23/11 19:57

Coronavirus: 501 décès à l'hôpital et 4.452 nouveaux cas enregistrés ces 24 dernières heures en France - La décision d’ouvrir ou non les stations de ski pour les vacances de Noël sera prise « dans les dix prochains jours »

17h45: Boris Johnson annonce un retour limité du public dans les stades dans les zones d'Angleterre les moins touchées par la pandémie, après la fin du confinement le 2 décembre. Selon le gouvernement, les stades pourront accueillir jusqu'à 50% de leurs capacités avec une limite fixée à 2 000 ou 4 000 spectateurs selon les restrictions locales en place. Dans les zones les plus touchées par le virus, les matches continueront de se jouer sans public.

16h11: Les premiers tests antigéniques pour dépister le Covid-19 ont été menés lundi dans un lycée parisien, avant d’être déployés dans les jours à venir dans une trentaine de lycées d’Ile-de-France, puis étendus à tout le pays.

« L’idée est de casser la chaîne de contamination mais aussi évoquer les gestes barrières, toujours importants même quand on est testé négatif », a expliqué le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer en déplacement au lycée Emile-Dubois à Paris XIVe où se tenait une opération pilote de tests antigéniques.

Ces opérations vont se dérouler sur plusieurs semaines dans une trentaine de lycées répartis sur l’ensemble de la région Île-de-France.

Pour le ministre, il s’agit d’« une opération très importante conçue avec les autorités de santé, parce qu’elle permet d’avoir une logique de tests approfondie dans les lycées de France ». « On voit des lycéens volontaires (...) qui voient très bien l’intérêt de faire ça, on voit des personnels qui se sont aussi portés volontaires, des étudiants en médecine qui viennent de la réserve sanitaire, c’est une très bonne chose », s’est-il réjoui.

« Toutes les personnes testées positives aujourd’hui vont donner leurs sujets contact, elles seront accompagnées pour être suivies dans la durée avec comme première règle de se mettre à l’isolement », a dit de son côté le directeur de l’Agence régionale de Santé (ARS) d’Ile-de-France, Aurélien Rousseau.

« On doit encore progresser sur la manière de parler aux gens de la situation dans laquelle ils sont, car devoir être isolés quand on a 18 ou 65 ans ce ne sont pas les mêmes enjeux », a-t-il souligné, ajoutant que dans le cas du dépistage en lycée, « il n’y a ni jugement, ni flicage ».

15h10: Le Sénat a voté avec le soutien du gouvernement la suppression de la TVA sur les tests de dépistage du Covid-19, dans le cadre de l’examen en première lecture du projet de budget pour 2021.

La chambre haute, dominée par l’opposition de droite, a adopté un amendement du sénateur RDPI à majorité En Marche Didier Rambaud visant à appliquer un taux de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 0% aux trois types de tests utilisés aujourd’hui en France: les tests dits PCR et les tests antigéniques réalisés par prélèvement nasopharyngé, ainsi que les tests de détection d’anticorps effectués sur un échantillon sanguin.

« Cette mesure est exceptionnelle et elle est donc temporaire, pour être mise en place jusqu’à la fin de la crise sanitaire de la Covid-19 », a souligné le porte-parole du groupe RDPI Julien Bargeton, précisant qu’« elle ne devrait pas s’appliquer au-delà du 31 décembre 2022 ». « Elle s’inscrit dans le cadre dérogatoire autorisé par la commission (européenne), à nos yeux, pour faire face à la crise », a estimé de son côté le ministre chargé des Comptes publics Olivier Dussopt.

Dans le long catalogue des propositions de modifications de taux de TVA, le ministre s’est également montré favorable à un amendement de la sénatrice centriste Anne-Catherine Loisier concernant la filière équine. Il vise à réintégrer les poulains vivants dans les produits agricoles sur lesquels peuvent être appliqués un taux de TVA réduit, au lieu du taux de 20% aujourd’hui en vigueur.

L’affaire est délicate puisqu’il s’agit de se glisser dans « les interstices », selon le terme du ministre, de la directive européenne qui encadre les taux réduits de TVA.

14h38: La décision d’ouvrir ou non les stations de ski pour les vacances de Noël sera prise « dans les dix prochains jours », a indiqué lundi Matignon à l’issue d’une réunion dans la matinée avec les acteurs du secteur.

« La question » d’ouvrir ou de laisser fermées les stations « n’est à ce jour pas tranchée, les deux options étant encore envisagées compte tenu des incertitudes sur l’évolution de la situation sanitaire », a précisé Matignon dans un communiqué.

« Compte tenu des temps de préparation nécessaires pour permettre une éventuelle ouverture pour les vacances de fin d’année, une décision sera prise dans les dix prochains jours », a poursuivi Matignon, en indiquant les critères sanitaires seront « essentiels », mais aussi la coordination avec les « pays voisins ».

La situation sanitaire est particulièrement tendue dans la région alpine: la Haute-Savoie présente encore le taux d’incidence le plus élevé de France (485,4/100.000 hab) juste devant la Savoie voisine (385,9/100.000) et l’Isère (365,2/100.000). Cela fait craindre aux autorités la saturation des hôpitaux déjà engorgés par les malades du coronavirus et qui redoutent l’afflux de touristes pour des accidents sur les pistes.

« Au-delà des activités sportives ou de plein air offertes par les stations de montagne, la vie des stations elle-même à l’heure de la Covid-19 est un sujet de préoccupation particulière pour le gouvernement », fait ainsi valoir Matignon.

Un protocole sanitaire est peaufiné depuis des semaines sous l’égide du préfet de la Savoie en cas de possibilité de réouverture des stations. Un enjeu crucial pour tout le secteur de l’or blanc - 350 stations en France, 10 milliards de retombées économiques - qui réalise 13,5% de sa fréquentation lors de l’avant-saison et 13% environ à Noël.

« Il est prématuré de prendre une décision aujourd’hui ou demain car les choses évoluent très vite. L’important est que quand les stations ouvriront, tout aura été anticipé », a souligné auprès de l’AFP Hervé Gaymard, le président du conseil départemental de Savoie qui représente « 45% du ski français ».

L’interrogation principale concerne le secteur de l’hôtellerie-restauration, alors que « certaines activités peuvent rester fermées même si l’on rouvre les stations », souligne M. Gaymard.

La principale organisation de l’hôtellerie, l’Umih, a de son côté indiqué avoir plaidé pour que « les restaurants puissent accueillir leurs clients sur place et a rappelé que les protocoles sanitaires, renforcés depuis septembre lorsqu’ils étaient bien appliqués, constituaient des barrières efficaces contre la propagation du virus ».

Didier Chenet, président du GNI, le syndicat patronal des indépendants de l’hôtellerie restauration, a appelé à davantage d’aides, évoquant le « problème des loyers », alors que les exploitants doivent aussi loger un grand nombre de saisonniers.

S’interrogeant sur la possibilité de rouvrir les restaurants, alors même qu’ils resteront très probablement fermés sur le reste du territoire pendant les fêtes de fin d’année, M. Chenet a aussi souligné qu’en montagne la « quasi-totalité des hôtels sont des hôtels-restaurants ». Par conséquent, « si l’on ferme administrativement les restaurants, il faut fermer aussi les hôtels, afin qu’ils puissent être dans le périmètre des établissements aidés, ce qui n’est pas le cas actuellement », a-t-il insisté.

11h30: «Il y aura de quoi fêter Noël», a assuré Michel-Edouard Leclerc, appelant les Français à «ne pas se précipiter» dans les magasins pour effectuer leurs achats pour les fêtes, dans l'attente de la décision du gouvernement sur la réouverture des commerces.

«Il y aura de quoi fêter Noël, il ne faut pas se précipiter, il faut étaler dans le temps» ses achats, a déclaré sur CNews le président du comité stratégique E.Leclerc. «Il ne faut pas qu'il y ait de stress».

«Il faut y aller calmement, il y a largement du stock, il ne faut pas oublier que, jusqu'à maintenant, tous ces jouets ne se sont pas vendus», a-t-il poursuivi, précisant que la vente en ligne de ces produits avec réception en boutique («click-and-collect») restait «marginale».

«J'ai commencé à voir dans les journaux (...) qu'il n'y aurait pas assez de jouets, c'est du pipeau !», a assuré Michel-Edouard Leclerc.

Le gouvernement et les professionnels ont discuté vendredi du «protocole sanitaire renforcé» qui doit permettre la réouverture des commerces d'ici début décembre. Les deux parties ont également convenu d'un report des journées promotionnelles du Black Friday, initialement prévue le weekend du 27 novembre, afin d'éviter un afflux massif dans les magasins dès leur réouverture.

Emmanuel Macron doit annoncer mardi soir les nouvelles décisions sur les règles du confinement en cours.

«Ce qu'on attend du président de la République, chacun ayant fait des efforts, ayant suivi les recommandations de son ministère de tutelle, c'est qu'on puisse rouvrir le 27, le 28, et que la semaine d'après puisse s'organiser normalement», a souligné M. Leclerc.

11h24: Les tests antigéniques sont un outil précieux pour identifier rapidement les cas positifs et casser les chaînes de contamination. Ce matin au lycée Emile Dubois à Paris pour suivre le déploiement des équipes-mobiles dans les établissements scolaires avec l’

@APHP et l’@ARS_IDF", a déclaré le Ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer.

09h38: Le point sur la situation ce matin

La plus grande ville du Canada, Toronto, est soumise à partir de lundi à un «confinement» face à la flambée de la pandémie de Covid-19, laquelle frappe encore plus durement les Etats-Unis voisins où les autorités espèrent lancer avant la mi-décembre une campagne massive de vaccination.

Toronto et une grande partie de sa banlieue «seront placées en confinement» pour au moins 28 jours à partir de lundi à 00H01 (05H01 GMT), a annoncé dimanche le Premier ministre de la province de l’Ontario, Doug Ford.

Tout rassemblement privé intérieur sera interdit sous peine d’amende, les commerces non essentiels fermés, et les restaurants ne pourront pratiquer que la vente à emporter ou les livraisons à domicile. Les services religieux, funérailles et mariages seront limités à dix personnes. Mais les écoles resteront ouvertes.

«La situation est extrêmement sérieuse», a justifié M. Ford. «Nous ne pouvons risquer de voir nos hôpitaux débordés», a-t-il ajouté, alors que la province la plus peuplée du Canada vient de franchir le cap des 100.000 contaminations.

L’épidémie a fait plus de 11.000 morts au Canada, dont le Premier ministre Justin Trudeau a exhorté vendredi ses concitoyens à «ne pas se rassembler avec des amis, ne pas fêter des anniversaires, rester virtuel, rester à la maison le plus possible».

Aux Etats-Unis, de loin le pays du monde le plus durement touché par l’épidémie, les autorités espèrent lancer avant la mi-décembre une campagne massive de vaccinations dans l’espoir de parvenir au printemps à l’immunité collective.

Cette campagne sera lancée sitôt les premiers vaccins approuvés par l’Agence américaine des médicaments (FDA), a déclaré dimanche Moncef Slaoui, un haut responsable de l’opération gouvernementale pour les vaccins.

«Notre plan est de pouvoir transporter les vaccins vers les sites d’immunisation dans les 24 heures suivant l’approbation, donc je m’attends à ce que ce soit peut-être au deuxième jour après l’approbation, le 11 ou le 12 décembre», a déclaré M. Slaoui sur CNN.

«Normalement, avec le niveau d’efficacité que nous avons (95%), le fait d’immuniser 70% ou presque de la population permettrait d’avoir une vraie immunité collective. Cela arrivera probablement en mai, ou quelque chose comme ça», a-t-il affirmé.

Dix mois seulement après le séquençage du nouveau coronavirus, le groupe pharmaceutique américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont demandé vendredi à la FDA d’autoriser leur vaccin contre le Covid-19.

Cette demande intervient après la publication des résultats de l’essai clinique mené depuis juillet sur 44.000 volontaires dans de multiples pays, et selon lesquels le vaccin serait efficace à 95% sans effets secondaires graves.

La FDA réunira son comité consultatif sur les vaccins le 10 décembre pour étudier cette requête.

Le gouvernement américain prévoit déjà de vacciner 20 millions de personnes à risque en décembre, puis 25 à 30 millions par mois.

L’épidémie continue de progresser de façon galopante aux Etats-Unis, avec près de 160.000 nouvelles contaminations enregistrées dimanche au cours des dernières 24 heures, selon l’Université Johns Hopkins. Le virus a infecté plus de 12 millions de personnes et fait près de 257.000 morts dans le pays, de loin le plus endeuillé du monde, devant le Brésil (plus de 169.000 morts).

La pandémie a fait au moins 1.381.915 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi dimanche par l’AFP à partir de sources officielles.

Plus de 58.165.460 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 37.053.500 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

En Europe, les confinements et autres restrictions imposés à la population dans de nombreux pays pour faire face à la deuxième vague épidémique commencent à porter leurs fruits.

08h27: Le vaccin contre la maladie Covid-19 développé par le laboratoire britannique AstraZeneca et l'université d'Oxford est efficace à 70% en moyenne, selon un communiqué publié lundi. Il s'agit de résultats intermédiaires des essais cliniques de grande échelle réalisés au Royaume-Uni et au Brésil, indique AstraZeneca. Ce vaccin est pour l'heure moins probant que celui de Pfizer/BioNTech ou de Moderna, dont l'efficacité dépasse les 90%.

