17/10 17:31

Chaînes de télé, studios hollywoodiens… Tout le monde veut sa part dans le streaming vidéo, toujours plus encombré, avec en ligne de mire le géant Netflix

Par Carole GUIRADO

Chaînes de télé, studios hollywoodiens, équipementiers, plateformes spécialisées: tout le monde veut sa part dans le streaming vidéo, toujours plus encombré, avec en ligne de mire Netflix, encore référence numéro un pour des consommateurs confrontés à une offre pléthorique. A chaque saison, sa nouvelle offre de streaming: dernière en date, le lancement de HBO Max, filiale de WarnerMedia, en Europe dès fin octobre qui sera présente dans 27 pays du Vieux continent d'ici fin 2022. A horizon 2026, l'offre de streaming de HBO sera disponible "dans 190 territoires", a annoncé le géant américain la semaine dernière.

WarnerMedia, qui compte dans son giron HBO et CNN, espère bien bousculer le champion du secteur sur son terrain, fort de sa prochaine union en 2022 avec Discovery, maison-mère de Discovery Channel, HGTV, Food Network et Eurosport. En janvier, Discovery lançait aussi sa propre offre de streaming Discovery+ à travers le monde. "Les cartes ne sont pas encore distribuées, le jeu continue d'être très évolutif", constate auprès de l'AFP Philippe Bailly, président de NPA Conseil, cabinet spécialiste des médias. "Des offres continuent d'apparaître" tant dans les services de vidéo en ligne payants que dans le streaming gratuit financé par la publicité (AVOD) où des industriels comme Samsung ou LG ont aussi développé leurs propres projets, précise-t-il. 

"En tant que pionnier, nous voyons beaucoup de nouveaux services qui copient notre modèle", a assuré lors du Mipcom, grand marché mondial de l'industrie audiovisuelle, Olivier Jollet, directeur général de Pluto TV international, plateforme née en 2014. Cette filiale de ViacomCBS, qui revendique 52 millions d'utilisateurs actifs dans 25 pays, propose des dizaines de chaînes thématiques avec une programmation pré-définie disponibles via internet. Pour son dirigeant, cette concurrence accrue témoigne d'un "avenir radieux" pour ce type de format "dans le monde du streaming".

Coté streaming payant, le marché est dominé par "le roi Netflix, la reine Disney et le prince Amazon", mais à l'échelle mondiale, il existe 130 plateformes représentant des acteurs locaux, régionaux et internationaux, a détaillé Frédéric Vaulpré, directeur de Glance, département médias internationaux de Médiamétrie, lors d'une conférence du Mipcom à Cannes. Pour autant Netflix demeure "en très bonne position, même aujourd'hui, parce que c'est le seul service que beaucoup de gens pensent devoir avoir", décrypte auprès de l'AFP Julia Alexander, analyste stratégique senior chez Parrot Analytics. Néanmoins, le géant californien "doit s'inquiéter que des sociétés comme ViacomCBS et NBCUniversal, qui aux États-Unis ont des services de streaming, (respectivement) Paramount+ et Peacock, vont associer une grande partie de leurs actifs en Europe".

"Ils vont trouver des moyens de codistribution en tant que grande plateforme, car leur catalogue de contenus est tellement demandé qu'ils ont plus de chances de s'attaquer à des géants comme Netflix s'ils choisissent cette voie", anticipe-t-elle. Mais parallèlement les nouveaux entrants risquent d'"avoir du mal à trouver du nouveau contenu qui va attirer du monde". Ils peuvent se heurter à "une règle simple des services de streaming: les nouveaux films et émissions de télévision très attendus ont tendance à être des facteurs d'acquisition" de nouveaux abonnés. Sur le marché nord-américain, Etats-Unis et Canada compris, où des signes de saturation apparaissent, les consommateurs ont tendance à passer de plateforme en plateforme en fonction de leurs envies, profitant de procédures de résiliation et d'abonnement flexibles, explique l'analyste.

"La qualité du référencement et la facilité à trouver des contenus" seront parmi les prochains enjeux, d'après Philippe Bailly. Car la fatigue du client, perdu au milieu d'offres chaque fois plus foisonnantes, guette. Les nouvelles offres ne peuvent pas s'empiler mois après mois, estime-t-il. Quand on est abonné à plusieurs plateformes, comment trouver simplement un programme que l'on veut voir ? Cette solution "n'existe pas aujourd'hui", constate M. Bailly. "Si on veut éviter de trop lasser le consommateur, il faudra revenir à quelque chose de plus simple".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Citoyen87
18/octobre/2021 - 08h40

La plupart des gens ne vont pas s'abonner à une dizaine de fournisseurs, ils devraient se mettre d'accord.