04/08 18:32

Coronavirus - De nouvelles mesures de "freinage" annoncées en Corse-du-Sud, dont la fermeture des bars et restaurants dès 1h du matin - Le plan blanc déclenché dans les hôpitaux d'Occitanie, Corse et PACA

18h29: De nouvelles mesures de "freinage" sont annoncées par la préfecture en Corse-du-Sud, dont la fermeture des bars et restaurants dès 1h du matin dès ce jeudi. De plus, les soirées de "plus de 50 personnes" organisées au sein de ces établissements "doivent faire l’objet d’une déclaration à la préfecture au moins 72h avant l’évènement".

La préfecture précise toutefois que les discothèques ne sont "pas concernées" par ces horaires de fermeture.

Rappelons que me port du masque redevient obligatoire à l'extérieur dans les villes de Porto-Vecchio, Sartène, Propriano et Bonifacio, et sur les places publiques de toutes les communes du département.

Ces mesures sont prévues jusqu'au "18 août inclus".

18h18: Le Plan blanc a été déclenché dans la région Occitanie après l'avoir été en Corse et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, a annoncé mercredi l'ARS d'Occitanie.

C'est désormais tout le pourtour méditerranéen qui est concerné par cette mesure qui permet de mobiliser l’ensemble des personnels de santé afin d'augmenter le nombre de lits en réanimation et en hospitalisation des patients Covid.

"L’importance du nombre de cas Covid graves pris en charge a amené l’Agence régionale de santé à demander aujourd’hui aux établissements de santé publics et privés de déclencher leur plan blanc, un dispositif exceptionnel destiné à renforcer l'organisation des hôpitaux face à la reprise de l'épidémie", a déclaré l'ARS dans un communiqué.

L'ARS d'Occitanie justifie cette décision par "la dégradation brutale et rapide des indicateurs dans notre région", "le fort impact de la quatrième vague épidémique" et pointe que "les admissions à l’hôpital en hospitalisation conventionnelle et en réanimation augmentent actuellement très vite".

09h43: Après la Corse, le "plan blanc" va aussi être activé dans les hôpitaux de Provence-Alpes-Côte-d'Azur pour permettre aux établissements de soins de faire face à une augmentation sensible des hospitalisations, a annoncé l'Agence régionale de santé mardi soir. En une semaine, "et en pleine période de congés pour les soignants comme pour les vacanciers de notre région", explique l'ARS dans un communiqué, "les hospitalisations pour covid ont connu une augmentation de 56%". En soins critiques, "cette augmentation atteint 46%".

Le taux d'incidence dans la région a fortement augmenté également en une semaine, atteignant 562 pour 100 000 contre 404 pour 100.000 fin juillet. A Marseille, 102 patients Covid étaient hospitalisés dans les services de l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM), dont 31 en réanimation.

"La pression augmente chaque jour", a indiqué en début de semaine l'AP-HM à l'AFP, tout en affirmant ne pas avoir eu besoin à ce stade de rappeler des soignants en congé.

"Cela monte extrêmement vite", a de son côté décrit à l'AFP une porte-parole de l'hôpital Sainte-Musse à Toulon en évoquant les hospitalisations. Si l'hôpital n'a pas recours à des déprogrammations, elle a témoigné d'une grande difficulté à trouver du personnel.

Mardi, la Corse avait été la première région métropolitaine à annoncer le déclenchement du plan blanc dans ses hôpitaux.

Cette étape permet de mobiliser l’ensemble des personnels de santé afin d'augmenter le nombre de lits en réanimation et en hospitalisation des patients Covid. Alors que la Martinique est reconfinée depuis vendredi et que la Guadeloupe s'apprête à l'être à partir de mercredi soir, le Premier ministre Jean Castex a présidé mardi une réunion de la Cellule interministérielle de crise, décidant du déploiement de 10 lits de réanimation supplémentaires aux Antilles par le service de santé des armées (SSA) à compter de la mi-août, selon Matignon.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de PhilRAI
5/août/2021 - 23h45
BRETZEL68 a écrit :

j'ai bien écouté, c'est bien ça le problème...

par contre, toi tu as des oeillères

Non, visiblement vous n'avez pas écouté ! Il n'a jamais dit qu'il fallait mettre le gel Vicks dans le nez !!! Il existe des sticks Vicks pour cela, et on peut très bien faire une inhalation à l'ancienne.