07h52: Le géant agroalimentaire français Danone, dont les ventes sont malmenées par la pandémie de Covid-19, annonce vouloir supprimer jusqu'à 2.000 postes dans ses sièges en France et à l'étranger afin de "simplifier" son organisation et renouer avec la croissance. "Sur la France, ce sera 400 à 500 personnes", "essentiellement des directeurs, des managers", qui seront concernées par ces suppressions de postes, a précisé à l'AFP le PDG de Danone, Emmanuel Faber.

07h03: Des opérations pilotes de dépistage dans les lycées franciliens débutent ce lundi. Ces tests antigéniques se pratiqueront dans une trentaine de lycées de Paris et d' Ile-de-France sur plusieurs semaines. Cette opération d’envergure de tests antigéniques est le fruit d’une collaboration entre l’Agence régionale de santé Ile-de-France et les académies de Paris, Créteil et Versailles avec « l’appui médical et opérationnel des équipes de l’AP-HP », indique un communiqué commun à l’ARS, la région académique Ile-de-France et l’AP-HP.

06h42: Au Canada, Toronto et une grande partie de sa banlieue sont soumis, à partir de lundi, à un confinement pour au moins vingt-huit jours. Tout rassemblement privé intérieur est, désormais, interdit sous peine d’amende. Les commerces non essentiels sont fermés et les restaurants ne peuvent pratiquer que la vente à emporter ou les livraisons à domicile. Les services religieux, funérailles et mariages sont limités à dix personnes. Mais les écoles restent ouvertes dans la plus grande ville du Canada.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de air libre
24/novembre/2020 - 11h45

Je commence a avoir de sérieux doutes quant aux chiffres..... dimanche le nombre de morts covid explosait dans la Nièvre, d'après le journal local il s'agissait en fait des morts de Mars que l'on ne savait pas imputer ou pas au covid qui viennent de rentrer dans les statistiques 8 mois après......

Portrait de Mikhail63
23/novembre/2020 - 19h09
bisou mon végé Morandinien a écrit :

pas grave,on compensera en regardant"les bronzés font du ski" pour la millieme fois.smiley

le planter de bâton, Monsieur DUSS, le planter de bâton! smiley

Portrait de Lilirose45
23/novembre/2020 - 18h49
l'écume des choses a écrit :

ouvrir les stations de skis, avec bars boite et restaurants fermés?

 

Les soirées vont être longues ....

Ca va être compliqué 

 

Portrait de eghisheim1961
23/novembre/2020 - 17h54
Lilirose45 a écrit :

Je vous signale quand même que sans les stations de ski, il n’y a pas que des appartements ou maisons, il y aussi des chambres d’hôtel 

"Sans les stations de ski", il y a aussi des plages, des concombres, des films, des oiseaux...

Portrait de Lilirose45
23/novembre/2020 - 17h37
j'.t .m.m a écrit :

OK mais ils vont manger où les gens ?

Quelle question...

Dans leur logement. Comme toi...

Je vous signale quand même que sans les stations de ski, il n’y a pas que des appartements ou maisons, il y aussi des chambres d’hôtel 

Portrait de Mikhail63
23/novembre/2020 - 17h01
The Monster a écrit :

Mensonges! J'ai été voir sur google en tapant votre news, en fait, personne n'a entendu parler de ce fait! Vous avez vraiment honte de rien! 

Portrait de The Monster
23/novembre/2020 - 16h19
The Monster a écrit :
Soros arrêté pour ingérence électorale à Philadelphie 

Portrait de The Monster
23/novembre/2020 - 16h19
Soros arrêté pour ingérence électorale à Philadelphie 
Portrait de air libre
23/novembre/2020 - 15h59

il est certainement moins dangereux de prendre un télésiège en plein vent que d'être dans le métro, mais si l'état permet aux stations d'ouvrir cela veut dire que les Français vont pouvoir partir pendant les vacances de Noel au ski comme ailleurs, donc liberté de circulation..... et la c'est pas gagné ......

Portrait de Lilirose45
23/novembre/2020 - 15h48

OK mais ils vont manger où les gens ?

Portrait de Mikhail63
23/novembre/2020 - 15h45

Etoile des neiges, mon cœur amoureux! ça c'est pour la photo d'illustrationsmiley

Portrait de th93100
23/novembre/2020 - 12h50
Cl a écrit :

Belle excuse  Danone  : vente en baisse avec la pandémie  c'est à vérifier !!!!!!!

smiley Vas y cours avec tes petits jambes musclées... va compter les pots de yaourt....

Portrait de Cl
23/novembre/2020 - 09h31

Belle excuse  Danone  : vente en baisse avec la pandémie  c'est à vérifier !!!!!!!