29/05 07:39

Le constructeur automobile Renault annonce officiellement ce matin près de 15.000 suppressions d'emplois dans le monde, dont 4.600 en France

Le constructeur automobile Renault annonce officiellement ce matin près de 15.000 suppressions d'emplois dans le monde, dont 4.600 en France. Le projet, qui doit être rendu public vendredi matin, a été présenté jeudi soir aux organisations syndicales, lors d’un comité central social et économique (CCSE) du groupe. Il prévoit de réduire les effectifs « sans licenciement sec », via des départs volontaires, des départs à la retraite non remplacés et des mesures de mobilité interne ou de reconversion, ont fait savoir ces sources à l’Agence France-presse

Les capacités de production du groupe au niveau mondial devraient être réduites, passant de 4 millions de véhicules actuellement à quelque 3,3 millions, sur une base de deux équipes (ce qui correspond à une production réelle potentielle plus élevée en ajoutant une troisième équipe).

Renault va suspendre des projets d’extension d’usines au Maroc et en Roumanie, envisage de réduire ses capacités de production en Russie, et de réduire également les activités mécaniques en Corée du Sud et la fabrication de boîtes de vitesse en Turquie. Le projet inclut en France l’arrêt de la production automobile à Flins (Yvelines), après la fin de la Zoe, d’ici à quelques années. L’usine, qui emploie actuellement de 2 600 salariés, sera cependant reconvertie et récupérera l’activité du site de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), qui emploie 260 personnes dans la réparation de moteurs et boîtes de vitesse utilisés comme pièces de réemploi. L’avenir de la Fonderie de Bretagne, avec près de 400 salariés à Caudan (Morbihan), reste en suspens avec une « revue stratégique » annoncée. Même chose pour l’usine de Dieppe (Seine-Maritime), où une réflexion sera engagée pour « un projet de reconversion à la fin de la production de l’Alpine 110 ». Enfin, la fusion des sites de Douai et Maubeuge, dans le Nord, est envisagée pour créer un centre d’excellence des véhicules électriques et utilitaires légers.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lilirose45
29/mai/2020 - 09h52
sunHolliday76 a écrit :

Ce qui est à souligner, et c'est important, c'est sans licenciement sec. Donc ça c'est très bien

A part ceux qui ne vont pas être remplacés pour retraites, c'est sur la base du volontariat mais s'il n'y a pas assez de monde volontaire, ce sera des licenciements secs sur les critères prévus dans le code du travail, c'est à dire, 1) l'ancienneté, 2) l'âge et 3) la situation familiale

 

Portrait de Blek37
29/mai/2020 - 09h42
sunHolliday76 a écrit :

Ce qui est à souligner, et c'est important, c'est sans licenciement sec. Donc ça c'est très bien

Espèce de salaud, un licenciement est un licenciement .Boycottez, Renault  ! 

Portrait de jarod.26
29/mai/2020 - 08h43
ce n'est que le début, d'autres vont suivre
Portrait de Ninie76700
29/mai/2020 - 08h38

Les constructeurs automobile français dont Renault viennent de recevoir des milliards avec le soutien de l'État français donc ils devraient licencié à l'étranger pas en France et rapatrier le plus possible les usines en France.

Portrait de sunHolliday76
29/mai/2020 - 08h03
Kakadu a écrit :

Et ça n'est que le début de la crise ! Une catastrophe qui s'annonce pour des milliers de salariés du privé. Les prochaines années vont être bien difficiles. 

Oui malheuresement ça va être très difficile... smiley

Portrait de sunHolliday76
29/mai/2020 - 07h54

Ce qui est à souligner, et c'est important, c'est sans licenciement sec. Donc ça c'est très bien

Portrait de Kakadu
29/mai/2020 - 07h53

Et ça n'est que le début de la crise ! Une catastrophe qui s'annonce pour des milliers de salariés du privé. Les prochaines années vont être bien difficiles.