13/10 19:10

Coronavirus - Le 58ème salon de l'Agriculture qui devait se tenir en février Porte de Versailles à Paris est annulé en raison de la crise sanitaire

19h09: Selon RTL, le 58ème salon de l'Agriculture qui devait se tenir en février Porte de Versailles à Paris est annulé. Le Concours Général des Produits sera quand même délocalisé en régions et il y aura des marchés fermiers à Paris. L'annulation de l'édition 2021 est également due à l'épidémie. Les organisateurs comptent cependant maintenir, "à Paris et dans différentes villes des événements dont les agriculteurs ont besoin", explique à l'AFP Jean-Luc Poullain, directeur du Centre national des concours et expositions agricoles, le propriétaire du salon. Contrairement au Salon de l'agriculture en lui-même, le concours général des produits agricoles sera maintenu, sous une forme qui reste à préciser, indique ainsi Jean-Luc Poullain. 

17h49: Les joueurs de l'équipe de France de foot sont tous négatifs au Covid-19, deux jours après avoir affronté les Portugais  en Ligue des Nations, où ils ont fait face à Cristiano Ronaldo, testé positif, indique la Fédération française de foot. Les Bleus ont été testés alors qu'ils doivent affronter la Croatie demain.

14h58: Le point sur la situation cet après-midi

Face à la «deuxième vague forte» de Covid-19, Emmanuel Macron s’adresse aux Français mercredi soir pour leur demander un véritable changement de comportement et sans doute annoncer de nouvelles mesures.

Nouvelles restrictions ciblées, couvre-feu, reconfinements locaux: les différentes dispositions ont été examinées mardi par le chef de l’Etat et les ministres concernés par la crise au cours d’un conseil de défense sanitaire à l’Elysée.

Aucune mesure ne devrait être annoncée avant qu’Emmanuel Macron ne soit interrogé mercredi à 19H55 sur TF1 et France 2, sa première longue intervention sur le coronavirus depuis son interview du 14 juillet.

«Je crois que tout est envisageable, tout est sur la table et rien n’est à exclure puisque le virus évolue», a lâché Marlène Schiappa, ministre déléguée en charge de la Citoyenneté, sur LCI. La priorité de l’exécutif reste surtout d’éviter tout reconfinement général, pour ne pas remettre l’économie à l’arrêt comme au printemps.

Après avoir laissé pendant plusieurs semaines le Premier ministre Jean Castex, le ministre de la Santé Olivier Véran et les préfets égrener des restrictions ciblées et locales, le président a décidé de reprendre la parole face aux Français en raison de la «gravité» de la situation, selon son entourage.

Il fait ainsi comme les autres dirigeants européens: l’Allemande Angela Merkel, le Britannique Boris Johnson ou l’Espagnol Pedro Sanchez ont tous prévenu leurs concitoyens que «les moments les plus difficiles sont devant nous».

La France est l’un des pays les plus touchés: jour après jour, le taux d’incidence (nombre de cas positifs pour 100.000 habitants) grimpe au point d’atteindre des niveaux hors de contrôle, en particulier chez les 20-30 ans avec un record à Paris, où ce taux vient de dépasser 800 quand le niveau d’alerte est à 50. Mais il monte dans toutes les tranches d’âge et dans de nombreuses métropoles.

«Le virus circule rapidement et partout sur l’ensemble du territoire», résume l’Elysée.

Confronté à cette dégradation, l’exécutif fait face à un défi de taille: convaincre les Français que la lutte se joue surtout dans la sphère privée. «Il y a 50% de responsabilité individuelle. On n’y arrivera pas si les gens ne s’y mettent pas», souligne une source gouvernementale. Le patron de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris Martin Hirsch appelle, dans le Parisien, «tout le monde à avoir 20% de contacts sociaux en moins».

Emmanuel Macron devrait donc appeler au «sursaut citoyen» alors que l’Etat n’a juridiquement pas le pouvoir de contrôler les foyers.

«Le virus va rester sûrement plusieurs mois. Nous devons nous adapter pour éviter des stop and go trop rudes et espérer que les comportements deviendront plus responsables», a déclaré Jean Castex mardi matin devant les députés LREM.

