10/08 07:43

Meurtre du Père Olivier Maire - L'incendiaire de la cathédrale de Nantes, qui s'est accusé de l'assassinat du prêtre en Vendée, a été interné d'office hier soir

Le présumé incendiaire de la cathédrale de Nantes en juillet 2020, qui s'est accusé lundi de la mort d'un prêtre en Vendée, a été interné d'office lundi soir, a-t-on appris de source proche du dossier. La garde à vue du suspect, âgé de 40 ans, a été levée pour "incompatibilité avec son état de santé", a-t-on précisé de même source.

Dans le cadre de son contrôle judiciaire lié à l'incendie, l'homme était hébergé au sein de la communauté religieuse à laquelle appartenait la victime, à Saint-Laurent-sur-Sèvre.

De nationalité rwandaise, Emmanuel Abayisenga était sorti le 29 juillet d'une hospitalisation en psychiatrie, a expliqué le vice procureur de La-Roche-Sur-Yon, Yannick Le Goater. Une enquête est ouverte pour "homicide volontaire" et en l'état, "aucun mobile lié à un motif terroriste" n'apparait dans cette affaire, a-t-il précisé. De source proche du dossier, on souligne que "le criminel était catholique. Loin du terroriste islamiste…"

Le drame a été annoncé par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sur Twitter, confirmant une information de Valeurs Actuelles. M. Darmanin s'est rendu en fin de journée à Saint-Laurent-sur-Sèvre, à une quinzaine de kilomètres au sud de Cholet. Le ministre y a rencontré la communauté religieuse et lui a apporté "un message de soutien et de fraternité" de la part du président de la République.

Selon M. Le Goater, le suspect s'est rendu en milieu de matinée à la brigade de gendarmerie de Mortagne-sur-Sèvre. Il a remis aux gendarmes une clé avec laquelle ils ont ouvert la porte d'une chambre de la communauté religieuse et découvert le corps sans vie d'Olivier Maire, né en 1960.

M. Le Goater a précisé que le suspect avait été incarcéré du 20 juillet 2020 au 31 mai 2021, dans le cadre de l'enquête sur l'incendie de la cathédrale de Nantes, le 18 juillet 2020. Il a ensuite été placé sous contrôle judiciaire, avec une obligation de résidence au sein de la communauté religieuse.

Le 20 juin, la gendarmerie avait été sollicitée par la victime, le père supérieur de la communauté, car le suspect "voulait quitter son hébergement" contraint, a précisé M. Le Goater. Il a alors été hospitalisé en psychiatrie, avant de revenir dans la communauté il y a une dizaine de jours.

La victime, supérieur provincial des missionnaires montfortains, était "quelqu’un de très réservé sur ce qu’il faisait", a expliqué à une journaliste de l'AFP le frère du prêtre décédé. Né à Besançon où il avait effectué l'essentiel de sa scolarité, il avait ensuite vécu plusieurs années en Haïti avant d’être ordonné prêtre, a raconté son frère. Il partait souvent à l’étranger et a aussi vécu "plusieurs années" en Ouganda, ainsi qu'en Italie, a-t-il précisé. Un membre de la communauté religieuse, le père Jean-Baptiste Dombélé, a déclaré à un journaliste de l'AFP à propos de la victime: "C’était un homme plein d’humanité". A propos du suspect, le père Dombélé a poursuivi: "C’est Olivier (la victime, ndlr) qui était le plus proche de lui, qui s’occupait de lui pour tout". "Il n'y avait pas de problème", a-t-il assuré.

La cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul incendiée à Nantes le 18 juillet 2020

Le président Macron a "exprimé toute sa sympathie" à la communauté religieuse des Montfortains, tandis que Jean Castex a fait part de son "profond effroi" et sa "vive compassion", ont indiqué l'Elysée et Matignon à l'AFP. La Conférence des évêques de France et la Conférence des religieux et religieuses de France ont aussi exprimé "leur immense tristesse et leur effroi" après "l'assassinat du Père Olivier Maire".

Le drame a aussitôt fait l'objet de polémiques politiques, à huit mois de l'élection présidentielle. La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, a réagi immédiatement sur Twitter, voyant dans cet assassinat la "faillite complète de l'Etat et de Gérald Darmanin", dénonçant le fait que son auteur n'ait pas été expulsé après l'incendie de Nantes.

Le ministre de l'Intérieur a répliqué sur Twitter: "Cet étranger n’était pas expulsable malgré son arrêté d’expulsion tant que son contrôle judiciaire n’était pas levé". Il a accusé Marine Le Pen de "polémiquer sans connaître les faits".

La dernière attaque mortelle visant un membre de l’Église catholique en France remonte au 29 octobre dernier, lorsqu'un Tunisien avait tué au couteau deux fidèles et le sacristain de la basilique de Nice.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de jm3924
10/août/2021 - 14h04

et si plutôt que déblatérer avec violence (ce qui est à l'opposé de la vie de ce curé)  on regardait l'homme courageux et bon qu'il avait choisi d'être.je respecte ce choix de vie et je suis triste de ce sacrifice, mais ce dont je suis certain c'est  que ce curé n'aimerait pas lire les discours haineux, violents dénués de sens qui occupent ce forum. c'est à des années lumières de ce que devait penser cet homme, alors le respect est plus dans la compassion (parce que c'est ce à quoi il a donné sa vie) que dans la violence et le rejet de l'autre quel qu'il soit et quel que soit ce qu'il a fait. C'est pas simple mais c'est ce à quoi il croyait très certainement et c'est ce qui fait de lui un homme héroïque et courageux comme aucun de nous très certainement ne pouvons nous prévaloir.

 

Portrait de jm3924
10/août/2021 - 12h54

aujourd 'hui sur ce site, une femme tuée par son mari, un homme tué par sa femme .

un curé tué c'est un fait divers  dramatique évidemment mais juste un fait divers.si ce fada etait en liberté c'est parce que la structure d'accueil du curé est reconnu pour ses compétences auprès des marginaux par la justice. le curé qui a voué sa vie aux plus démunis connaissait tout à fait les risques encourus et les avaient acceptés parce que c'est sa foi.il avait surement bien des fois réussi à ce sortir de situation complexe auprès des marginaux, et ce curé ne se préoccupait pas de savoir si l'individu à aider était en situation régulière, noir blanc asiat, juif musulman, chrétien (probable pour un rwandais). Sa foi le déterminait dans son action (évangile selon ST Mathieu 18-12 -13et ST Luc 15.3-7).avant hier il a été tué c'est dramatique il avait accepté ce risque ce qui n'est surement pas le cas des deux faits divers cités au début.

le mal n'est pas religieux il est le mal

Portrait de valcareldj
10/août/2021 - 09h45

Le storytelling conservateur français , donc le plus idiot du monde, sur le catholicisme est rigolo. On présente les cathos et l'église comme peaceful et gardiens du sacré alors que c'est une institution sanguinaire, dégueulasse et intolérante depuis des siècles , voulant dominer les esprits et les conformer, cupide et cultivant l'entre soi bourgeois . Deuxième source de souffrance pédophile pour les enfants aussi,.après les familles...et dont les auteurs sont encore plus protéges que dans les familles. Paix à l'âme de ce prêtre qui avait l'air d'avoir trouvé le vrai chemin de la charité.