05/07 10:02

Vaccins : Le parquet a ouvert une enquête sur des accusations portées contre le Président Brésilien pour avoir omis de signaler une tentative de corruption

Le parquet a ouvert une enquête sur des accusations portées contre le Président Brésilien pour avoir omis de signaler une tentative de corruption dans l'achat de vaccins. Après la commission d'enquête du Sénat (CPI) qui auditionne depuis deux mois sur la façon dont le gouvernement Bolsonaro a géré la crise sanitaire et ses plus d'un demi-million de morts. Après le dépôt mercredi à la Chambre des députés du Brésil d'une "super demande de destitution" pour son déni face à l'ampleur de la pandémie, son discours anticonfinement ou les retards dans l'acquisition de vaccins.

Vendredi, c'est une sombre affaire de possible corruption d'un membre du gouvernement dans l'achat de vaccins anti-Covid qui pousse le président brésilien vers de nouvelles turbulences. "Le bureau du procureur général a informé la Cour suprême de l'ouverture d'une enquête sur les événements rapportés" par trois sénateurs qui ont accusé lundi M. Bolsonaro de "prévarication", a annoncé le parquet dans un communiqué. Le président Bolsonaro est ainsi soupçonné d'avoir fermé les yeux sur des soupçons de corruption rapportés par un fonctionnaire du ministère de la Santé.

Témoignant devant la CPI, il dit avoir subi des "pressions atypiques" pour approuver l'importation de doses du vaccin indien Covaxin qu'il jugeait surfacturées. "Le président de la République n'a pris aucune mesure après avoir été prévenu d'un gigantesque réseau de corruption au sein du ministère de la Santé", a déclaré le vice-président de la CPI, Randolfe Rodrigues, qui fait partie des trois sénateurs à avoir saisi la Cour suprême pour "prévarication" du chef de l'Etat, "un délit prévu par le code pénal".

Ce scandale pourrait causer des dégâts politiques considérables pour un président d'extrême droite élu en promettant d'éradiquer la corruption, et dont l'image a déjà été fortement ternie par sa gestion chaotique de la crise sanitaire. Samedi, l'opposition a appelé à la troisième journée de mobilisation depuis fin mai pour exiger son départ.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Faux News
5/juillet/2021 - 13h29
COLIN33 a écrit :

Rien de surprenant avec un tel spécimen, en taule, un exemple pour les français qui seront tenté par le RN....

Après l'élection de Bolsonaro, ici les fans de Marine étaient aux anges, c'est nous les suivants pensaient-ils. On ne les voit plus.