24/07 17:02

JO de Tokyo - Des bandes son seront diffusées sur les lieux de compétition sans spectateurs - Elles devront être finement réglées pour favoriser l'immersion des téléspectateurs

   Par Mathias CENA

Pour "habiller" acoustiquement les JO de Tokyo, l'équipe chargée de la diffusion a créé des bandes son qui seront diffusées sur les lieux de compétition et devront être finement réglées pour favoriser l'immersion des téléspectateurs. "Si les sportifs jouent ici, ça va sonner très creux", explique Nuno Duarte à l'AFP en claquant des mains et en poussant un cri dont l'écho résonne dans tout le stade d'Aomi dans le sud-est de Tokyo, où auront notamment lieu les matches de basketball 3x3. "C'est très étrange pour les joueurs, ils n'y sont pas habitués", poursuit le responsable du son d'OBS, le diffuseur officiel des Jeux olympiques chargé de filmer toute la compétition pour fournir les images aux chaînes de télévision du monde entier.

Afin de tailler une bande-son sur mesure pour chacune des disciplines olympiques, les ingénieurs du son d'OBS se sont replongés dans les enregistrements audio des Jeux de Rio (2016) et Londres (2012) pour en extraire de précieuses minutes de bruits de foule et d'acclamations, un travail d'orfèvre qui a nécessité trois mois de post-production, explique M. Duarte. "Chaque sport a sa propre dynamique, ses propres caractéristiques, raconte-t-il. Certains sont très animés tout le temps, d'autres ont des moments de silence pour la concentration des sportifs."

Pour les disciplines nouvellement introduites ou réintroduites à Tokyo, comme le baseball, l'escalade sportive ou le karaté, ces spécialistes ont sélectionné des ambiances proches dans leurs archives. "Par exemple, le karaté est très similaire au judo en termes de réactions du public", détaille Nuno Duarte. Ces atmosphères seront cependant jouées "très bas, comme un murmure", afin de ne pas prendre le dessus sur l'action sportive, précise-t-il. "On entendra des détails sonores auxquels on n'avait jamais prêté attention", comme les voix des sportifs ou le bruit de leurs équipements. "L'ambiance est un arrière-plan, mais le plus important dans le notre mixage est le sport, avant, pendant et après l'action". Le son permet "de comprendre les émotions des sportifs", par exemple au bruit de leur respiration, décrit avec passion cet expert du son.

Pour la première fois, les Jeux seront filmés par OBS et mis à disposition des chaînes de télévision internationales en ultra-haute définition (4K), un format vidéo qui s'accompagne de son dit "immersif". "Le son immersif, c'est la troisième dimension de l'audio", résume M. Duarte. "Vous en aviez déjà deux, latéralement, et maintenant vous avez aussi du son en hauteur", explique-t-il en montrant le micro en forme de mine sous-marine qui capte le son de toutes les directions. La diffusion simultanée d'autant de sports en son immersif est une première qui nécessite une organisation millimétrée, dit Nuno Duarte.

A quelques centaines de mètres de là, se trouve le centre névralgique de cette opération: la salle de contrôle où trois superviseurs audio trôneront en permanence pendant les Jeux pour s'assurer de la qualité et de l'harmonie sonore entre tous les lieux de compétition, les contactant au besoin pour leur demander des ajustements. "Il est important que le téléspectateur chez lui puisse zapper d'une chaîne à l'autre et avoir le même niveau de réglage pour tous les sports", explique Daniel Bekerman, l'un des superviseurs. "Cette année les JO seront complètement différents du fait de l'absence de public, et nous devrons être encore plus vigilants car la plupart (des techniciens, NDLR) n'ont l'expérience de stades sans public que depuis un an", note-t-il. "Beaucoup d'émotions sonores vont être différentes."

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Climato
24/juillet/2021 - 17h12 - depuis l'application mobile

Le titre de cet article devrait être plus cash : "De faux applaudissements seront diffusés aux JO"