24/07 09:57

Affaire Gabriel Matzneff : Christophe Girard démissionne de son poste d’adjoint à la Mairie de Paris - Anne Hidalgo se dit "écoeurée" par cette décision

Christophe Girard, adjoint à la culture à la maire de Paris Anne Hidalgo (PS), a annoncé, hier soir, avoir remis sa démission,  après des attaques d’élus écologistes à la suite de son audition, en mars, dans l’enquête pour viols sur mineurs visant l’écrivain Gabriel Matzneff. « J’ai 64 ans, une vie de famille épanouie et de nombreux engagements culturels, politiques et associatifs, et je n’ai nullement envie de pourrir ma vie plus longtemps et de m’emmerder à me justifier en permanence pour quelque chose qui n’existe pas », a écrit Christophe Girard dans un communiqué.

M. Girard avait été interrogé par les enquêteurs, en tant que secrétaire général de la maison Yves Saint Laurent entre 1986 et 1987. C’est par l’entremise de cette structure que le couturier aurait réglé des nuits d’hôtel permettant à M. Matzneff d’habiter avec Vanessa Springora, alors mineure, selon plusieurs récits.

Depuis janvier, l’écrivain est visé par une enquête pour « viols sur mineurs ». « Au-delà des faits décrits par Vanessa Springora », l’enquête s’attachera « à identifier toutes autres victimes éventuelles ayant pu subir des infractions de même nature sur le territoire national ou à l’étranger », avait précisé Rémy Heitz, procureur de la République près le tribunal judiciaire de Paris, dans son communiqué annonçant l’ouverture de l’enquête.

Dans un tweet, jeudi soir, Anne Hidalgo s’est dite « écœurée » par la décision de Christophe Girard, et dénonce une situation où « le droit est piétiné par la rumeur, les amalgames et les soupçons ».

Depuis plusieurs jours, des élus écologistes et des manifestantes féministes demandaient sa suspension et l’ouverture d’une enquête interne à la Ville de Paris, estimant que M. Girard devait s’expliquer sur ses liens et ses agissements auprès de Gabriel Matzneff. 

"Il y a une émotion, je dis bravo aux militantes féministes qui se sont mobilisées, bravo aux élus écologistes. Ce que j'espère c'est que Christophe Girard va donner un exemple à des gens comme Gérald Darmarnin et Eric Dupond-Moretti pour que les responsables politiques comprennent que ça ne va pas s'arrêter", s'est réjouie sur franceinfo Alice Coffin, conseillère de Paris, pour le groupe EELV, après la démission de l'adjoint à la culture d'Anne Hidalgo. Elle faisait partie des militantes féministes et élus écologistes qui ont manifesté jeudi devant l'hôtel de ville pour réclamer la démission de Christophe Girard en raison de ses liens et de ses agissements auprès de Gabriel Matzneff

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de laora
24/juillet/2020 - 17h56
pas de blague a écrit :

Dans cette affaire l'hypocrisie est générale. Depuis quarante ans au moins, voire cinquante, qu'il pratiquait ses criminelles activités au su de tous ceux qui voulaient bien l'écouter ou le lire, il n'y a pas beaucoup d'associations familiales, de défense de l'enfance, ni de représentant de la justice pour s'en indigner.

Après, incriminer Hidalgo, d'accord, pourquoi ne pas remonter à Tibéri et Chirac ?

Si, si, des voix s'élevaient contre les écrits de Matzneff dans indifférence générale je me souviens de cette féministe canadienne, seule contre tous qui pointait la pédophilie de l'écrivain sous l’hilarité moqueuse du reste du plateau.

Ensuite l'hypocrisie dont parlait Batori plus bas consistait pour Hidalgo à réclamer la démission de Gérald Darmanin au nom du respect de la parole des victimes bla bla, et de s'offusquer, quand pour les mêmes raisons, on réclame la tête de son adjoint à la culture smiley

Portrait de Sorj
24/juillet/2020 - 15h27
Stonewall56 a écrit :

Le grand souci, et ce n'est en rien pour minimiser les faits et surtout la douleur des victimes, c'est que nous jugeons aujourd'hui, avec nos connaissances sur notamment, la psychologie de l'enfant de faits très anciens (une quarantaine d'années). Je n'ai aucune compassion pour Matzneff et je n'apprécie guère les Verts qui ne nous proposent qu'une écologie punitive matinée d'un projet sociétal qui pourrait faire passer Mélanchon de droite, mais il serait à mon sens utile de remettre en perspective nos perceptions du moment avec ce qu'était la société des années 80.

