28/11 07:16

Plusieurs personnes, dont un enfant et deux journalistes, ont été blessées samedi dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, lors d'incidents qui ont éclaté après la dispersion de manifestants

Plusieurs personnes, dont un enfant et deux journalistes, ont été blessées samedi dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, lors d'incidents qui ont éclaté après la dispersion de centaines de manifestants dénonçant l'"incapacité" du pouvoir à contrer la violence jihadiste qui ravage ce pays.

Dans la matinée, les policiers anti-émeutes ont tiré du gaz lacrymogène pour empêcher les manifestants de se rassembler place de la Nation, dans le centre de la capitale burkinabè quadrillé par un important dispositif de sécurité et où tous les commerces étaient fermés, a constaté un journaliste de l'AFP.

Après cette dispersion musclée, des jeunes ont dressé des barricades de fortune et brûlé des pneus dans plusieurs quartiers de la capitale.

Des manifestants ont également vandalisé une partie de la direction de l'état civil, après avoir tenté d'incendier le bâtiment de la mairie de Ouagadougou, dont le maire avait interdit les manifestations.

Au cours de ces violences, un enfant de moins de 10 ans a été blessé par des tirs de gaz lacrymogène et remis par les manifestants à une unité anti-émeute de la gendarmerie, a constaté l'AFP. Deux journalistes burkinabè ont également été blessés lors de tirs de gaz lacrymogène, ont annoncé leurs médias, la radio privée Omega et le site en ligne Filinfos sans qu'on sache la gravité de leurs blessures.

Ailleurs sur le web

Vos réactions