30/09/2021 20:24

Jean Castex annonce sur TF1 que les prix du gaz vont-être bloqués par le gouvernement jusqu'en avril prochain : "La hausse de 12,5% en octobre va être appliquée et ce sera la dernière"

Jean Castex invité ce soir du 20h de TF1 affirme : "On nous prévoit d'ici la fin de l'année, 30% à nouveau d'augmentation du prix du gaz et peut-être au début de l'année 2022. Les mêmes experts nous expliquent qu'on va avoir au printemps une forte baisse des prix. Nous avons à gérer une bosse. Nous allons bloquer, il n'y aura plus d'augmentation du prix du gaz. Cette hausse de 12,5% en octobre va être appliquée, c'est la dernière.

Nous l'avions anticipée, parce que j'avais annoncé un chèque énergie qui entrera en vigueur en décembre.

Pour l'électricité, ce sera aussi le bouclier tarifaire. La hausse est moindre que ce qui se passe à l'étranger parce que nous produisons en France, grâce au nucléaire et aux énergies renouvelables l'essentiel de notre électricité."

Le tarif réglementé du gaz va augmenter de 12,6 % au 1er octobre, a annoncé la Commission de régulation de l’énergie (CRE) ce lundi après-midi. Ce même tarif réglementé avait bondi de 8,7 % au 1er septembre, du fait notamment de la hausse des cours mondiaux, a annoncé vendredi le régulateur. « Cette évolution résulte de la hausse, historique, des prix du gaz sur le marché mondial qui se répercute sur les coûts d’approvisionnement du fournisseur de gaz Engie », explique la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Hors taxe, la hausse est de 13,9% et, dans le détail, de 4,5% pour les utilisateurs de gaz pour la cuisson, de 9,1% pour ceux qui ont un double usage (cuisson et eau chaude), et de 14,3% pour les foyers qui se chauffent au gaz, détaille la Commission. Ces tarifs réglementés, remis à jour chaque mois, ont connu une série de fortes hausses récemment. Ils ont encore augmenté de 8,7% au 1er septembre, après plus de 5% en août et près de 10% en juillet.

Les cours du gaz sont à des niveaux très élevés en Europe en raison de divers facteurs : stockages bas, forte demande du gaz naturel liquéfié (GNL) en Asie et incapacité de la Norvège et de la Russie d’augmenter leurs livraisons, souligne la CRE. La demande est aussi tirée par la reprise économique mondiale, à la faveur de l’amélioration de la situation sur le front de la pandémie de Covid-19. Les tarifs réglementés sont appliqués à environ trois millions de foyers, pour l’essentiel par Engie qui en détient le monopole sur la plus grande partie du territoire.

Face à la forte hausse des prix du gaz - mais aussi potentiellement de l’électricité l’an prochain - le gouvernement a récemment annoncé que près de six millions de ménages modestes bénéficieraient d’un chèque exceptionnel de 100 euros en décembre. « Les prix de gros du gaz pour les produits futurs indiquent actuellement un maintien de ces niveaux de prix très élevés pendant l’automne 2021 et l’hiver 2021-2022, puis une baisse à partir du printemps et de l’été 2022, avant un retour à la normale pour l’année 2023 », indique la CRE. Celle-ci dit travailler avec l’administration sur « des solutions pour passer l’hiver et profiter de la baisse des prix de gros prévue à partir du printemps ».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de COLIN33
30/septembre/2021 - 20h44 - depuis l'application mobile

comme ça va être lissé après avril il faudra le payer !!!

Portrait de FrenchDreamer
30/septembre/2021 - 20h35

la dernière avant que tu dégages of course

Portrait de remarques
30/septembre/2021 - 20h29

Tiens tiens jusqu'en Avril.....comme par hasard !

Portrait de enero
27/septembre/2021 - 19h10
Cortex a écrit :

Lorsque je vois les augmentations, je suis bien content d'avoir investi dans une pompe à chaleur, une VMC, ne pas avoir de gaz et l'installation prochaine de panneaux solaires et d'un puit canadien.Certes tout ça coûte une somme mais ce sera vite rentabilisé...

pompe à chaleur ok mais l’électricité qui la fait tourner va augmenter autant que le gaz.

Portrait de Nico75
27/septembre/2021 - 17h19

C'est normal c'est la loi de l'offre et de la demande qui aboutit à la fixation du prix d'équilibre.

On a pas de gaz, on en a besoin donc on dépend des russes et des autres pays fournisseurs.