-est) et dans la capitale Brasilia. Le Brésil, comme de nombreux autres pays, a fermé ses frontières aux vols en provenance de six pays d’Afrique australe.

10h31: Le point sur ce que l'on sait ce matin

Face au variant Omicron, le Japon a demandé mercredi aux compagnies aériennes de suspendre les nouvelles réservations à destination de son territoire pendant un mois, bien que l'OMS ait estimé que les interdictions de voyage n'empêchaient pas sa propagation. Officiellement signalé en Afrique du Sud le 24 novembre, ce nouveau variant très contagieux aurait en fait commencé à se propager dans le monde plusieurs jours plus tôt, les autorités sanitaires néerlandaises ayant annoncé mardi qu'Omicron circulait déjà aux Pays-Bas le 19 novembre.

Le variant a été détecté dans deux échantillons de tests prélevés les 19 et 23 novembre et une des deux personnes concernées n'avait pas voyagé récemment, ce qui suggère qu'Omicron circulait déjà dans le pays, selon l'Institut néerlandais de la santé et de l'environnement (RIVM). Mercredi, le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, a annoncé avoir enregistré ses trois premiers cas chez des personnes ayant voyagé en Afrique du Sud.

Quelques heures auparavant, le Brésil faisait état de deux premiers cas - les premiers en Amérique latine - chez des voyageurs venant également d'Afrique du Sud. "Les interdictions générales de voyager n'empêcheront pas la propagation" de ce variant, a estimé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un document technique.

Face à la panique qui semble s'emparer de la planète, le chef de l'organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé mardi au "calme" et demandé une réponse "rationnelle" et "proportionnelle". Il s'est dit "préoccupé par le fait que plusieurs Etats membres prennent des mesures générales et brutales qui ne sont ni fondées sur des preuves ni efficaces en soi et qui ne feront qu'aggraver les inégalités" entre les pays. Tokyo a pourtant demandé mercredi aux compagnies aériennes "de ne plus accepter de nouvelles réservations pendant un mois à partir du 1er décembre".

Cette annonce est intervenue alors qu'un deuxième cas du variant Omicron a été confirmé dans l'archipel mercredi, chez un voyageur arrivé du Pérou la semaine dernière. Depuis que l'Afrique du Sud a signalé l'apparition de ce nouveau variant la semaine dernière, de nombreux Etats ont fermé leurs frontières à ce pays et à ses voisins, provoquant la colère dans la région.

Ces mesures "peuvent avoir un impact négatif sur les efforts de santé mondiaux pendant une pandémie en dissuadant les pays de signaler et de partager les données épidémiologiques et de séquençage", a prévenu l'OMS. Possible espoir pour les malades du Covid-19, un comité de scientifiques américains s'est prononcé mardi en faveur de l'autorisation d'urgence, chez certains patients à risque, de la pilule contre cette maladie du laboratoire Merck aux Etats-Unis.

Le vote de ces experts, au terme d'une journée de discussions, a toutefois été serré, avec 13 pour et 10 contre, et la décision finale sur l'homologation de ce médicament reviendra à l'agence américaine des médicaments (FDA). Au moment où le monde s'interroge sur la réponse à apporter au variant Omicron aux multiples mutations, le dirigeant du fabricant de vaccins Moderna, Stéphane Bancel, a prédit dans un entretien avec le Financial Times une "baisse significative" de l'efficacité des sérums actuels. Selon lui, il faudra plusieurs mois pour en mettre au point un nouveau.

08h50: Un comité de scientifiques indépendants s’est prononcé mardi en faveur de l’autorisation en urgence, chez certains patients à risque, de la pilule anti-Covid de Merck aux Etats-Unis. Son avis est néanmoins consultatif : la décision finale revient à l’agence américaine des médicaments (FDA).

07h05: L'Organisation mondiale de la santé a jugé inutiles  les interdictions de voyages qui "n'empêcheront pas" la propagation du nouveau variant du coronavirus Omicron, tandis que la pilule contre le Covid du laboratoire Merck a été approuvée par un comité indépendant. "Les interdictions générales de voyager n'empêcheront pas la propagation" de ce variant, a estimé l'OMS dans un document technique, recommandant toutefois aux personnes vulnérables et non vaccinées, notamment à celles âgées de 60 ans et plus, de "reporter leurs voyages dans les zones de transmission" du coronavirus.

