14/08 14:09

Le journal "La Provence" renonce à déposer une offre de reprise de son concurrent "La Marseillaise", placée en liquidation judiciaire

Le journal La Provence a renoncé vendredi à déposer une offre de reprise de son concurrent, La Marseillaise, placée en liquidation judiciaire, annonce-t-il sur son site. "Si La Provence (...) a étudié la possibilité de faire une offre de reprise pour le titre, elle n'en déposera finalement pas", écrit le quotidien régional à propos de La Marseillaise, journal historique de la deuxième ville de France fondé en 1943 par le Parti communiste.

Cette annonce intervient quelques heures avant la limite fixée à 18H00 par le tribunal de commerce de Marseille pour déposer une offre de reprise du journal dont la société éditrice, Les Fédérés, a été placée en liquidation judiciaire le 13 juillet. "Notre intention n'a jamais été d'être des prédateurs ou de proposer une offre hostile comme cela a pu être dit", assure sur son site Jean-Christophe Serfati, PDG du groupe La Provence dont l'homme d'affaires Bernard Tapie est actionnaire majoritaire. J

eudi, quelque 200 personnes s'étaient rassemblées devant les locaux de La Marseillaise afin de s'opposer au projet d'offre de reprise envisagée par La Provence, associée à l'entrepreneur Xavier Niel, via sa holding personnelle NJJ Presse. Ils dénonçaient l'absence de pluralisme ainsi que la possible suppression de 80% des effectifs soit 10 à 15 emplois conservés sur les 52 actuels.

Les salariés défendaient un autre projet d'offre, celui du média Maritima détenu majoritairement par la ville de Martigues, dirigée depuis des années par un maire communiste. "Le projet que l'on aurait pu porter ne permet pas de préserver la totalité des emplois, contrairement à l'offre de Maritima médias, et nous préférons nous retirer plutôt que de compromettre les chances de cette dernière", ajoute M. Serfati.

Diffusé à environ 15.000 exemplaires, sous forme d'un quotidien dans les Bouches-du-Rhône, le Var et une partie du Vaucluse, ainsi qu'en hebdomadaire dans le Gard et l'Hérault, La Marseillaise a déjà connu des difficultés financières dans le passé. De 200 en 2014, ses effectifs ont fondu à 50 aujourd'hui.

Ailleurs sur le web

Vos réactions