18/11 07:05

Loi de "Sécurité Globale" : Les images des violents incidents hier soir devant l'Assemblée nationale entre des centaines de personnes et les forces de l'ordre - Vidéos

De violents incidents ont éclaté hier soir à Paris entre plusieurs centaines de personnes et les forces de l'ordre à la fin d'un rassemblement près de l'Assemblée nationale pour dénoncer la proposition de loi "sécurité globale", a constaté une journaliste de l'AFP. Les policiers ont fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes pour disperser ces manifestants, parmi lesquels figuraient de nombreux jeunes qui ont détruit du mobilier urbain, a-t-elle précisé.

Vers 21H30 les derniers manifestants avaient quitté les abords de l'Assemblée nationale et le calme était revenu, a indiqué à l'AFP la Préfecture de police.

Ce cortège de manifestants agrégeant des "gilets jaunes", des militants d'organisation de gauche, des lycéens et des étudiants est resté bloqué par les forces de l'ordre environ deux heures sur le boulevard Saint-Germain où la tension est montée avec les forces de l'ordre. "Ça a commencé à péter boulevard Saint-Germain avec un départ de manif sauvage", a témoigné à l'AFP un manifestant, Philippe Bellet, 47 ans. "On a été pris en étau. Il y a eu des départs de feu pris en étau entre flammes et lacrymos, ils ont chargé en ligne on a réussi à partir en levant les mains en l'air".

Des centaines de personnes s'étaient rassemblées en milieu d'après-midi à l'appel notamment de syndicats de journalistes et associations de défense des droits de l'homme pour protester contre la proposition de loi "sécurité globale" qui empêcherait selon eux les journalistes et citoyens de filmer les forces de l'ordre durant les manifestations.

Le rassemblement vise l'article 24 de cette proposition de loi portée par LREM et son allié Agir, dont l'examen démarrait mardi. Cet article controversé prévoit de pénaliser d'un an de prison et 45.000 euros d'amende la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" d'un policier ou d'un gendarme en intervention, lorsque celle-ci a pour but de porter "atteinte à son intégrité physique ou psychique".

Les syndicats de journalistes qui appelaient à ce rassemblement au côté de la Ligue des droits de l'homme, d'Amnesty International et d'autres organisations comme Reporters sans frontières, estiment qu'elle revient de fait à interdire aux journalistes et aux citoyens de filmer les policiers en action et empêcherait, par exemple, de documenter les violences policières.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Petoulet
19/novembre/2020 - 01h32

En fait le but non avoué de cette gauchiasse,c'est de pouvoir non seulement filmer les flics sans floutage,mais aussi de les dénoncer sur les réseaux asociaux  en livrant leurs identités et adresses afin qu'ils se fassent massacrer comme à Magnanville. Pour ces gauchos-fachos ou islamos-fachos,un bon flic est un flic égorgé.

Il faut le dire clairement !!!

Portrait de lysniais
18/novembre/2020 - 13h57

Elle est belle la gauche quand elle ne veut pas la démocratie!!

Portrait de dominique.
18/novembre/2020 - 10h58
liliputerose45 a écrit :

Tout ça c'est la faute aux islamo gauchistes. 

il faut changer de disque

Portrait de preshovich
18/novembre/2020 - 09h51

Le problème de ces videos qui font débat c'est que 9.9 fois sur 10 elles sont instrumentalisées par leurs auteurs pour aller dans un seul et unique sens : la victimisation. "Regardez la police est méchante elle nous tabasse".

Portrait de Omic
18/novembre/2020 - 08h19
liliputerose45 a écrit :

Tout ça c'est la faute aux islamo gauchistes. 

Mdr

Humour du matin, tintin, mais t'as dut te tromper d'article la. Ça marche pas a tous les coups.