02/11 07:16

Singapour annonce avoir interdit un ouvrage sur la censure des dessins humoristiques contenant notamment des reproductions des caricatures de Mahomet

Les autorités de Singapour ont annoncé lundi avoir interdit un ouvrage consacré à la censure des dessins humoristiques considérés comme "offensants" et contenant notamment des reproductions des caricatures du prophète Mahomet publiées par l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo.

Cet ouvrage, intitulé "Lignes rouges: caricatures politiques et lutte contre la censure" est interdit de vente à Singapour, a annoncé l'autorité gouvernementale chargée des médias et des publications, Infocomm Media Development Authority (IMDA).

Le livre est jugé "répréhensible" car il contient des reproductions des caricatures du prophète Mahomet publiées par Charlie Hebdo, dont la publication a déclenché des actes de violence et des manifestations massives, a indiqué l'IMDA. "Les caricatures offensantes de Charlie Hebdo sont apparues pour la première fois en 2006 et ont été largement considérées comme irresponsables et racistes", a ajouté l'Agence.

Selon l'IMDA, le livre contient également des références qui dénigrent l'hindouisme et le christianisme. Tout personne reconnue coupable d'avoir importé, vendu, distribué ou reproduit une publication considérée comme répréhensible est passible d'une amende de 5.000 dollars de Singapour (3.700 dollars américains), d'une peine de prison d'un an ou les deux.

Les auteurs de "Lignes rouges" sont le Singapourien Cherian George, professeur d'université spécialisé dans la liberté d'expression et la censure, qui vit actuellement à Hong Kong, et l'auteur de bandes dessinées Sonny Liew, qui vit à Singapour, et lauréat de plusieurs prix.

Publié en août par MIT Press, le livre contient notamment des interviews de caricaturistes victimes de la censure dans différents pays du monde. Charlie Hebdo, qui avait publié des caricatures du prophète de l'islam en 2006, a été la cible en 2015 d'un attentat ayant fait douze morts au siège de la rédaction à Paris.

Des manifestations massives ont eu lieu dans des pays du Moyen-Orient et asiatiques après que le président Emmanuel Macron eut défendu le droit à publier des caricatures considérées comme blasphématoires, au nom de la liberté d'expression.

La population de Singapour, à majorité ethnique chinoise, compte une importante minorité musulmane. La loi y réprime sévèrement les discours de haine et les comportements suscitant l'animosité entre communautés religieuses ou ethniques.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de NOEL687
3/novembre/2021 - 20h14

T'inquiète que dans un pays étranger si on avait permis la publication de dessins contre le peuple déchu, on aurait un concert mondial d'indignation. Je suis Charlie a ses limites quand même.

Portrait de Greenday2013
2/novembre/2021 - 14h11
Assier de Pompignan a écrit :

Ils ont raison 

De quoi ? De baisser l'échine ?