21/09 13:01

Un quotidien francophone algérien au coeur d'une polémique après avoir publié une photo retouchée occultant le minaret de la Grande mosquée d'Alger

Un quotidien francophone algérien s'est retrouvé sous le feu des critiques pour avoir publié une photo retouchée occultant le minaret de la Grande mosquée d'Alger. La photo, publiée par le journal El Watan, montrait le passage du convoi funéraire de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika, enterré dimanche, mais l'imposant minaret de la Grande mosquée d'Alger en arrière plan en avait été supprimé, suscitant de vives critiques d'internautes outrés sur les réseaux sociaux. Devant ce tollé, le quotidien francophone s'est excusé sur son site, évoquant un "malheureux traitement technique au niveau du service PAO (publication assistée par ordinateur) du journal". Il a assuré qu'il s'agissait d'"un incident purement technique (qui) n'a rien à voir avec un quelconque calcul idéologique comment tentent de le distiller des cercles connus pour leur hostilité à El Watan". Le ministère de la Communication a dénoncé un "comportement étrange et injustifié" et une "violation flagrante des lois" régissant la Grande mosquée d'Alger, condamnant "fermement et clairement" la suppression du minaret. Le ministère des Affaires religieuses a pour sa part estimé dans un communiqué que la publication de cette photo constituait "une violation qui devrait donner lieu à des mesures administratives et des poursuites judiciaires". Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), le principal parti islamiste en Algérie, Abderrezak Makri, a pour sa part dénoncé sur sa page Facebook une "haine envers les symboles de la religion musulmane". Le minaret de la Grande mosquée d'Alger est le plus haut du monde. Il surplombe la baie d'Alger et culmine à 267 mètres, soit 43 étages desservis par des ascenseurs panoramiques. Méga-projet emblématique de Bouteflika, chassé du pouvoir en 2019, la Grande mosquée a suscité une vive polémique en Algérie en raison notamment de son coût (plus de 750 millions d'euros), jugé exorbitant. Devenu président en 1999, à la fin de la décennie noire de guerre civile (1992-2002, 200.000 morts) et chassé du pouvoir en 2019, Bouteflika s'est éteint le 17 septembre à l'âge de 84 ans.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions