13/04 12:20

Violences du 1er mai 2018: Alexandre Benalla, ancien collaborateur d'Emmanuel Macron à l'Elysée, et trois autres personnes sont renvoyés en procès

Alexandre Benalla, ex-collaborateur d’Emmanuel Macron à l’Élysée, a été renvoyé en procès lundi par le juge d’instruction chargé d’enquêter sur l’affaire des violences du 1er mai 2018 dans la capitale, a appris l’AFP mardi de source judiciaire. Déjà renvoyé en correctionnelle pour l’utilisation frauduleuse de passeports diplomatiques et de service, M. Benalla affrontera un second procès, au côté de trois autres prévenus, principalement pour des coups portés à des manifestants à Paris qui avaient suscité un scandale politique.

L’ordonnance de renvoi au tribunal correctionnel datée de lundi, quasi-conforme aux réquisitions du parquet de Paris, renvoie l’ex-chargé de mission, reconverti dans le privé, devant le tribunal correctionnel pour « violences volontaires », « immixtion sans titre dans l’exercice d’une fonction publique » ou encore « port d’arme » ou « port public d’insigne » non-autorisé. Le 18 juillet 2018, le quotidien Le Monde identifie le collaborateur du chef de l’Etat dans une vidéo tournée et diffusée le 1er mai par Taha Bouhafs, militant de La France insoumise devenu depuis journaliste.

Dans ce document, Alexandre Benalla, coiffé d’un casque à visière des forces de l’ordre, s’en prend à un jeune homme à terre, sur la place de la Contrescarpe à Paris. En quelques heures, l’affaire se transforme en scandale politique et crée une crise sans précédent pendant la mandature d’Emmanuel Macron. Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire le 19 juillet sur les faits de « violences ».

Rapidement élargie à des faits de détournements d’images de vidéo-surveillance dont sont soupçonnés de hauts responsables policiers, cette affaire très sensible est confiée trois jours plus tard à des juges d’instruction. M. Benalla est accusé d’avoir molesté des manifestants en marge du défilé du 1er-Mai, non seulement place de la Contrescarpe à Paris mais aussi, depuis d’autres révélations d’août 2018, au Jardin des plantes.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de air libre
13/avril/2021 - 18h11

les médias se sont largement moqués de Mélenchon qui protestait lors de la perquisition de son parti politique il a été jugé pour cela, pour Ben alla la police a fait beaucoup plus fort, au moment de perquisitionner l'appartement il a refusé de donner les clés, les policiers se sont aperçus que la porte était blindée.... ils n'ont pas pu l'ouvrir ?? !! . ils sont revenus le lendemain mais dans la nuit le coffre fort avec les armes avait disparu, le vent sans doute, vous avez entendu parler de la suite judiciaire donnée a cette affaire ?????

Portrait de Greenday2013
13/avril/2021 - 14h22
vincente2020 a écrit :

comment peut on encore donner crédit au moindre mot qui sort de sa bouche? Tout comme le flic qui a tué George FLOYD, les agissements de Benala doivent etre jugés au plus vite et une condamnation exemplaire appliquée 

Exemplaire de quoi ?

Il a réagi contre des manifestants qui attaquaient la police.

Si seulement plus de citoyens avaient cette réaction...

Portrait de La-jolie-fille
13/avril/2021 - 13h38
micpec a écrit :

Je ne vois rien de choquant, il est intervenu sur des personnes qui jetaient des canettes sur les forces de l'ordre si ma mémoire est bonne.

Et alors ?

Il faisait chaud ce jour là.

Certains ont voulu partager leurs bières avec les forces de l'ordre déshydratées.

Ils leur ont donc lancé les canettes.

Benalla n'a pas compris la bonne intention.

Bêtise ou méchanceté il faut assumer.

 

 

 

 

Portrait de micpec
13/avril/2021 - 13h05

Je ne vois rien de choquant, il est intervenu sur des personnes qui jetaient des canettes sur les forces de l'ordre si ma mémoire est bonne.