24/11 14:46

Coronavirus: Il faut isoler davantage et de façon plus strictes les personnes positives, et leurs cas-contacts, plaident des associations et des professionnels de santé

Il faut isoler davantage et de façon mieux organisée les personnes positives au Covid-19 et leurs cas-contacts pour éviter un nouveau confinement à l'avenir, plaident des associations et des professionnels de santé, qui interpellent mardi le gouvernement.

"Tous ensemble, évitons un nouveau confinement!", lance le collectif France Assos Santé, qui fédère 85 associations d'usagers de la santé, dans une tribune publiée en ligne par le journal Le Parisien.

"Mieux vaut une restriction stricte individuelle des déplacements et des contacts, assortie d'une bonne protection de quelques jours, dans un cadre sécurisé, adapté et accepté, qu'un nouveau confinement généralisé et long de toute une population face à des risques collectifs élevés", estiment les signataires en interpellant le Conseil de défense, l'instance gouvernementale qui prend les décisions pour lutter contre l'épidémie.

Cet appel est notamment soutenu par Axel Kahn, le président de la Ligue contre le cancer, et William Dab, ancien Directeur général de la santé (le N.2 du ministère).

D'abord, le "développement des tests de dépistage antigéniques".

Deuxièmement, "la mise en place d'une restriction complète de déplacement et de visite" pour les personnes positives et leurs cas-contacts, "sous contrôle et réduite au temps de la contagiosité (de 7 à 15 jours maximum selon les cas), avec isolement en conditions adaptées".

Troisièmement, "l'accompagnement et le soutien des sujets testés positifs": "maintien des ressources matérielles (salaires ou rémunérations), obligation de fournir un lieu de résidence confortable, un lien permanent avec un accompagnateur", etc.

Enfin, un déploiement plus large de l'application Tousanticovid.

"La compréhension, la lisibilité et l'appropriation des mesures actuelles restent particulièrement faibles", concluent les signataires, selon qui "un important effort d'information et de pédagogie est indispensable".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de PhilRAI
25/novembre/2020 - 09h45

Ils oublient l'essentiel : traiter les malades le plus tôt possible avec les médicaments éprouvés comme l'hydroxychloroquine et l'azithromycine.