Il a juste dit qu'il fallait explorer l'efficacité de ces anciens remèdes.

Portrait de BRETZEL68
5/août/2021 - 16h38
PhilRAI a écrit :

Commencez déjà par écouter ce qu'il dit vraiment  au lieu d'inventer n'importe quoi.

j'ai bien écouté, c'est bien ça le problème...

par contre, toi tu as des oeillères

Portrait de PhilRAI
5/août/2021 - 14h09
BRETZEL68 a écrit :

Bravo pour la tentative de fake..... mais perdu - GAME OVER

dans sa vidéo il parle d'une molécule qui ne figure que dans le baume et pas dans l'inhalateur.... Il recommande donc de mettre un produit dangereux dans narines d'où le message du fabricant

Commencez déjà par écouter ce qu'il dit vraiment  au lieu d'inventer n'importe quoi.

Portrait de PhilRAI
5/août/2021 - 14h08
BRETZEL68 a écrit :

Mon Dieu, après plus d'un an de rabâchage, tu en es encore là, même ton gourou a arrêté

Grandis un peu

Vous racontez n'importe quoi ! Il ne s'agit pas d'un gourou et il traite toujours les malades covid avec succès.

Portrait de BRETZEL68
5/août/2021 - 12h02
PhilRAI a écrit :

Qu'on peut toujours raconter n'importe quoi, seuls les faits sont importants ! Tous les témoignages convergent de partout dans le monde : l'ivermectine est très efficace contre la covid. 

Pas besoin d'études artificielles  bidons destinées à nous faire croire que ce qu'on constate dans la vraie vie n'existe pas.

Mon Dieu, après plus d'un an de rabâchage, tu en es encore là, même ton gourou a arrêté

Grandis un peu

Portrait de BRETZEL68
5/août/2021 - 12h00
PhilRAI a écrit :

Bel exemple d'une personne qui raconte n'importe quoi, qui répète sans réfléchir les conneries de la propagande officielle.

D'abord Raoult utilise toujours avec le même succès l'hydroxychloroquine et aussi les autres médicaments cités.

En suite il n'a jamais dit de mettre de la pommade Vicks dans les narines !!! Vous ne l'avez pas écouté ! Il existe un stick inhalateur Vicks qu'on trouve dès qu'on fait une toute petite recherche. Que d'ailleurs il n'a pas dit qu'il fallait utiliser, c'était juste un exemple de sujet de recherche d'efficacité de produits utilisés depuis très longtemps.

Enfin, oui, on continue d'interdire par des pressions et menaces au médecins de prescrire les médicaments efficaces et sans danger. 

Bravo pour la tentative de fake..... mais perdu - GAME OVER

dans sa vidéo il parle d'une molécule qui ne figure que dans le baume et pas dans l'inhalateur.... Il recommande donc de mettre un produit dangereux dans narines d'où le message du fabricant

Portrait de PhilRAI
5/août/2021 - 11h24
croco a écrit :

@PhilRAI Et si Pasteur qui fait des essais sur l'ivermectine concluait qu'il n'est pas efficace, que diriez vous ?

Qu'on peut toujours raconter n'importe quoi, seuls les faits sont importants ! Tous les témoignages convergent de partout dans le monde : l'ivermectine est très efficace contre la covid. 

Pas besoin d'études artificielles  bidons destinées à nous faire croire que ce qu'on constate dans la vraie vie n'existe pas.

Portrait de PhilRAI
5/août/2021 - 11h22
cruchon a écrit :

Je trouve votre réflexion hyper naïve !

Vous pensez vraiment que dans le monde entier, des gros secteurs d'activités comme l'aéronautique, le tourisme, l'industrie et j'en passe seraient sacrifiés pour faire plaisir à quelques labos ? Toute cette histoire coûte bien plus que 50 balles par tête.

 

 

Pour avoir un avis il faudrait avoir toutes les cartes en mains, on ne les a pas. On ne peut donc que constater les faits : des industries pharmaceutiques arrivent à tout bloquer à leur avantage, à vous obliger à nous faire vacciner avec leurs produits à l'efficacité très douteuse, dangereux dans les faits, alors qu'il n'y a aucune étude sérieuse sur ces vaccins. Les seules études sont produites par les labos en question qu'on est priés de croire sur parole !!! 

