12/09 07:16

Les talibans continuent d'asseoir leur pouvoir en Afghanistan et d'aller vers la normalisation économique, avec la reprise attendue des vols commerciaux vers Kaboul

Les talibans continuent d'asseoir leur pouvoir en Afghanistan et d'aller vers la normalisation économique, avec la reprise attendue des vols commerciaux vers Kaboul, vingt ans après les attentats du 11-Septembre qui avaient entraîné la chute des islamistes. Ces attaques, perpétrées par Al-Qaïda, ont changé l'histoire de l'Afghanistan.

Washington a décidé dans la foulée d'envahir le pays pour chasser du pouvoir les talibans, coupables aux yeux de Washington d'avoir hébergé des cadres d'Al-Qaïda. Une parenthèse pro-occidentale de deux décennies, refermée le 15 août dernier avec le retour des talibans au pouvoir à la faveur du retrait militaire américain.

Des rumeurs ont couru ces derniers jours d'une possible intronisation officielle samedi du nouveau gouvernement taliban, mais rien n'était annoncé dans l'après-midi. "C'est un jour pour l'Amérique, pas pour l'Afghanistan", a déclaré à l'AFP Muhammad Alzoad, un employé de banque. Pour lui, le 11-Septembre "n'avait rien à voir avec l'Afghanistan, mais ça nous a fait souffrir".

Un pas vers la normalisation économique a été franchi samedi avec l'annonce par la compagnie nationale pakistanaise PIA de la reprise lundi de ses vols commerciaux d'Islamabad à Kaboul, interrompus juste après le 15 août.

"A ce stade, nous avons reçu 73 demandes" de passagers intéressés, "ce qui est très encourageant", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la compagnie pakistanaise, précisant avoir de nombreuses demandes d'ONG humanitaires et de journalistes souhaitant se rendre à Kaboul.

Un premier vol passager international d'évacuation, non commercial, avait décollé de Kaboul vers le Qatar jeudi, suivi d'un autre vendredi avec à son bord 158 passagers, dont des Américains, des Allemands, des Canadiens, des Français, des Néerlandais, des Belges et des Mauriciens.

Fin août, l'aéroport de Kaboul avait le théâtre de scènes de chaos avec des milliers d'Afghans, effrayés par le retour des talibans ou en quête d'une vie meilleure à l'étranger, tentant désespérément de monter à bord du gigantesque pont aérien organisé entre autres par les États-Unis.

Au total, plus de 123.000 personnes, principalement afghanes, avaient pu être évacuées dans le cadre de ce processus marqué le 26 août par un attentat meurtrier (plus de 100 morts) revendiqué par la branche locale de l'Etat islamique (EI). Plus de trois semaines après leur retour au pouvoir, les talibans ont commencé cette semaine à dévoiler leurs cartes en présentant notamment leur nouveau gouvernement, mené par nombre de caciques rigoristes de leur premier règne (1996-2001). Composé exclusivement de membres du mouvement islamiste, il est dépourvu de femmes.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions