04/02 15:31

La cour d'appel de Paris condamne l'ancien PDG de Radio France Mathieu Gallet à 30.000 euros d'amende pour favoritisme lorsqu'il dirigeait l'Institut national de l'audiovisuel (INA), moins sévère que celle infligée en première instance

La cour d'appel de Paris a condamné jeudi l'ancien PDG de Radio France Mathieu Gallet à une peine de 30.000 euros d'amende pour favoritisme lorsqu'il dirigeait l'Institut national de l'audiovisuel (INA), moins sévère que celle infligée en première instance. En janvier 2018, il avait été condamné à un an de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) l'avait ensuite démis de ses fonctions de PDG de Radio France. M. Gallet avait fait appel de cette décision, ses avocats dénonçant "une enquête à charge". Jeudi, il a également été condamné à verser des dommages et intérêts à l'association Anticor, partie civile. "C'est une belle reconnaissance", s'est réjoui auprès de l'AFP Me Jérôme Karsenti, avocat d'Anticor, qui avait pris l'initiative de saisir le parquet pour dénoncer les faits.

L'avocat de M. Gallet, Me Jean-Michel Darrois, s'est félicité quant à lui de la "remise en cause d'une grande partie des accusations portées" contre son client. M. Gallet était accusé d'avoir favorisé deux sociétés de conseil auxquelles l'INA - un établissement public - avait versé plus de 400.000 euros lorsqu'il était son directeur entre 2010 et 2014. M. Gallet a été condamné jeudi pour le premier volet, concernant l'entreprise Balises de son consultant Denis Pingaud, professionnel de l'audiovisuel utilisé par l'INA comme "conseiller externe". Ce dernier avait au total perçu 130.000 euros hors taxes, un montant qui aurait dû forcer l'établissement de Bry-sur-Marne (Val-de-Marne) à mettre sa société en concurrence. M. Gallet a en revanche été relaxé dans le cadre du second volet de l'affaire, un contrat de 2013 passé entre l'INA et la société de conseil Roland Berger Strategy.

Ailleurs sur le web

Vos réactions