12/10 14:02

La secrétaire générale du Secours populaire, Henriette Steinberg, demande au gouvernement "d'arrêter" la numérisation des services publics "à marche forcée", réclamant de "l'humanité"

La secrétaire générale du Secours populaire, Henriette Steinberg, a demandé mardi au gouvernement "d'arrêter" la numérisation des services publics "à marche forcée", réclamant de "l'humanité". "On demande d'abord à la puissance publique d'arrêter ce système de digitalisation des services publics à marche forcée, qui font que les gens vont aller dans la catastrophe en klaxonnant", a déclaré Mme Steinberg sur le plateau de France 2.

"Attention, ce n'est pas par les ordinateurs que vous allez résoudre les problèmes de gens", a-t-elle ajouté, rappelant leur besoin "d'avoir de quoi manger mais aussi d'être respectés dans leur dignité". "Il faut de l'humanité, la puissance publique a la capacité de le faire, surtout si elle dit qu'elle a la volonté de le faire", a-t-elle ajouté.

La responsable a ainsi regretté que certaines populations, non salariées, soient passées "sous les radars" du "quoi qu'il en coûte" instauré pendant la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19. Ceux "qui n'avaient jamais rien demandé à personne (...): le petit commerce, les indépendants, les toutes petites structures…" se sont "retrouvés avec rien du tout, et aucune connaissance de ce qu'il était possible de faire dans des situations pareilles".

Ces populations "ne pouvaient aller vers personne parce que les divers services sociaux étaient fermés", a encore décrit Mme Steinberg.

Début septembre, le ministère de la Transformation publique avait annoncé que 212 démarches administratives sur les quelque 250 présentées comme "essentielles à la vie quotidienne des Français", étaient désormais numérisées, soit 30 de plus qu'en octobre 2020. Les démarches recensées par le ministère concernent de nombreux domaines, de la gestion du prélèvement à la source à la demande d'autorisation administrative de coupe de bois, en passant par le vote des Français de l'étranger.

Ailleurs sur le web

Vos réactions