16/11 13:31

Une enquête sur des soupçons de violences policières illégitimes après l'interpellation d'un sans-papier malien à Paris confiée à la police des polices

Une enquête sur des soupçons de violences policières illégitimes après l'interpellation d'un sans-papier malien à Paris a été confiée le 17 septembre à la police des polices, a indiqué le parquet de Paris. Cette enquête a été ouverte le 17 septembre, soit le jour même des faits, pour "violences par personnes dépositaires de l'autorité publique", a-t-on appris auprès de cette source, confirmant une information du journal d'investigation en ligne, Mediapart.

Une autre enquête a par ailleurs été ouverte ce même jour pour "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique, rébellion et outrage", et confiée au commissariat du XVIIIe arrondissement, a ajouté le parquet.

D'après Mediapart, Seriba, 30 ans, sans-papier malien, fête son anniversaire avec ses amis dans la cour de son immeuble parisien quand il est interpellé dans la nuit.

D'après la préfecture de police, il est interpellé vers 3H30 du matin "en état d’ébriété par un équipage du XVIIIe arrondissement intervenant pour des perturbateurs devant un immeuble".

Sur des images de vidéosurveillance dévoilées par Mediapart, on voit un face-à-face tendu entre Seriba et un policier avant qu'il ne soit amené au sol et menotté.

D'après des témoignages recueillis par le site d'information, un coup de Taser est donné par un policier.

Une source policière a affirmé à l'AFP qu'il était drogué au protoxyde d'azote, et que le taser avait été utilisé à "deux reprises sur lui".

Il a déclaré à Médiapart qu'une fois embarqué dans un véhicule de police puis au commissariat, il avait reçu plusieurs coups de Taser "au niveau des testicules", et été frappé, ce qui a conduit à son hospitalisation.

Selon un rapport médical dévoilé par le site d'information en ligne et consulté par l'AFP, Seriba, examiné par un médecin de l'Unité médico-judiciaire (UMJ), déclare "avoir été victime de violences par des fonctionnaires de police lors de son interpellation", avoir "été plaqué au sol puis dans le véhicule de police, il a été roué de coups de poing au niveau de la face, du thorax."

Le médecin lui accorde 45 jours d'interruption temporaire de travail (ITT), évoquant une "probable fracture du radius", un "choc psychologique important", un "traumatisme crânien" et des "lésions au niveau des parties génitales compatibles avec des traces de Taser".

Mais un deuxième examen médical a ramené cette ITT à 6 jours, a précisé le parquet.

Selon son avocat, Me Arié Alimi, il fait aussi l'objet de propos racistes. Seriba a déposé plainte à la police des polices, le 6 octobre.

"Il s'agit là encore d'une affaire de violence policière à caractère raciste particulièrement inquiétante. Elle s'inscrit dans un racisme systémique de l'institution policière. La préfecture de police de Paris, l'IGPN ainsi que de nombreux policiers ont tenté d'éviter sa révélation", a dénoncé Me Alimi.

Son client est par ailleurs poursuivi devant le tribunal correctionnel pour "usage illicite de stupéfiants" et "outrage à personne dépositaire de l'autorité publique" pour des faits datant du 6 octobre, selon le parquet de Paris. Il comparaîtra le 17 février, a précisé Me Alimi.

Selon des images filmées par un témoin, diffusées par Mediapart, on voit des policiers fouiller plusieurs fois dans sa sacoche.

"Les vidéos et témoignages montrent que sa sacoche était vide et que ce sont les policiers qui ont introduit volontairement des produits stupéfiants dans la sacoche après son interpellation", a affirmé à l'AFP Me Alimi.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de seb2746
16/novembre/2021 - 19h59
artisandu06 a écrit :

La loi étant déjà que cette personne n'a rien à faire en France, il fait quoi à part faire chier tout le monde, profiter de notre pays, se défoncer et provoquer à tout va ! ! !

Tu devrais le prendre chez toi, après tout vous les gauchos vous adorez aider ces gens....de loin...

Donc pour vous, le fait d'être sdf / sans papier justifie d'essayer de la tuer où d'en faire un amusement pour des violences gratuites par des gens devant respecter ET faire respecter la loi ?

 

Y'a + 12 000 enfants en situation irrégulières, vous allez faire une ratonnade d'enfants pour s'amuser car ils n'ont pas de papier ? encore une logique digne des waffen SS... bravo à vous, du coup à choisir je préfère dans ce cas là l'insulte d'être "de gauche".

Portrait de seb2746
16/novembre/2021 - 16h40
Penni a écrit :

Bien entendu le clandos toxico qui fout la merde à 3h du matin et se bat avec des policiers n'aura aucun problème, ne sera pas expulsé, va nous couter encore des dizaines de milliers d'euros rien qu'en procédures judiciaires et continuera tranquillement à foutre la merde.

Et les policiers vont avoir tout le système sur le dos pour avoir juste fait leur boulot.

On est bien dans un pays de gauche.

Donc vous excusez les violences policières, les bavures et les faux/usages de faux ? sachant que là, tout est bien CONTRE eux au niveau des preuves...

 

Tout est fait justement pour dégager ces individus de notre police pour des gens compétents et respectant les lois.

Portrait de fifeur
16/novembre/2021 - 16h11

Quand est-ce que le statut de légitime défense des policiers sera reconnu???

Portrait de KERCLAUDE
16/novembre/2021 - 15h57

Une situation normale d'un sans papier qui fête son anniversaire en toute légalité??

 

Portrait de Penni
16/novembre/2021 - 14h22

Bien entendu le clandos toxico qui fout la merde à 3h du matin et se bat avec des policiers n'aura aucun problème, ne sera pas expulsé, va nous couter encore des dizaines de milliers d'euros rien qu'en procédures judiciaires et continuera tranquillement à foutre la merde.

Et les policiers vont avoir tout le système sur le dos pour avoir juste fait leur boulot.

On est bien dans un pays de gauche.

Portrait de Greenday2013
16/novembre/2021 - 13h42

Ah oui alors, laissez-donc les sans-papiers gêner et faire peur au voisinage, sinon vous ne respectez pas les droits de l'homme !