06h01: Divers fabricants, dont Moderna, AstraZeneca, Pfizer/BioNTech et Novavax, se sont dits confiants dans leur capacité à créer un nouveau vaccin contre le Covid-19. La Russie a, elle aussi, annoncé travailler sur une version de son Spoutnik V ciblant spécifiquement Omicron. Cette nouvelle souche a désormais été repérée sur tous les continents.

Mais l'Europe, confrontée à une nouvelle vague, semble la plus touchée et multiplie les mesures pour enrayer la pandémie.

Submergée par une flambée d'infections, l'Allemagne a mis sur le tapis mardi la vaccination obligatoire, qui fera l'objet d'une loi soumise au Parlement avant la fin de l'année.

"Trop de gens ne se sont pas fait vacciner", a expliqué le futur chancelier Olaf Scholz à la chaîne de télévision Bild TV. Au Royaume-Uni, porter un masque dans les transports et les magasins est redevenu obligatoire mardi et tous les voyageurs y arrivant doivent faire un test PCR et s'isoler jusqu'au résultat.

05h28: Face à la panique qui semble s'emparer de la planète, le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé au "calme" et demandé une réponse "rationnelle" et "proportionnelle". Il s'est dit "préoccupé par le fait que plusieurs Etats membres prennent des mesures générales et brutales qui ne sont ni fondées sur des preuves ni efficaces en soi et qui ne feront qu'aggraver les inégalités" entre les pays.

Depuis que l'Afrique du Sud a signalé l'apparition de ce nouveau variant la semaine dernière, de nombreux Etats ont fermé leurs frontières à ce pays et à ses voisins, provoquant la colère dans la région. Ces mesures "peuvent avoir un impact négatif sur les efforts de santé mondiaux pendant une pandémie en dissuadant les pays de signaler et de partager les données épidémiologiques et de séquençage", a prévenu l'OMS. Possible espoir pour les malades du Covid-19, un comité de scientifiques américains s'est prononcé mardi en faveur de l'autorisation d'urgence, chez certains patients à risque, de la pilule contre cette maladie du laboratoire Merck aux Etats-Unis.

Le vote de ces experts au terme d'une journée de discussions a toutefois été serré, avec 13 pour et 10 contre, et la décision finale sur l'homologation de ce médicament reviendra à l'agence américaine des médicaments (FDA).

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bergil
2/décembre/2021 - 16h57

à quand Croco 4 , 5 , 6 etc ...?

Portrait de stbx00
2/décembre/2021 - 13h10
avalonze22 a écrit :

je pense que tu le fais exprès , on va aller au plus simple , 

il y a énormément de pays  , ou il y a une très forte contamination qu'ils n'ont jamais eu auparavant  , et les morts qui vont avec  , et pourtant massivement vacciné .

avec donc une efficacité de 0 

et forcement  tu ne parle pas de l insee qui dit que vacciné ou pas la mortalité est la même  , ca t'échappe ca aussi 

donc la c'est simple pour toi ? 

 

A vouloir simplifier tu racontes n'importe quoi... Ce n'est pas parcequ'une population a échappé plus ou moins à l'épidémie qu'elle ne peut pas se prendre une vague de contamination à un moment. On l'a expliqué et répété, la vaccination ne protège pas forcement de la contagion et de la contamination (même si elle a quand même une bonne efficacité (cf toutes les études sujet et même Raoult dans la vidéo dont tu nous a donné le lien avec bonheur...). Par contre l'efficacité est excellente sur les formes graves (là encore il n'y a même plus de débat).

Quant à la mortalité, une fois en réanimation que les risques de mourir soient identiques entre un vacciné et un non vacciné pourquoi pas mais l'idée c'est que justement en étant vacciné on a moins de risques de finir en réanimation...

Portrait de axl59
1/décembre/2021 - 23h19

VACCIN + OMICRON = SYMPTOMES LEGERS,  CQFD

Portrait de stbx00
1/décembre/2021 - 21h30
avalonze22 a écrit :

CROCO , c 'est ton jour de fête !!   mon pauvre quand tu auras regardé la vidéo  ,  tu vas pleurer  , tu vas être ridicule .  tu vas  venir te foutre a plat ventre  , j en rigole d'avance 

cette vidéo est de l'IHU de Marseille  

-analyse des données mondiale (ce ne sont pas leur chiffres )  

je te donne le fameux passage qui va t'anéantir a tout jamais ici , qui va te démontré VACCINE  OU PAS  dans beaucoup de pays LA MORTALITE EST LA MEME OU PIRE

 

 

youtu.be/wCBZ0NYqewU?t=427

 

spoiler : et à 14.10    , ceux admis , vacciné ou pas , mortalité , exactement la même ! , donnée de l'insee

Typique. Tu écoutes un petit bout de la vidéo qui te convient en oubliant tout le reste. Raoult liste un paquet de pays pour conclure au contraire que dans la plupart des pays, vaccination signifie baisse du nombre de morts. Il explique même que dans son IHU: "2 fois moins de chance d'être positifs s'ils sont vaccinés que s'ils ne le sont pas". (à 13"45).