A cette époque, avoir ses règles signifiait être en âge d’avoir des relations sexuelles.

La notion était purement physiologique. Très peu de place était accordée à la psychologie de l’enfant, au questionnement sur la maturité sexuelle, ne parlons pas du consentement éclairé.

Portrait de Stonewall56
24/juillet/2020 - 14h57

Le grand souci, et ce n'est en rien pour minimiser les faits et surtout la douleur des victimes, c'est que nous jugeons aujourd'hui, avec nos connaissances sur notamment, la psychologie de l'enfant de faits très anciens (une quarantaine d'années). Je n'ai aucune compassion pour Matzneff et je n'apprécie guère les Verts qui ne nous proposent qu'une écologie punitive matinée d'un projet sociétal qui pourrait faire passer Mélanchon de droite, mais il serait à mon sens utile de remettre en perspective nos perceptions du moment avec ce qu'était la société des années 80.

Portrait de lahainesurinternet
24/juillet/2020 - 13h59

C'est la chasse aux sorcières, la "cancel culture" de la gauche identitaire US importée  ici , maintenant ils se bouffent entre eux smiley

Portrait de Sorj
24/juillet/2020 - 13h52
pas de blague a écrit :

Dans cette affaire l'hypocrisie est générale. Depuis quarante ans au moins, voire cinquante, qu'il pratiquait ses criminelles activités au su de tous ceux qui voulaient bien l'écouter ou le lire, il n'y a pas beaucoup d'associations familiales, de défense de l'enfance, ni de représentant de la justice pour s'en indigner.

Après, incriminer Hidalgo, d'accord, pourquoi ne pas remonter à Tibéri et Chirac ?

On peut remonter jusqu’a Michele Barzach, gynécologue, ancienne Ministre de la Santé et de la Famille, chez qui Matzneff emmenait ses conquêtes pour qu’elle leur prescrive la pilule, sans autorisation parentale.

La libération sexuelle et tous les moyens qui permettent d’y accéder étaient perçus comme du militantisme féministe, à cette époque.

Portrait de pas de blague
24/juillet/2020 - 13h46
Stutzen CZ a écrit :

De quel droit vous permettez vous de m'affubler d'une responsabilité ? J'ai appris la connaissance de cet "écrivain" que depuis la révélation de l'affaire.  Je ne l'ai même pas vu à apostrophe puisque à l'époque je travaillai jusqu'à 1 h du mat et que la presse de l'époque ne faisait pas ses choux gras du contenu de ses livres. 

Mais je constate, une fois de plus, que vous éludez malicieusement le factuel ! Je parle de la Torquemada des féministes hypocrites d'EELV qui se sont tues dans l'affaire Denis Paupin et vous me répondez Chirac. 

J'ai eu connaissance de cette affaire comme vous à la sortie du livre de Vanessa Springora.

En parlant de responsabilité commune, je parle de celle qu'on a de la vie de la cité, dont celle de dénoncer les crimes dont on a connaissance.

Dans l'affaire Baupin, si je me souviens bien, ce sont des femmes du parti qui l'ont dénoncé, non ?

Quant à la direction de EELV, je n'ai pas suivi. Probablement qu'elle n'a pas soutenu, ou si elle l'a fait, mollement, les plaignantes...

Si la cause des écolos et des féministes est légitime, tout extrémisme dans leur sein est pitoyable et contribue à décrédibiliser leur cause, sert même de repoussoir.

Comme tout extrémisme, d'ailleurs.

Portrait de pas de blague
24/juillet/2020 - 13h05
Stutzen CZ a écrit :

Il y a même double hypocrisie.  Celle des socialistes mais aussi celle des féministes d'EELV bien silencieuses quand l'un des leurs, Denis Baupin pour ne pas le citer, était accusé de harcèlement sexuel.  J'eusse bien aimé qu'elle jouent les Torquemada comme elles le font maintenant. 

Allez, soyons fou, une triple hypocrisie.

Qui était maire de Paris en 1990, année d'un des passages de Matzneff à Apostrophe ? Vous l'avez entendu dénoncer l'ignominie, le mangeur de pommes ? Et du côté de St Nicolas du Chardonnet ?

Moi, perso, je dis que la responsabilité est partagée par nous tous..

Vous voulez vous dédouaner, peut-être avez-vous mené une croisade dans l'indifférence générale  pour mettre fin à tout ça, dans ce cas je vous retire votre part de responsabilité ...

 

Portrait de lysniais
24/juillet/2020 - 12h28

Ha oui c'est vrai, vu du côté de la gauche, ce n'est jamais de la pedophilie, juste un épanouissement amoureux des enfants donc normal que la drame de paris soit ecoeurée quand ça concerne un de ses poulains!

Portrait de pas de blague
24/juillet/2020 - 12h04
laora a écrit :

C'est malheureux de le dire comme ça, mais c'est l'hypocrisie socialiste dans toute sa splendeur.

Dans cette affaire l'hypocrisie est générale. Depuis quarante ans au moins, voire cinquante, qu'il pratiquait ses criminelles activités au su de tous ceux qui voulaient bien l'écouter ou le lire, il n'y a pas beaucoup d'associations familiales, de défense de l'enfance, ni de représentant de la justice pour s'en indigner.

Après, incriminer Hidalgo, d'accord, pourquoi ne pas remonter à Tibéri et Chirac ?

Portrait de laora
24/juillet/2020 - 11h44
Batori a écrit :

Madame Hidalgo se dit écœurée....c’est pourtant avec ces minorités fascisantes qu’elle dirige Paris depuis des années. Les féministes comme les associations LGBT, « antiracistes », écologistes sont les nouveaux procureurs de la pensée et décident, si la justice n’est pas rendue sur leurs réquisitions,  de tuer socialement en lynchant publiquement leurs cibles.

A vomir

C'est malheureux de le dire comme ça, mais c'est l'hypocrisie socialiste dans toute sa splendeur.

Portrait de th93100
24/juillet/2020 - 10h31
seb2746 a écrit :

Comment elle peut défendre qqun qui a participé indirectement à des viols ?

Oui ce n'est pas lui qui a violé mais il SAVAIT et à continuer à fournir les lieux... dans le silence.

Il n'a aucune excuse, n'a eu aucun regret pour les victimes non plus.

Mais là, "faut rien dire" et le laisser tranquille pépère car il démissionne ?

Vous SAVEZ qu'il savait ? Dites nous ! vous devez avoir de bonnes informations !

 

Portrait de Dédérinox
24/juillet/2020 - 09h28

Hidalgo qui se fait enfler par ses alliés écolos.

Ça pourrait être assez marrant si ça ne montrait pas aussi le niveau d'intégrisme de ces prétendus Verts..

Portrait de Kakadu
24/juillet/2020 - 08h40

Voilà voilà, ce que dénonce Dupond-Moretti, en disant que la justice ne se fait ni dans la rue, ni sur les réseaux sociaux mais dans les tribunaux, et bien en fait commence à faire son chemin, tranquillement. C'est effrayant. Mais que Mme Hidalgo s'offusque est une vaste blague puisqu'elle même appelle à la démission de Mr Darmanin, histoire de faire la féministe engagée. Que cela plaise ou non, tant que la justice n'a pas condamné quelqu'un, il a le droit de vivre et d'exercer son métier. La présomption d'innocence est bien maltraitée dans ce pays. Au fait, Dupond-Moretti devrait partir du gouvernement pour quelle raison ? Parce qu'il ne pense pas comme tous ces gens, qui croient avoir raison ? Là encore c'est effrayant. Quelle est cette société qui se prépare ? Ca va être sympa. On va se marrer. 

Portrait de Quignon.
24/juillet/2020 - 08h37

Qui a bu boira...chicorée Pacha !smiley