04/03 10:16

Coronavirus : Pas de confinement le week-end, sauf dans le Pas-de-Calais - Le ras le bol et la lassitude des calaisiens ! - VIDEO

Face à l'épidémie de Covid-19 qui ne ralentit pas, le gouvernement va confiner uniquement le Pas-de-Calais durant le week-end. Une idée qui rend les calaisiens sceptiques.

"Je pense que cela ne va rien changer! Si les jeunes veulent ne pas respecter, ils ne respecteront pas", confie une habitante au micro de CNews. "On a déjà pas beaucoup de vie en ce moment, donc si en plus on doit rester chez nous le week-end, ça ne va pas être évident!", regrette une autre personne. Un calaisien ajoute quant à lui: "Ce qu'on ne fera pas le week-end, on le fera en semaine!"

Du côté des commerçants, l'inquiétude est à son plus haut niveau. Un coiffeur explique: "Le samedi, c'est une journée bien complète, surtout depuis qu'il y a le couvre feu. Donc ils privilégient le samedi."

Quant à la maire de Calais, elle se dit favorable à un confinement le week-end uniquement s'il y a un renforcement de la vaccination. "On a l'impression que les doses ont été attribuées au petit bonheur la chance", regrette Natacha Bouchart. "Le reconfinement seul le week-end ne pourra pas être efficace à mon sens sans les doses de vaccin."

"Nous constatons de fortes tensions sur le système hospitalier, une hausse du nombre de cas mais pas une explosion, sans homogénéité territoriale (...) Mais un confinement national ou le week-end n'est pour nous qu'un dernier recours", a indiqué à l'AFP une source gouvernementale, sans même attendre la conférence de presse du Premier ministre ce jeudi.

Dans le Pas-de-Calais, où les hôpitaux sont saturés, le gouvernement a proposé un confinement pour les trois prochains week-ends, en concertation avec les élus qui réclamaient eux les premiers des mesures fortes. Il faut globalement "renforcer la politique de tests et d'isolement et accélérer la vaccination", souligne la source, l'une des pistes étant d'autoriser rapidement les pharmaciens à vacciner.

A la suite d'un conseil de défense puis d'un conseil des ministres réunis mercredi par Emmanuel Macron, le président de la République a indiqué vouloir tout faire pour éviter un reconfinement national mais aussi un confinement le week-end.

La situation reste très critique dans l'agglomération de Dunkerque, déjà concernée par un confinement le week-end, où le taux d'incidence a dépassé le millier pour 100.000 habitants.

"J'avais signalé la semaine dernière qu'on n'avait pas atteint le pic épidémique, et c'est le cas, on est en plein dedans", a déclaré le président de la Commission médicale d'établissement de l'hôpital de Dunkerque, Thierry Paupard.

Conséquence de cette tension, les transferts de patients en réanimation ne se font plus seulement vers des établissements de la région mais aussi à l'extérieur, avec deux malades évacués mardi par hélicoptère vers la Normandie.

Au niveau national, le nombre de nouvelles contaminations en 24 heures était de 26.788 mercredi soir. Et le nombre de patients atteints de Covid-19 soignés en réanimation continue également de progresser, avec 3.637 malades mercredi, soit le niveau le plus élevé depuis fin novembre. Mais ce chiffre reste éloigné du pic de la 2e vague de l'automne (4.900) et surtout, de la 1ère vague au printemps (7.000).

326 nouveaux décès ont été comptabilisés dans les hôpitaux mercredi, un rythme qui demeure stable. Depuis le début de l'épidémie, plus de 87.000 personnes sont décédées du Covid en France.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de YVESM
4/mars/2021 - 10h55

Plus de 300 morts par jour en moyenne du Covid, 2100 par semaine, 9000 par mois. Tout va bien. Des vaccins commandés avec l’Europe, en retard, ne pouvant pas être rapidement injectés suite à une sous-capacité logistique. Tout va bien. Des écoles qui restent ouvertes avec ses petits et grands vecteurs sous testés (il faut l’accord des parents), les cas contacts non comptabilisés. Tout va bien.

Que dire : Macron joue sur du velours, car les médias sont avec lui. Et quand le média va, tout va. Donc tout va bien.

Portrait de PhilRAI
4/mars/2021 - 10h31

Les calaisiens devraient exiger deux choses : 1) la mention du nombre d'amplification (CT) des tests PCR qui s'il est trop élevé (>3smiley donne de faux résultats positif. 2) autoriser les médecins à prescrire librement les médicaments efficaces comme l'hydroxychloroquine, l'azithromycine, l'ivermectine et d'autres en fonction de l'état des patients au lieu du paracétamol obligatoire qui ne guérit pas mais fait durer la maladie, et donc augmente sa diffusion.

Si des centaines de milliers de personnes l'exigent en faisant pression sur les élus, ça finira peut-être par passer.