10:46

La maire de Paris Anne Hidalgo demande "de nouveaux dispositifs de prise en charge adaptés aux problématiques de consommateurs de crack" dans un courrier adressé au Premier ministre

La maire PS de Paris Anne Hidalgo demande «de nouveaux dispositifs de prise en charge adaptés aux problématiques de consommateurs de crack» dans un courrier adressé lundi au Premier ministre Jean Castex dont l'AFP a eu copie. Ces structures doivent voir le jour «sur plusieurs lieux éloignés des zones résidentielles denses et des espaces de vie», réclame Mme Hidalgo, confrontée aux tensions entre riverains et consommateurs dans le nord-est parisien, notamment place de la Bataille de Stalingrad.

La maire de la capitale a exigé lundi que le jardin d'Eole, où les consommateurs de crack sont regroupés chaque soir depuis mi-mai afin de soulager les riverains de Stalingrad, soit rendu aux habitants d'ici fin juin. «Seul un réseau métropolitain de lieux d'accueil et de répit, ouverts de jour comme de nuit, et associés à des solutions d'hébergement avec accompagnement social et médical, est à même de répondre durablement à la détresse des usagers et des riverains», estime encore l'élue socialiste.

Le ministère de la Santé a officialisé vendredi son souhait d'autoriser durablement l'existence de salles de consommation à moindre risque, surnommées «salles de shoot», face au bilan «positif» des deux structures expérimentées à Paris et Strasbourg depuis 2016.

Fin mai, l’Inserm a recommandé «une mise à l'échelle nationale» des salles de consommation à moindre risque, dans une étude faisant le bilan des dispositifs français. Le cadre dérogatoire qui leur permet d'opérer prend fin en 2022 et une pérennisation nécessite de les inscrire dans la loi avant la fin du mandat présidentiel d'Emmanuel Macron.

Mme Hidalgo souligne dans sa lettre que «le terme de +salle de consommation à moindre risque+ a cristallisé des oppositions et suscite un fort rejet de la part de nombreux riverains, alors même que l'idée d'espaces permettant un usage encadré des produits stupéfiants, en dehors de la rue, et favorisant l'entrée dans un parcours de soin, peut faire consensus».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de pasfacile
8/juin/2021 - 11h53

Il faut déja procéder par la première des étapes : Contrôle des identités tant des consommateurs que des dealers. A coup sûr beaucoup de clandestins ! Donc la seule porte à ouvrir c'est celle d'un Airbus et ... retour à l'envoyeur !

Portrait de geneva
8/juin/2021 - 11h31
Valentin98 a écrit :

La hildingo n'est pas à sa première connerie niveau annonces! De toute façon depuis qu'elle a été élue, PARIS est devenue une déchetterie à ciel ouvert: puanteur, poubelles qui débordent, marchés de la drogue, insécurités, etc...

Le pire, c'est que les bobos en redemandent puisqu'ils l'ont réélue !!!

Portrait de Valentin98
8/juin/2021 - 11h24

La hildingo n'est pas à sa première connerie niveau annonces! De toute façon depuis qu'elle a été élue, PARIS est devenue une déchetterie à ciel ouvert: puanteur, poubelles qui débordent, marchés de la drogue, insécurités, etc...

Portrait de Steyr
8/juin/2021 - 11h12

"nouveau dispositif de prise en charge"

Et bien sûr sur le gouffre de la SS donc des français. 

Encore une idée avinée d'Anny Dingo. 

Je partage à 100% l'avis de djbaxter. 

 

Portrait de djbaxter
8/juin/2021 - 11h04

"nouveaux dispositifs de prise en charge" = Airbus.

Pour les dealers de crack de nationalité étrangère, c'est l'expulsion la bonne prise en charge.