Ah lala...

Portrait de soly
1/décembre/2021 - 21h17
scalaire a écrit :

Moi je pense que si on veut venir à bout de ce nouveau variant il faudrait une 4ème dose

Oui, d'autant plus que l'on commence à avoir des junkies du Covid...  Si le gouvernement propose une 4eme dose les neuneus suivront sans aucun problème...C'est sans limite et sans fin...

Portrait de soly
1/décembre/2021 - 21h00
avalonze22 a écrit :

le gugus de service Spock  , sois tu as un qi d'huitre ou tu le fais exprès .

je peux te sortir une liste de 100 pays ou la vaccination est proche de 2%  et non de 88% 

et y a aucun mort ni même de 5eme vague

je peux te sortir des dizaines de pays  , comme Singapour , Israël et cie  ou il n y a jamais eu autant de cas depuis la vaccination  , et des morts !       Israël le nombre de mort à été identique à une des vagues

Singapour , avant la vaccination , le covid était presque inconnu chez eux , la tout a explosé 

et y a beaucoup de scientifiques qui explique simplement la baisse des morts n'est absolument pas grâce vaccin, c'est simplement que le delta est beaucoup moins dangereux en moyenne , et qu'un mort ne peut pas mourir 2 fois

Concernant Spock, il a apparemment  un QI d'huître... Pour le reste, je suis d'accord avec vous.

Portrait de johnpeter221
1/décembre/2021 - 20h55
Spock a écrit :

l'Allemagne a raison de mettre sur le tapis la question de la vaccination obligatoire. La France ferait bien de faire de même. C'est bien grâce au vaccin que le nombre de décès n'explose pas. Mais il faut que tout le monde se fasse vacciner.

En plus des respects des gestes barrières, du port du masque (pas sous le nez et encore moins sous le menton) et utilisation du gel hydroalcoolique à volonté.

Protegez vous. 

L article dit le contraire.

Portrait de Blackrock
1/décembre/2021 - 18h37
bergil a écrit :

Parce que les illégaux comme ceux de Calais arrivent par avions ou bateaux ?

Et l'Iphone12 commandé sur Amazon, ou le PC pour que les enfants puissent faire du télétravaille...ils sont venus comment?? Les sociétés n'ont jamais été à court de stock tant que l'asie n'avait pas épuisé ses stocks. Bien sur qu'il y avait des bateaux et des avions...mais pas pour le pékin moyen. Transport de marchandises. L'aviation privée a aussi fonctionné très bien. 

Portrait de bergil
1/décembre/2021 - 17h06
RED2510 a écrit :

Vous êtes au courant que pendant les différents confinements, il n'y avait plus un avion en vol, plus un bateau (autres que les pêcheurs) arrivant dans les ports ? Alors selon vous, comment les migrants entraient sur le territoire ? Une fois de plus, réfléchissez avant de parler, vous avez un cerveau, utilisez-le 30 secondes...

Parce que les illégaux comme ceux de Calais arrivent par avions ou bateaux ?

Portrait de Penni
1/décembre/2021 - 13h24
Julien92 a écrit :

Quid de ces milliers de migrants qui débarquent en Europe, et particulièrement chez nous? Se font-ils vacciner, ou même tester? Car à ce rythme, les vieux ne pourront même plus mettre le nez dehors puisque les zones de contamination viennent chez nous

Même durant les confinements, quand les français étaient séquestrés comme des criminels, il n'a jamais été question d'arrêter les flux de migrants.

L'invasion passe avant tout, même avant la crédibilité de leurs mesures. 

Portrait de Julien92
1/décembre/2021 - 08h17

Quid de ces milliers de migrants qui débarquent en Europe, et particulièrement chez nous? Se font-ils vacciner, ou même tester? Car à ce rythme, les vieux ne pourront même plus mettre le nez dehors puisque les zones de contamination viennent chez nous