16/10 14:33

Coronavirus - A bout, une aide-soignante témoigne dans "Morandini Live": "J’ai pris la décision de changer de voie" - VIDEO

Ce matin, Alexia Lecoq, aide-soignante qui travaille à l'hôpital depuis 2016, était l'invitée de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. Elle est revenue sur son quotidien alors qu'elle a intégré le service de réanimation en mars dernier.

"Aujourd'hui, je suis à bout. Ça a été une très forte période de stress, pas facile à vivre. Il fallait s'adapter au service de réanimation. C'est un service lourd, avec beaucoup de choses à savoir, à apprendre. Il fallait s'adapter à une nouvelle organisation avec le Covid", a-t-elle expliqué en précisant s'être interrogée concernant son avenir.

"L'arrivée de cette deuxième vague, ça me fait dire que j'ai envie d'arrêter ce métier. J'ai pris la décision de changer de voie, de rester dans le soin mais dans le bien-être. De faire autre chose et de quitter cet environnement stressant", a continué Alexia Lecoq en indiquant que "pour l'instant" elle a prévu de rester.

"Beaucoup de mes confrères et consœurs en ont marre de devoir être là au quotidien, d'être appelés régulièrement à venir remplacer. (...) On est tous prêts à continuer avec cette vague. On va se battre jusqu'au bout. Mais à quel prix ?", s'est-elle interrogée.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Razlebol
16/octobre/2020 - 23h25
Caro75 a écrit :

La médecine est devenue un "business".

Vous avez a un petit bobo. Votre médecin traitant vous bourre de médicaments qui ne servent à rien mais lui ça lui fait du chiffre auprès des labo pharmaceutiques.

Quand vous revenez le voir quelques jours plus tard (puisque les médicaments n'ont pas été d'un grand secours), il vous envoie faire des analyses, des radios et compagnie. Ca fait tourner le business.

Malgré vos analyses et vos radios, vous n'allez toujours pas mieux. (Forcément, les analyses et les radios ne soignent pas...) Alors là, on vous sort le grand jeu: voir un spécialiste, faire des examens plus poussés, un scanner, un IRM.... Une fois que vous avez fait le tour de tout ce beau monde et qu'on ne vous aura toujours pas trouvé la source de vos problèmes, dépité, vous finissez par jeter l'éponge. Entretemps, ils se seront fait du fric sur votre dos et la sécu aura une fois de plus dépensé sans que cela vous apporte le moindre réconfort.

L'infirmière dans tout ce cirque, elle est complètement dégoûtée.

On ne doit pas avoir le même médecin, et tout ceux que j'ai croisé depuis mon enfance ne m'ont jamais "bourré de médicaments". Et ils n'envoyaient pas faire des analyses pour le fun, mais pour faire un diagnostique. Il ne faut pas oublier que certains patients sont demandeurs, et que la population Française vieillit, d'où l'augmentation de certaines maladies.

Des branches pourries il y en a dans tout les métiers, mais je ne pense pas que votre discours s'applique a la majorité des médecins Français, il sont bien plus contrôlés que vous ne le pensez.

Par contre votre discours, on le retrouve chez une majorité de pseudo-thérapeutes , qui ont besoin de s'opposer a la médecine pour exister, et surtout faire les poches des personnes fragilisées par la maladie, ou les aléas de la vie.

Je vis en Bretagne, les rebouteux, les passeurs de feu on connait. Un bon indice pour voir que l'on a pas a faire a un escroc: Les seuls qui me semblait avoir des dons, se déclaraient, soit complémentaires a la médecine traditionnelle, soit incompétents. 

Certains refusaient même l'argent, de peur de perdre leur dons.

 

Portrait de Annie male
16/octobre/2020 - 18h01

Soigner des malades qui bien souvent ne respectent pas les consignes de sécurité (masques et distanciation sociale), avoir des horaires de folie en alternant jours, nuit et week ends, tout cela pour un salaire de misère pour un travail peu gratifiant et pas reconnus,  je lui souhaite bon courage dans la nouvelle voie qu'elle aura choisie

Portrait de Dédérinox
16/octobre/2020 - 17h24

1 an  d'études, peut-on parler de " changer de voie "..  ? 

Portrait de jarod.26
16/octobre/2020 - 17h11
petite joueuse seulement 4 ans à l'hosto
Portrait de niballon
16/octobre/2020 - 16h54

Même pas 4 ans d'ancienneté est elle et "à bout", alors celles et ceux qui ont 15, 20 ans voir plus de métiers... c'est pas gagné.