Lundi, le Premier ministre n’avait pas exclu des reconfinements locaux tandis que certains médecins, dont Jean-Pierre Delfraissy, le président du Conseil scientifique, ont évoqué l’éventualité d’imposer des couvre-feu, en particulier à Paris et en Ile-de-France.

Une telle mesure est appliquée en Guyane depuis mars, avec des horaires qui ont varié selon l’évolution de l’épidémie. Plusieurs grandes villes allemandes, dont Berlin ou Francfort, ont également instauré un «couvre-feu» avec la fermeture les commerces, les bars et restaurants entre 23H00 et 06H00.

12h43: L’exécutif est particulièrement préoccupé par la dégradation de la situation en Ile-de-France, où le taux de positivité des tests frôle les 17% et le taux d’occupation des lits de réanimation de la région à 42% de malades Covid, provoquant des déprogrammations d’opérations.

Il faut «un reconfinement partiel» dans les zones les plus touchées, «sinon on ne va pas s’en sortir», juge sur RMC Christian Brechot, président du Global Virus Network (VGN), ancien directeur de l’institut Pasteur. «Mais il faut donner quand même un message positif: on voir arriver des progrès thérapeutiques, pas seulement les vaccins», a-t-il ajouté, en prédisant que l’épidémie «va durer au moins jusqu’à à la fin 2021».

La stratégie gouvernementale est vivement critiquée par les opposants, comme la présidente du RN Marine Le Pen qui dénonce l'«absence totale d’anticipation». «Les restrictions c’est quand on a tout raté», a-t-elle jugé sur BFMTV et RMC.

Le numéro deux de LFI, Adrien Quatennens, a pour sa part appelé sur RTL l’exécutif à «prendre des mesures qui soient cohérentes», disant avoir «l’impression désagréable que Monsieur déconfinement, M. Castex, devenu Premier ministre, navigue à vue».

Durant l’entretien de mercredi, Emmanuel Macron pourrait être aussi interrogé sur le malaise des policiers après l’attaque aux mortiers d’artifice du commissariat de Champigny-sur-Marne, deux jours après celle de deux policiers en mission en civil à Herblay (Val-d’Oise). Il doit recevoir jeudi matin leurs syndicats.

12h30: Bruxelles a annoncé mardi l’élargissement et la prolongation jusqu’à l’été 2021 de l’assouplissement des aides d’Etat adopté au printemps dernier pour soutenir les entreprises européennes face à la crise du coronavirus.

Cet assouplissement temporaire devait initialement expirer le 31 décembre 2020, à l’exception des mesures de recapitalisation autorisées jusqu’au 30 juin 2021. « L’objectif est de permettre aux Etats membres de venir en aide aux entreprises (...) tout en garantissant des conditions de concurrence équitables », a expliqué la Commission européenne dans un communiqué.

A la mi-mars, pour faire face au choc économique provoqué par les mesures de confinement, Bruxelles avait annoncé une première série de mesures facilitant le soutien public à la recherche et à la fabrication de produits pour lutter contre la pandémie. Elles avaient ensuite été étendues pour permettre notamment des aides d’Etat sous forme de prêt ou de recapitalisation aux groupes en difficultés.

Ces aides ne sont accordées en temps normal qu’au compte-gouttes, afin de garantir une concurrence équitable entre entreprises et ne pas voir subventionnées inutilement des canards boiteux aux dépens d’autres compagnies.

Les différentes mesures d’assouplissement sont désignées par la Commission sous le terme d’« encadrement temporaire ».

Elles ont été prolongées jusqu’au 30 juin 2021, sauf la partie concernant les recapitalisations prolongée elle jusqu’au 30 septembre 2021.

Selon la Commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, il s’agit de « répondre aux besoins persistants des entreprises, tout en protégeant le marché unique de l’UE ».

12h13: "La période est très rude, mais nous continuerons à faire en sorte que la vie du pays continue", a déclaré le Premier ministre Jean Castex aux députés LaRem

11h32: La Russie a dit avoir enregistré 244 décès dus au nouveau coronavirus en 24 heures, un record depuis le début de l'épidémie dans le pays qui fait face à une résurgence de la maladie.

