18/06 10:01

Les salariés du Parisien indiquent qu'ils refusent le nouveau projet de leur direction qui prévoit la suppression de ses éditions départementales et un plan de départs

Les salariés du Parisien indiquent à l'issue d'une AG qu'ils refusent le nouveau projet de leur direction, qui prévoit la suppression de ses éditions départementales et un plan de départs. L'assemblée générale des salariés réunie mercredi a "refusé le projet de la direction en l'état", selon le texte d'une motion qu'elle a adoptée. Elle "refuse toute suppression de poste, pigistes y compris", et "demande le rétablissement de pages locales et départementales". L'assemblée générale a mandaté les syndicats pour négocier sur cette base "sans suppression de postes, avec une pagination plus importante que celle proposée, sanctuarisée et pérennisée pour l'information locale et départementale sur le print et le web". La direction du Parisien (groupe LVMH) avait annoncé mardi un plan pour tenter d'enrayer la baisse de ses ventes et se renforcer dans le numérique. Ce projet éditorial doit s'accompagner d'un plan de départs volontaires qui vise 30 personnes sur 435 journalistes au sein de la rédaction, avec le recours à un accord de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Les neuf rédactions départementales sont conservées mais réduites de moitié (elles passeront entre 9 et 14 journalistes aujourd'hui à entre 7 et 8) et le nouveau cahier unifié, baptisé "Le Grand Parisien", qui remplace les éditions départementales, sera édité avec neuf couvertures différentes. Le journal teste ce format depuis le début de la crise sanitaire. Le nouveau projet prévoit également la création de nouvelles rubriques (féminisme, tech) et vise à multiplier par cinq le nombre d'abonnements numériques.

Ailleurs sur le web

Vos réactions