Les mêmes labos qui font des pressions énormes partout dans le monde pour casser l'utilisation des médicaments efficaces et sans danger produits partout dans le monde par des petits laboratoires.

Voilà les faits, ne pas être capable de les expliquer ne les fait pas disparaître.

Portrait de PhilRAI
5/août/2021 - 11h18
BRETZEL68 a écrit :

t'es de nouveau là ? ça faisait longtemps qu'on n'a pas eu le "plaisir" de te lire.

Toujours encore en boucle avec "l'interdiction de de prescrire les médicaments qui soignent"

Il faut te mettre à jour : même ton gourou ne parle plus de l'hydroetc... et de l'autre dont j'ai oublié le nom - maintenant il propose de mettre de la pommade Vicks dans les narines (véridique voir sa dernière vidéo de 17 mn que j'ai du supporter regarder jusqu'au bout) - même la boîte que fabrique a été obligée de tweeter qu'il ne fallait surtout pas faire ça car dangereux.....

Bel exemple d'une personne qui raconte n'importe quoi, qui répète sans réfléchir les conneries de la propagande officielle.

D'abord Raoult utilise toujours avec le même succès l'hydroxychloroquine et aussi les autres médicaments cités.

En suite il n'a jamais dit de mettre de la pommade Vicks dans les narines !!! Vous ne l'avez pas écouté ! Il existe un stick inhalateur Vicks qu'on trouve dès qu'on fait une toute petite recherche. Que d'ailleurs il n'a pas dit qu'il fallait utiliser, c'était juste un exemple de sujet de recherche d'efficacité de produits utilisés depuis très longtemps.

Enfin, oui, on continue d'interdire par des pressions et menaces au médecins de prescrire les médicaments efficaces et sans danger. 

Portrait de PhilRAI
5/août/2021 - 11h12
BRETZEL68 a écrit :

super de citer 2 médecins dont l'un est un généraliste et l'autre urologue retraité

y'a pas à dire c'est des sommités en matière d'infectiologie

Des gens de terrain ! ils observent et tirent des conclusions. La base de la science, le contraire de ceux qui nous pondent des études théoriques destinées à nous faire croire que ce qu'on observe n'existe pas. Le témoignage du Dr. Erbstein est terrible : je ne pouvais pas les laisser mourir ! Il a des résultats incontestables et on l'insulte, le menace, lui ordonne de se taire. Voilà la sinistre réalité. 

Des criminels nous imposent des vaccins très peu efficaces et dangereux alors qu'il existe des médicaments fiables et efficaces. Tout cela par appât du gain et par idéologie.

 

Portrait de PhilRAI
5/août/2021 - 11h08
croco a écrit :

@PhilRAI Pourquoi le laboratoire Mylan qui produit l'ivermectine ne met pas en avant l'efficacité de son médicament puisqu'il n'a pas de vaccin par ailleurs ?

Parce qu'il se fiche de ce médicament qui ne rapporte rien et qui est fabriqué à bas coût dans de nombreux pays. Donc ils en vendraient très peu à très faible coût. Et puis que savez-vous des relations entre laboratoires ? Visiblement tout est fait pour casser l'ivermectine partout dans le monde en dépit de ses effets spectaculaires. Ce n'est pas un hasard !  Ne pas comprendre un mécanisme financier et politique n'efface pas ce qu'on constate.

 

Portrait de BRETZEL68
5/août/2021 - 08h58
PhilRAI a écrit :

Vous débarquez ? vous étiez sur la planète Mars ? ou alors vous vous contentez de la propagande officielle ... Il faudrait des pages pour vous expliquer ce qu'est un test PCR, pour vous donner des multiples témoignages de soignants concernant les fausses réanimations, les explications du Dr. Ersbtein qui explique comment on l'a fait taire et comment on fait taire ceux qui ne veulent pas suivre la propagande officielle, idem pour les médicaments efficaces. Allez voir le blog du Dr. Maudrux, vous avez des heures de lecture de ses dossiers très bien documentés.

super de citer 2 médecins dont l'un est un généraliste et l'autre urologue retraité

y'a pas à dire c'est des sommités en matière d'infectiologie

Portrait de BRETZEL68
5/août/2021 - 08h51
PhilRAI a écrit :

Toujours la même escroquerie : diminution des moyens hospitaliers, tests PCR à CT excessif qui donne de nombreux faux positifs, mensonges sur le nombre de gens réellement en réanimation (on y ajoute les soins intensifs voire normaux) et pression sur les médecins pour qu'ils ne prescrivent pas les médicaments qui guérissent la covid en deux ou trois jours si pris à temps.

t'es de nouveau là ? ça faisait longtemps qu'on n'a pas eu le "plaisir" de te lire.