La Russie a aussi comptabilisé pour le 3e jour consécutif plus de 13.000 nouveaux cas quotidiens, avec 13.868 contaminations répertoriées. Au total, 1,32 million de cas ont été détectés depuis mars et 22.966 décès. Les autorités continuent de se prévaloir d'une mortalité plus faible qu'en Europe occidentale, aux Etats-Unis ou encore au Brésil, où les morts quotidiens se comptaient par centaines ou milliers suivant les pays au printemps.

Certains critiques jugent cependant le nombre de décès russes sous-estimé, la Russie ne comptant que les cas où la maladie du Covid-19 est considérée comme la cause principale du décès.

10h22: L’équipe australienne Mitchelton a annoncé son retrait du Giro à cause de plusieurs cas de Covid-19 détectés chez des membres de son encadrement, mardi, avant le départ de la 10e étape à Lanciano.

Par ailleurs, deux coureurs de deux autres équipes, dont le Néerlandais Steven Kruijswijk (Jumbo), troisième du Tour de France 2019, ont également été testés positifs lors de l’opération menée pendant la journée de repos et ont dû quitter la course, ont annoncé l’Union cycliste internationale (UCI) et l’équipe Jumbo.

10h00: Le Président Emmanuel Macron, qui s'exprimera demain soir à la télévision, préside ce matin un nouveau conseil de défense sanitaire pour étudier les moyens d'endiguer une deuxième vague épidémique.

Comme dans les autres pays européens, la France est confrontée en cet automne à une nette dégradation des indicateurs sanitaires. Le seuil des 1.500 patients traités en réanimation pour une infection au Covid-19 a été refranchi lundi pour la première fois depuis le 27 mai dernier.

09h43: Le point sur ce que l'on sait ce matin

Avec des hôpitaux au bord de la saturation, l’Angleterre a haussé d’un cran lundi ses mesures anti-Covid, au moment où en Chine les autorités lançaient une campagne massive de dépistage dans une importante ville portuaire.

Face à la résurgence inquiétante de la pandémie, en particulier dans le Nord-Ouest, le gouvernement britannique a décidé de fermer les pubs à Liverpool et de réactiver trois hôpitaux de campagne mis en place au printemps et depuis mis en pause.

Le Premier ministre Boris Johnson a présenté un nouveau système d’alerte à trois niveaux, «moyen», «élevé» et «très élevé», censé simplifier à partir de mercredi le patchwork actuel de restrictions pour l’Angleterre. Les autres nations du Royaume-Uni sont compétentes pour appliquer leur propre dispositif.

«Je sais combien c’est difficile mais nous ne pouvons pas laisser tomber le service national de santé quand des vies sont en jeu», a plaidé le Premier ministre conservateur.

«Ce n’est pas comme cela que nous voulons vivre, mais c’est le chemin étroit que nous devons tracer entre les dégâts socio-économiques d’un confinement complet et le coût économique d’une épidémie hors de contrôle», a-t-il justifié.

Le nombre de personnes hospitalisées avec le Covid-19 en Angleterre est désormais supérieur à ce qu’il était lorsque le confinement a été décrété fin mars. Dans les régions les plus touchées, dans le Nord-Ouest, les services hospitaliers qui ne sont pas directement chargés de l’épidémie commencent à voir leur fonctionnement affecté.

Pour aider le système de santé à faire face, trois des vastes hôpitaux de campagne mis en place en catastrophe au printemps ont reçu l’instruction «de se mobiliser pendant les prochaines semaines pour être prêts à accueillir des patients si nécessaire», a annoncé le directeur médical du service de santé pour l’Angleterre Stephen Powis.

En Chine, où la pandémie avait largement reflué après y être née à la fin de l’an dernier, la découverte de six cas dans la ville de Quingdao (Est) a poussé les autorités à décréter une campagne massive de dépistage.

Les neuf millions d’habitants de la métropole seront soumis à ces tests dans les cinq jours.

Selon les autorités sanitaires locales, toutes les personnes contaminées semblent avoir un lien avec un hôpital de la ville qui traite des patients du Covid-19. Mais le foyer d’infection n’est pas connu pour le moment.

En Malaisie, de nouvelles restrictions importantes ont été annoncées lundi. Elles seront appliquées à partir de mercredi dans la capitale Kuala Lumpur, l’Etat de Selangor voisi, la capitale administrative Putrajaya, et dans l’ensemble de l’Etat de Sabah, sur l’île de Bornéo.

