18/11/2020 15:09

Coronavirus - Certains gels hydroalcooliques vendus en France sont dangereux car ils sont inefficaces contre le Covid-19, révèle la répression des fraudes

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, il est utilisé des dizaines de fois chaque jour. Il est présent dans nos sacs, à l'entrée des magasins, dans les transports en commun... Le gel hydroalcoolique fait partie de notre quotidien depuis des mois mais, selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), certains gels vendus en France sont... dangereux car ils sont inefficaces contre le COVID-19.

"En date du 12 novembre 2020, plus de 180 prélèvements ciblés de solutions et gels hydro-alcooliques ont été réalisés, dont 162 ont d’ores et déjà été analysés par le Service commun des laboratoires3. 73% des produits analysés à ce jour ont été déclarés soit non conformes (38%) soit non conformes et dangereux (35%). Plus précisément, 21 produits (13% des produits analysés) ont présenté une teneur en alcool insuffisante et se sont donc révélés non conformes et dangereux", précise la DGCCRF dans un communiqué.

Et d'ajouter : "36 produits (22% des produits analysés), pour lesquels la teneur en alcool était suffisante, ont également été déclarés non conformes et dangereux en raison d’un étiquetage minimisant les dangers présentés par ces produits (principalement le danger de leur inflammabilité) et 61 produits (38%) ont été reconnus non conformes du fait d’un étiquetage incomplet ou incorrect". "Les produits identifiés comme non conformes ou dangereux font l’objet de suites appropriées, notamment de mesures de retrait et/ou rappel", précise la répression des fraudes. 

Dans certains cas, les produits présentés sous forme d’une solution ou d’un gel hydro-alcoolique peuvent ne pas être efficaces, en particulier s’ils contiennent une teneur en alcool trop faible. Seules les solutions ou gels hydro-alcooliques ayant une teneur en alcool (éthanol, propan-1-ol ou propan-2-ol), exprimée en volume, d’au moins 60 % ou répondant à la norme EN 144766 sont efficaces en matière de désinfection.

Le nom de l’alcool utilisé dans le produit ainsi que sa concentration doivent être précisés sur l’étiquetage du produit ; si le produit répond à la norme EN 14476, cela doit aussi être mentionné. En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à votre commerçant afin qu’il vous confirme si l’effet virucide du produit est bien avéré.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Razlebol
19/novembre/2020 - 23h38

On va résumé pur ceux qui ne lisent pas, et raconte n'importe quoi:

13% des produits analysés ont présenté une teneur en alcool insuffisante

22% des produits analysés, ont été déclarés non conformes et dangereux en raison d’un étiquetage minimisant les dangers présentés par ces produits (principalement leur inflammabilité) 

38% produits ont été reconnus non conformes du fait d’un étiquetage incomplet ou incorrect

GLOBALEMENT 87% SONT EFFICACES

C'est clairement écrit quelques lignes plus haut.

 

Portrait de Yoyo0102
18/novembre/2020 - 22h08 - depuis l'application mobile

et pour les masques ??

Portrait de .Kazindrah.
18/novembre/2020 - 20h22

En effet, pour la sécurité de tous, il nous faut les noms.