Toujours encore en boucle avec "l'interdiction de de prescrire les médicaments qui soignent"

Il faut te mettre à jour : même ton gourou ne parle plus de l'hydroetc... et de l'autre dont j'ai oublié le nom - maintenant il propose de mettre de la pommade Vicks dans les narines (véridique voir sa dernière vidéo de 17 mn que j'ai du supporter regarder jusqu'au bout) - même la boîte que fabrique a été obligée de tweeter qu'il ne fallait surtout pas faire ça car dangereux.....

Portrait de ΙΧΘΥΣ
5/août/2021 - 07h39
Greg1928 a écrit :

Mieux vaut un suppo qu'une réa en tuyaux.

 

Je suis tout à fait d’accord.

Je notais simplement que ce n’est pas la forme la plus simple à administrer.

Malgre tout, d’après l'article que j’ai lu, la molécule serait administrée sous cette forme parce qu’elle serait la plus efficace.

Portrait de Greg1928
5/août/2021 - 07h22
ΙΧΘΥΣ a écrit :

En suppositoire.

Compte tenu de la réticence que les mecs en général ont à se mettre des suppos, je rigole.

Mieux vaut un suppo qu'une réa en tuyaux.

 

Portrait de ΙΧΘΥΣ
5/août/2021 - 06h40
Greg1928 a écrit :

Les autres solutions arrivent et cela n'est pas du Fake 

Pour participer faut pas être vacciné, c'est ballot hein ?!

Copié/collé d'un article sur le site de l'Institut Pasteur de Lilles

 

COVID-19 : le projet THERAPIDE, labellisé « Priorité Nationale de Recherche », reçoit l’avis favorable de l’ANSM après celui du CPP.

Après plusieurs mois de recherche et grâce au soutien de donateurs, d’entreprises mécènes et du conseil régional des Hauts-de-France, les équipes de l’Institut Pasteur de Lille (CNRS, Inserm, Université de Lille, CHU de Lille), en collaboration avec la start-up Apteeus ont identifié, au sein de leur chimiothèque, une molécule particulièrement puissante contre le SARS-CoV-2. Les tests in vitro et l’utilisation de modèles précliniques ont montré l’efficacité de cette molécule pour inhiber la réplication du virus. Il s’agit du CLOFOCTOL, médicament commercialisé en Europe et ayant déjà eu une autorisation de mise sur le marché en France dans une autre indication. Il pourrait donc être repositionné comme traitement de la COVID-19.

Les chercheurs et chercheuses, en collaboration avec des cliniciens infectiologues, statisticiens et médecins généralistes des Hauts-de-France, ont conçu un essai clinique pour tester ce traitement expérimental dans la prise en charge précoce des patients COVID, en double aveugle contre placebo. Au regard de l’urgence, l’Institut Pasteur de Lille a sollicité le Comité Ad hoc de Pilotage National des Essais Thérapeutiques (CAPNET), qui s’appuie sur les évaluations scientifiques et méthodologiques réalisées par le Conseil Scientifique de REACTing, pour délivrer un label de « Priorité nationale de recherche » aux études à fort impact potentiel. Le CAPNET a accordé le mercredi 7 avril le label “Priorité de Recherche Nationale” au projet THERAPIDE. Ce label permet notamment l’accès exclusif à une procédure accélérée d’évaluation du dossier d’autorisation règlementaire par le Comité de Protection des Personnes (CPP) et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM).

Le 10 juin, l’ANSM a émis un avis favorable après celui du CPP. L’essai clinique va pouvoir démarrer, toute la logistique est prête. Le déploiement se fera localité par localité. Les critères d’inclusion sont définis dans le protocole de l’essai qui a été validé par le CPP et l’ANSM, à savoir : un test positif récent, avoir plus de 50 ans, avoir au moins un symptôme et ne pas avoir été vacciné.