Les écoles et les lieux de culte seront fermés et les citoyens seront autorisés à quitter leur domicile seulement pour des tâches essentielles.

En France, deux nouvelles grandes villes, Toulouse et Montpellier, dans le Sud, vont être placées à partir de mardi en «alerte maximale».

Le pays est «dans une deuxième vague forte» de l’épidémie et «il ne peut plus y avoir de relâchement», a déclaré lundi le Premier ministre Jean Castex, sans exclure si nécessaire des reconfinements localisés. «Un reconfinement général», dont «les conséquences sont absolument dramatiques», «doit être par tous moyens évité», a précisé M. Castex.

Le nombre quotidien de nouveaux cas positifs au Covid-19, qui avait dépassé les 20.000 vendredi et samedi, était d’environ 8.000 lundi, selon les données de l’agence sanitaire Santé publique France, qui fait état de 96 morts dans les dernières 24 heures, soit un total de 32.825 décès. Le nombre de malades en réanimation a franchi le seuil des 1.500.

En revanche, l’Italie, premier pays touché en Europe, envisage d’alléger son protocole sanitaire anti-Covid-19 en réduisant la quarantaine à dix jours.

Aux Etats-Unis, pays du monde le plus endeuillé avec plus de 214.000 décès et 7,7 millions de cas, le président Donald Trump, 74 ans, a été testé négatif au Covid-19 «plusieurs jours de suite» en utilisant un test rapide, a déclaré lundi le médecin de la Maison Blanche Sean Conley.

Depuis son apparition en Chine, la pandémie a fait au moins 1.075.493 morts dans le monde selon un bilan établi par l’AFP lundi. Au total, plus de 37,4 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dont au moins 25.827.919 sont guéris.

Face à une pandémie d’une telle ampleur, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a jugé inenvisageable de laisser le virus circuler librement dans la société pour que la population accède à l’immunité collective.

«Jamais dans l’histoire de la santé publique l’immunité collective n’a été utilisée comme stratégie pour répondre à une épidémie, et encore moins à une pandémie. C’est scientifiquement et éthiquement problématique», a déclaré le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Selon une étude parue mardi dans la revue médicale The Lancet Infectious Diseases, un Américain a contracté deux fois le Covid-19 à un mois et demi d’intervalle et la deuxième infection était plus sévère que la première. Ce cas de réinfection est l’un des cinq recensés jusque-là dans le monde.

07h47: Le laboratoire pharmaceutique Johnson&Johnson interrompt son essai clinique pour un vaccin en raison d'un problème chez un des patients: « Nous avons interrompu temporairement le dosage supplémentaire dans tous nos essais cliniques d'un vaccin expérimental contre le Covid-19, y compris l'ensemble de l'essai de phase 3, en raison d'une maladie inexpliquée chez un participant », a déclaré le groupe. Cette suspension entraîne la fermeture du système d'inscriptions en ligne mis en place fin septembre pour recruter 60 000 participants dans le cadre de la phase 3 de l'essai, tandis que le comité indépendant pour la sécurité des patients a été saisi.

Des événements indésirables graves sont « une composante attendue de toute étude clinique, spécialement les études d’ampleur », a indiqué Johnson & Johnson. Les protocoles en vigueur dans la compagnie prévoient la suspension d’une étude afin de déterminer si l’événement indésirable grave est lié au médicament évalué et s’il est possible de reprendre l’essai.

06h11: Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi fermer les pubs à Liverpool et réactiver trois hôpitaux de campagne mis en place au printemps. Avec plus de 42.800 morts, sans équivalent en Europe, et près de 618.000 cas positifs, le Royaume-Uni est confronté à une nouvelle vague de contaminations touchant maintenant l'ensemble de son territoire et toutes ses classes d'âge. "Ces chiffres clignotent comme des avertissements sur le tableau de bord d'un avion. Nous devons agir maintenant", a déclaré lundi soir aux Britanniques Boris Johnson, se disant déterminé à "écraser le virus partout où il apparait" grâce à une version simplifiée et unifiée des restrictions locales imposées ces dernières semaines, qui visent à éviter un confinement général. Alors que celles-ci concernent désormais le quart de la population britannique, surtout dans le Nord, la diversité des restrictions d'une région à l'autre les rendaient pour certains illisibles. C'est pourquoi le Premier ministre a annoncé lundi, devant les députés puis devant la nation, un nouveau système d'alerte à trois niveaux -"moyen", "élevé" et "très élevé"- censé simplifier à partir de mercredi le patchwork actuel de restrictions pour l'Angleterre seule, les autres nations étant compétentes pour appliquer leur propre dispositif.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Caro75
14/octobre/2020 - 12h18

L'annulation du Salon de l'Agriculture dès maintenant me paraît inquiétante, car elle laisse présager une situation sanitaire bien plus grave en février 2021.

