31/05 07:46

Ancienne star de la télé israélienne, le centriste Yaïr Lapid veut chasser Netanyahu du pouvoir après avoir gagné en crédibilité depuis ses débuts en politique

Ancienne star de la télé israélienne, le centriste Yaïr Lapid a gagné en crédibilité depuis ses débuts en politique, jusqu'à se hisser au rang de principal rival du Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu et d'être en passe de le pousser vers la sortie. Lorsqu'en 2012 ce journaliste vedette aux airs de George Clooney quitte les plateaux pour lancer son parti Yesh Atid ("Il y a un futur"), ses détracteurs lui reprochent de jouer sur son look de beau gosse pour séduire la classe moyenne.

Près de dix ans plus tard, Yaïr Lapid est toujours là et a pris la tête de l'opposition, qui a engrangé dimanche le soutien du chef de file de la droite radicale, Naftali Bennett, en vue de la formation d'un nouveau gouvernement.

Avec cet appui, M. Lapid touche du doigt la mission qu'il s'était fixée: chasser du pouvoir Benjamin Netanyahu, Premier ministre le plus pérenne de l'histoire d'Israël et inculpé pour corruption dans une série d'affaires.

Lors des précédentes législatives de mars 2020, M. Lapid avait fondu son parti dans la coalition centriste "Bleu-Blanc" de l'ancien général Benny Gantz.

Mais lorsque M. Gantz avait fini par conclure un accord de gouvernement avec "Bibi", surnom de Netanyahu, M. Lapid avait claqué la porte. "J'ai dit (à Benny Gantz) +j'ai déjà travaillé avec Netanyahu (...) et il ne te laissera pas avoir les mains sur le volant+", racontait M. Lapid il y a quelques mois à l'AFP. "Gantz m'a dit +nous avons confiance en lui, il a changé+.

Et j'ai répondu +le gars a 71 ans, il ne va pas changer+. Et malheureusement pour le pays, j'avais raison", avait ajouté M. Lapid, ministre des Finances (2013-2014) dans un gouvernement Netanyahu.

Aux législatives du 23 mars, la formation centriste de M. Lapid était arrivée en deuxième position, avec 17 députés, derrière le Likoud (droite) de M. Netanyahu.

Ailleurs sur le web

Vos réactions