Dès le 14 juin : ouverture de 5 centres soit 7 médecins investigateurs  dans les localités suivantes : Senlis, Maubeuge, Chateau-Thierry et Lille.A partir du 21 juin : d’autres sites seront ouverts dans les Hauts-de France. Une carte des localités dans lesquelles l’essai est actif sera publiée et régulièrement mise à jour.

L’Institut Pasteur de Lille a mis en œuvre tous les moyens pour accélérer cet essai grâce notamment à la collaboration de nombreux médecins généralistes qui assureront l’investigation clinique au domicile des patients, ainsi que des laboratoires de biologie médicale répartis sur le territoire des Hauts-de-France.

Par ailleurs, les médecins généralistes qui seraient désireux de participer peuvent nous contacter par email [email protected] Pour les médecins qui n’auraient pas une grande expérience de recherche clinique, ils bénéficieront d’une formation qualifiante aux Bonnes Pratiques Cliniques sous forme d’un « serious game ».

En suppositoire.

Compte tenu de la réticence que les mecs en général ont à se mettre des suppos, je rigole.

Portrait de Greg1928
4/août/2021 - 21h37
Libertas a écrit :

Ah je croyais que c'était en préventif... Cela dit je préfère ne pas être malade, plutôt qu'être soigné après être tombé malade, mais bon c'est un bonne nouvelle que les traitements avancent, surtout pour les anti-vaccins.

D'après le début de leur étude ce traitement enlève la contagiosité , évite l'hospitalisation et traite donc la Covid.

Ce qui peut permettre au pays qui n'ont pas de vaccin d'avoir un moyen aussi d'éviter la propagation.

Je préfère avoir le choix de me soigner si besoin plutôt que de me faire injecter un médicament dans l'éventualité d'une contamination. 

 

Portrait de Libertas
4/août/2021 - 21h07
Greg1928 a écrit :

Y a quand même plusieurs raisons évidentes, je ne comprend pas que vous posiez la question.

1) Un traitement n'est donné que si y en a besoin.

2) La molécule est connue et déjà utilisée pour d'autres pathologies depuis longtemps.

3) Je ne veux pas des vaccins proposés actuellement, ils ne me conviennent pas.

 

Ah je croyais que c'était en préventif... Cela dit je préfère ne pas être malade, plutôt qu'être soigné après être tombé malade, mais bon c'est un bonne nouvelle que les traitements avancent, surtout pour les anti-vaccins.

Portrait de Greg1928
4/août/2021 - 20h55
Libertas a écrit :

Je ne comprends pas pourquoi vous faites confiance à cet autre traitement et pas au vaccin ? Pourtant ce sont les mêmes labos... Là vous ne dites pas "y a pas assez de recul" ???

Y a quand même plusieurs raisons évidentes, je ne comprend pas que vous posiez la question.

1) Un traitement n'est donné que si y en a besoin.

2) La molécule est connue et déjà utilisée pour d'autres pathologies depuis longtemps.

3) Je ne veux pas des vaccins proposés actuellement, ils ne me conviennent pas.

 

Portrait de Libertas
4/août/2021 - 20h46
Greg1928 a écrit :

Les autres solutions arrivent et cela n'est pas du Fake 

Pour participer faut pas être vacciné, c'est ballot hein ?!

Copié/collé d'un article sur le site de l'Institut Pasteur de Lilles

 

COVID-19 : le projet THERAPIDE, labellisé « Priorité Nationale de Recherche », reçoit l’avis favorable de l’ANSM après celui du CPP.

Après plusieurs mois de recherche et grâce au soutien de donateurs, d’entreprises mécènes et du conseil régional des Hauts-de-France, les équipes de l’Institut Pasteur de Lille (CNRS, Inserm, Université de Lille, CHU de Lille), en collaboration avec la start-up Apteeus ont identifié, au sein de leur chimiothèque, une molécule particulièrement puissante contre le SARS-CoV-2. Les tests in vitro et l’utilisation de modèles précliniques ont montré l’efficacité de cette molécule pour inhiber la réplication du virus. Il s’agit du CLOFOCTOL, médicament commercialisé en Europe et ayant déjà eu une autorisation de mise sur le marché en France dans une autre indication. Il pourrait donc être repositionné comme traitement de la COVID-19.