Portrait de STUTZEN 550 ®
13/octobre/2020 - 20h32

Pas de Salon de l'Agriculture à Paris. C'est les extrémistes antispécistes qui vont être contents.  Ils pourront se rabattre sur le salon de la trottinette. 

Portrait de Oh Yes It's Good
13/octobre/2020 - 16h55
bengalister a écrit :

Non ce sont souvent des étudiants et chômeurs (enfin c'est ce que j'avais vu dans un reportage), pour justement se faire un peu d'argent.

Aussi le risque de développer une maladie grave est rare. Là étant jeune ils ont très peu de chance de tomber malade de la covid19, si le vaccin ne fonctionne pas.

 

Toute façon c'est soit ça, soit quelques scènes dans Jacquie & Michel, alors...

Portrait de Zingwal
13/octobre/2020 - 16h51
Zingwal a écrit :

Image

Portrait de Zingwal
13/octobre/2020 - 16h50

Portrait de bengalister
13/octobre/2020 - 14h21
Angelussauron a écrit :

 

Même ça j'y crois pas tu gagne pas 1M€ non plus. Ce sont pas des SDF les gens qui y vont.

Non ce sont souvent des étudiants et chômeurs (enfin c'est ce que j'avais vu dans un reportage), pour justement se faire un peu d'argent.

Aussi le risque de développer une maladie grave est rare. Là étant jeune ils ont très peu de chance de tomber malade de la covid19, si le vaccin ne fonctionne pas.

 

Portrait de Angelussauron
13/octobre/2020 - 12h26
Le Solitaire Seul a écrit :

 

L'appât du gain.

 

Même ça j'y crois pas tu gagne pas 1M€ non plus. Ce sont pas des SDF les gens qui y vont.

Portrait de Oh Yes It's Good
13/octobre/2020 - 11h25

" en raison d'une maladie inexpliquée chez un participant », a déclaré le groupe. "

Quoi ? Une corne lui a poussé sur la tête ? Un troisième testicule, mais dans le dos ?

Portrait de pommedadam
13/octobre/2020 - 10h40

Me faire vacciner contre le Covid-19?

Plutôt crever! (d'autre chose)

Portrait de Le Solitaire Seul
13/octobre/2020 - 09h29
Angelussauron a écrit :

Ce que j'arrive pas à comprendre ce sont les cobayes qui vont faire les essais cliniques ça t'apporte quoi de jouer aux héros. Ce sont des suicidaires?

Je sais bien qu'il en faut mais je comprends pas comment dans ta tête tu peux te dire je suis en plein forme et je vais quand même jouer au cobaye. Il n'y a rien d’héroïque, ni de patriote là dedans juste de la folie.

 

L'appât du gain.

Portrait de Angelussauron
13/octobre/2020 - 09h24

Ce que j'arrive pas à comprendre ce sont les cobayes qui vont faire les essais cliniques ça t'apporte quoi de jouer aux héros. Ce sont des suicidaires?

Je sais bien qu'il en faut mais je comprends pas comment dans ta tête tu peux te dire je suis en plein forme et je vais quand même jouer au cobaye. Il n'y a rien d’héroïque, ni de patriote là dedans juste de la folie.

Portrait de Vigilence-nationale
13/octobre/2020 - 09h23
Ramponaux a écrit :

C'est pas moi qu'ira à l'abattoir me faire vacciner:ghost:

Idem,

Super coup financier pour le labo qui gagnera la course ...par contre gare aux bobos smiley

Portrait de Ramponaux
13/octobre/2020 - 08h32

C'est pas moi qu'ira à l'abattoir me faire vaccinersmiley