Les chercheurs et chercheuses, en collaboration avec des cliniciens infectiologues, statisticiens et médecins généralistes des Hauts-de-France, ont conçu un essai clinique pour tester ce traitement expérimental dans la prise en charge précoce des patients COVID, en double aveugle contre placebo. Au regard de l’urgence, l’Institut Pasteur de Lille a sollicité le Comité Ad hoc de Pilotage National des Essais Thérapeutiques (CAPNET), qui s’appuie sur les évaluations scientifiques et méthodologiques réalisées par le Conseil Scientifique de REACTing, pour délivrer un label de « Priorité nationale de recherche » aux études à fort impact potentiel. Le CAPNET a accordé le mercredi 7 avril le label “Priorité de Recherche Nationale” au projet THERAPIDE. Ce label permet notamment l’accès exclusif à une procédure accélérée d’évaluation du dossier d’autorisation règlementaire par le Comité de Protection des Personnes (CPP) et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM).

Le 10 juin, l’ANSM a émis un avis favorable après celui du CPP. L’essai clinique va pouvoir démarrer, toute la logistique est prête. Le déploiement se fera localité par localité. Les critères d’inclusion sont définis dans le protocole de l’essai qui a été validé par le CPP et l’ANSM, à savoir : un test positif récent, avoir plus de 50 ans, avoir au moins un symptôme et ne pas avoir été vacciné.

Dès le 14 juin : ouverture de 5 centres soit 7 médecins investigateurs  dans les localités suivantes : Senlis, Maubeuge, Chateau-Thierry et Lille.A partir du 21 juin : d’autres sites seront ouverts dans les Hauts-de France. Une carte des localités dans lesquelles l’essai est actif sera publiée et régulièrement mise à jour.

L’Institut Pasteur de Lille a mis en œuvre tous les moyens pour accélérer cet essai grâce notamment à la collaboration de nombreux médecins généralistes qui assureront l’investigation clinique au domicile des patients, ainsi que des laboratoires de biologie médicale répartis sur le territoire des Hauts-de-France.

Par ailleurs, les médecins généralistes qui seraient désireux de participer peuvent nous contacter par email [email protected] Pour les médecins qui n’auraient pas une grande expérience de recherche clinique, ils bénéficieront d’une formation qualifiante aux Bonnes Pratiques Cliniques sous forme d’un « serious game ».

Je ne comprends pas pourquoi vous faites confiance à cet autre traitement et pas au vaccin ? Pourtant ce sont les mêmes labos... Là vous ne dites pas "y a pas assez de recul" ???

Portrait de cruchon
4/août/2021 - 20h32
PhilRAI a écrit :

Non ! parce que ce n'est pas assez cher pour les grands laboratoires, des médicaments dans le domaine public produits en masse partout dans le monde ça ne les intéresse pas. Ils préfèrent tenir les gens avec des vaccins imposés à toute la population qui rapportent des dizaines de milliards d'euros. Avec en plus la quasi certitude que le virus va continuer à muter et donc à exiger de nouveaux vaccins ... c'est une rente sans fin. Alors qu'avec les médicaments on n'en parlerait pas plus que les anciens rhumes.

l'Inde dans la plupart des régions a privilégié ces médicaments avec succès. Jusqu'à ce que l'OMS et les labos arrivent à corrompre quelques dirigeants qui ont bloqué les médicaments au profit des vaccins. Résultat : explosion des cas, les médias français en ont parlé. Mais devant le désastre, repris des médicaments, d'où l'arrêt de l'épidémie, et là les médias français n'en ont pas parlé. Comme les différents états sont relativement indépendants, tous n'ont pas repris les médicaments en même temps, ce qui a permis de comparer les évolutions, nettement en faveur des médicaments. Depuis tout est redevenu normal malgré les défaillances de leur système de santé et leur sous-équipement. Des procès sont engagés contre les responsables du blocage des médicaments.

Je trouve votre réflexion hyper naïve !

Vous pensez vraiment que dans le monde entier, des gros secteurs d'activités comme l'aéronautique, le tourisme, l'industrie et j'en passe seraient sacrifiés pour faire plaisir à quelques labos ? Toute cette histoire coûte bien plus que 50 balles par tête.

 

 

Portrait de Greg1928
4/août/2021 - 20h19

Les autres solutions arrivent et cela n'est pas du Fake 

Pour participer faut pas être vacciné, c'est ballot hein ?!

Copié/collé d'un article sur le site de l'Institut Pasteur de Lilles

 

COVID-19 : le projet THERAPIDE, labellisé « Priorité Nationale de Recherche », reçoit l’avis favorable de l’ANSM après celui du CPP.

Après plusieurs mois de recherche et grâce au soutien de donateurs, d’entreprises mécènes et du conseil régional des Hauts-de-France, les équipes de l’Institut Pasteur de Lille (CNRS, Inserm, Université de Lille, CHU de Lille), en collaboration avec la start-up Apteeus ont identifié, au sein de leur chimiothèque, une molécule particulièrement puissante contre le SARS-CoV-2. Les tests in vitro et l’utilisation de modèles précliniques ont montré l’efficacité de cette molécule pour inhiber la réplication du virus. Il s’agit du CLOFOCTOL, médicament commercialisé en Europe et ayant déjà eu une autorisation de mise sur le marché en France dans une autre indication. Il pourrait donc être repositionné comme traitement de la COVID-19.

Les chercheurs et chercheuses, en collaboration avec des cliniciens infectiologues, statisticiens et médecins généralistes des Hauts-de-France, ont conçu un essai clinique pour tester ce traitement expérimental dans la prise en charge précoce des patients COVID, en double aveugle contre placebo. Au regard de l’urgence, l’Institut Pasteur de Lille a sollicité le Comité Ad hoc de Pilotage National des Essais Thérapeutiques (CAPNET), qui s’appuie sur les évaluations scientifiques et méthodologiques réalisées par le Conseil Scientifique de REACTing, pour délivrer un label de « Priorité nationale de recherche » aux études à fort impact potentiel. Le CAPNET a accordé le mercredi 7 avril le label “Priorité de Recherche Nationale” au projet THERAPIDE. Ce label permet notamment l’accès exclusif à une procédure accélérée d’évaluation du dossier d’autorisation règlementaire par le Comité de Protection des Personnes (CPP) et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM).

Le 10 juin, l’ANSM a émis un avis favorable après celui du CPP. L’essai clinique va pouvoir démarrer, toute la logistique est prête. Le déploiement se fera localité par localité. Les critères d’inclusion sont définis dans le protocole de l’essai qui a été validé par le CPP et l’ANSM, à savoir : un test positif récent, avoir plus de 50 ans, avoir au moins un symptôme et ne pas avoir été vacciné.

Dès le 14 juin : ouverture de 5 centres soit 7 médecins investigateurs  dans les localités suivantes : Senlis, Maubeuge, Chateau-Thierry et Lille.A partir du 21 juin : d’autres sites seront ouverts dans les Hauts-de France. Une carte des localités dans lesquelles l’essai est actif sera publiée et régulièrement mise à jour.

L’Institut Pasteur de Lille a mis en œuvre tous les moyens pour accélérer cet essai grâce notamment à la collaboration de nombreux médecins généralistes qui assureront l’investigation clinique au domicile des patients, ainsi que des laboratoires de biologie médicale répartis sur le territoire des Hauts-de-France.

Par ailleurs, les médecins généralistes qui seraient désireux de participer peuvent nous contacter par email [email protected] Pour les médecins qui n’auraient pas une grande expérience de recherche clinique, ils bénéficieront d’une formation qualifiante aux Bonnes Pratiques Cliniques sous forme d’un « serious game ».

Portrait de PhilRAI
4/août/2021 - 19h52
croco a écrit :

@PhilRAI Si il y avait un traitement qui fonctionne, les laboratoires qui les produisent se seraient précipités pour nous les faire prendre en prévention, afin qu'on en bouffe tous les jours comme en Inde, et d'ailleurs ça n'a pas vraiment réussi aux Indiens, et ils auraient simplement légèrement modifié la formule pour justifier une forte augmentation des prix.

Non ! parce que ce n'est pas assez cher pour les grands laboratoires, des médicaments dans le domaine public produits en masse partout dans le monde ça ne les intéresse pas. Ils préfèrent tenir les gens avec des vaccins imposés à toute la population qui rapportent des dizaines de milliards d'euros. Avec en plus la quasi certitude que le virus va continuer à muter et donc à exiger de nouveaux vaccins ... c'est une rente sans fin. Alors qu'avec les médicaments on n'en parlerait pas plus que les anciens rhumes.

l'Inde dans la plupart des régions a privilégié ces médicaments avec succès. Jusqu'à ce que l'OMS et les labos arrivent à corrompre quelques dirigeants qui ont bloqué les médicaments au profit des vaccins. Résultat : explosion des cas, les médias français en ont parlé. Mais devant le désastre, repris des médicaments, d'où l'arrêt de l'épidémie, et là les médias français n'en ont pas parlé. Comme les différents états sont relativement indépendants, tous n'ont pas repris les médicaments en même temps, ce qui a permis de comparer les évolutions, nettement en faveur des médicaments. Depuis tout est redevenu normal malgré les défaillances de leur système de santé et leur sous-équipement. Des procès sont engagés contre les responsables du blocage des médicaments.

Portrait de Partisane266
4/août/2021 - 18h28
PhilRAI a écrit :

Toujours la même escroquerie : diminution des moyens hospitaliers, tests PCR à CT excessif qui donne de nombreux faux positifs, mensonges sur le nombre de gens réellement en réanimation (on y ajoute les soins intensifs voire normaux) et pression sur les médecins pour qu'ils ne prescrivent pas les médicaments qui guérissent la covid en deux ou trois jours si pris à temps.

Le retour du mongolien, ça faisait longtemps.

Portrait de PhilRAI
4/août/2021 - 15h00
zig et puce a écrit :

Ouais , c’est clair La COVID est sans aucun doute  une invention des médias, des labos, des gouvernements liberticides qui nous entourent …… Roswell,  toussa , on nous ment depuis des décennies en fait brother !  …. Sinon, dis-moi, tu as l’air d’en fumer de la bonne , tu partages ? smiley 

 

Personne n'a jamais dit que la covid est une invention des médias. Sauf pour le virus qui est visiblement trafiqué. C'est juste le traitement stupide et inefficace de la maladie qui est critiqué.

Portrait de PhilRAI
4/août/2021 - 14h58
VincentH68 a écrit :

On pourrait avoir vos sources qu'on rigole!

Vous débarquez ? vous étiez sur la planète Mars ? ou alors vous vous contentez de la propagande officielle ... Il faudrait des pages pour vous expliquer ce qu'est un test PCR, pour vous donner des multiples témoignages de soignants concernant les fausses réanimations, les explications du Dr. Ersbtein qui explique comment on l'a fait taire et comment on fait taire ceux qui ne veulent pas suivre la propagande officielle, idem pour les médicaments efficaces. Allez voir le blog du Dr. Maudrux, vous avez des heures de lecture de ses dossiers très bien documentés.

Portrait de RED2510
4/août/2021 - 12h03
zig et puce a écrit :

Ouais , c’est clair La COVID est sans aucun doute  une invention des médias, des labos, des gouvernements liberticides qui nous entourent …… Roswell,  toussa , on nous ment depuis des décennies en fait brother !  …. Sinon, dis-moi, tu as l’air d’en fumer de la bonne , tu partages ? smiley 

 

PhilRai est tombé dans la fumette quand il était petit. 

Portrait de zig et puce
4/août/2021 - 11h56
PhilRAI a écrit :

Toujours la même escroquerie : diminution des moyens hospitaliers, tests PCR à CT excessif qui donne de nombreux faux positifs, mensonges sur le nombre de gens réellement en réanimation (on y ajoute les soins intensifs voire normaux) et pression sur les médecins pour qu'ils ne prescrivent pas les médicaments qui guérissent la covid en deux ou trois jours si pris à temps.

Ouais , c’est clair La COVID est sans aucun doute  une invention des médias, des labos, des gouvernements liberticides qui nous entourent …… Roswell,  toussa , on nous ment depuis des décennies en fait brother !  …. Sinon, dis-moi, tu as l’air d’en fumer de la bonne , tu partages ? smiley 

 

Portrait de Azrael68
4/août/2021 - 11h26 - depuis l'application mobile

Vivement un bon re confinement total !

Portrait de PhilRAI
4/août/2021 - 11h01

Toujours la même escroquerie : diminution des moyens hospitaliers, tests PCR à CT excessif qui donne de nombreux faux positifs, mensonges sur le nombre de gens réellement en réanimation (on y ajoute les soins intensifs voire normaux) et pression sur les médecins pour qu'ils ne prescrivent pas les médicaments qui guérissent la covid en deux ou trois jours si pris à temps.