20/05/2020 07:54

Le Conseil de déontologie journalistique considère dans son premier avis que Apolline de Malherbe sur BFMTV a fait preuve de "partialité" dans un entretien avec l'avocat Juan Branco

Le nouveau Conseil de déontologie journalistique Français a considéré dans son tout premier avis que Apolline de Malherbe sur BFMTV avait fait preuve de "partialité" dans un entretien avec l'avocat Juan Branco. Ce conseil indépendant fondé fin 2019 avait été saisi par 23 personnes à propos de cet entretien diffusé le 17 février sur BFMTV avec l'avocat de Piotr Pavlenski, un artiste russe alors au coeur d'un scandale sur des vidéos à caractère sexuel, dont la publication avait poussé Benjamin Griveaux à renoncer à sa candidature à la mairie de Paris.

Les saisines concernent notamment la dernière phrase prononcée par la journaliste Apolline de Malherbe, à la fin de l'entretien: "plus on vous entend et plus on se demande si Piotr Pavlenski n'est pas que l'exécutant et vous le manipulateur".

Le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) a estimé que ces saisines étaient "partiellement fondées".

Selon le Conseil, "l'ensemble de l'entretien avec M. Juan Branco témoigne d'une partialité envers l'interviewé qui dépasse la liberté d'investigation journalistique, et la dernière phrase prononcée par Mme Apolline de Malherbe ne respecte pas les règles déontologiques concernant les accusations sans preuve et le défaut d'offre de réplique". Informée de ces saisines, BFMTV n'a pas répondu au CDJM.

"Je vous remercie, c'est un grand hommage", avait immédiatement répondu Juan Branco. L'avocat avait indiqué avoir été "approché" par l'artiste mais démenti tout rôle dans la divulgation des vidéos pornographiques. Quelques jours plus tard, le bâtonnier de Paris avait demandé à Juan Branco de renoncer à défendre son client dans cette affaire Griveaux, en raison notamment de "l'absence de distance" entre l'avocat et les actions de son client, mais sans relever "de conflit d'intérêts avéré".

Le CDJM précise que "les entretiens journalistiques ne sont pas des interrogatoires policiers. Or, dans le cas présent, la sélection des faits invoqués par la journaliste, sa manière de poser des questions, le choix des termes qu'elle utilise (+instigateur+, +manipulateur+...), sa propension à impliquer à tout prix l'avocat dans la commission des faits reprochés à son client contredisent l'exigence d'impartialité".

Ce nouvel organe de médiation a été fondé après des années de débats enflammés sur son utilité face à la défiance grandissante des citoyens envers les médias. Sur le modèle d'institutions semblables en Europe, il réunit des représentants de la profession, une poignée de médias, des écoles de journalisme et des associations de lecteurs.

Le CDJM indique avoir reçu 63 saisines depuis le début de l'année, au sujet de 31 articles ou émissions. 20 ont été déclarées irrecevables, et deux non fondées, l'une sur un reportage de France 3 auprès d'activistes animalistes et l'autre sur une couverture de Paris-Match sur l'arrestation du même Piotr Pavlenski.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de COLIN33
20/mai/2020 - 18h05 - depuis l'application mobile

Encore une aristo qui s'y croit....

Portrait de Le--Grinch
20/mai/2020 - 17h36

Prenez quelques minutes (en plusieurs fois si vous voulez), mais regardez cette vidéo smiley

urlz. fr/9aC2

(retirer l'espace entre le . et fr, pas pu poster le lien autrement)

 

Portrait de À mon humble avis

Je ne peux pas l’encadrer cette pseudo journaliste pistonnée, qui ce la joue grande journaliste à la Christine Okrent, voir Anne Sinclair low cost.. quelle suffisance, et manque d’impartialité.. Peu importe, la personne interviewée, le journaliste devrait rester neutre, et respecter les téléspectateurs, qui peuvent être de gauche, comme de droite, voir de s’en foutre complètement de la politique, ce qui est mon cas.. La personne fait l’effort de venir s’afficher en plateau sur BFM, et elle se défoule sur lui, comme une pucelle sur son mec qui l’aurait tromper avec sa meilleure amie.. J’espère que MOF, lui a mis une cartouche, mais j’y crois pas un instant.. bien au contraire, elle a dû sortir héroïne de cette interview ratée.. qui au passage n’a aucun intérêt, on s’en contre fou de cette affaire, il y a bien plus important en ce moment..

Portrait de stbx00
20/mai/2020 - 16h25
lilirose45 a écrit :

Aujourd'hui, pour beaucoup de journalistes le mot "déonthologie" est banni de leurs cerveaux.

Avant, les journalistes étaient considérés comme un contre pouvoir.

Maintenant, beaucoup sont à la solde du pouvoir et des gauchistes voir extrêmes gauchistes et malheur aux journalistes et aux invités qui sont plutôt de droite. Ce sont des bêtes à abattre

C'est comme ça qu'on se retrouve avec des interviews tronquées, orientées et totalement partiales

Si je ne m'abuse, les journalistes signent une charte qui dit en autre : ne jamais confondre son métier de journaliste avec celui du publicitaire et du propagandiste.

Force est de constater que beaucoup d'entre eux s'assoient dessus

Commentaire amusant puisque c'est exactement l'inverse sur cette news avec Branco qui est le "gauchiste" invité et une journaliste qui le cartonne...

Portrait de Enzo06
20/mai/2020 - 12h06

Pas sûr qu'ils savent ce que c'est que la "déontologie journalistique"  sur BFMTV, chaîne pro Macron. Il faudrait aussi le rappeler à Ruth Elkrief,complétement "fan" de Macron.

Portrait de yenavraimentmarre
20/mai/2020 - 10h45

Quand on voit le niveau de BFM TV, il n'y a rien d'étonnant !

Portrait de Dédérinox
20/mai/2020 - 10h32
djbaxter a écrit :

Vers la fin de l'interview, c'était aussi marquant quand Ruth Elkrief a coupé la parole à Onfray pour lui poser une question... mais tout en hésitant, en cherchant sa question en même temps qu'elle parlait.. preuve qu'elle n'avait pas de question qui lui brûlait les lèvres, c'était juste sa manie de vouloir stopper la parole de l'interview. A sa place, je ne pourrai pas me retenir de leur dire, continuez à parler toutes seules entre vous, on se demande pourquoi vous invitez encore des gens pour des interviews si on ne peut pas en placer une.

Elle a réussi à couper la parole à Onfray ? 

Chapeau. 

Portrait de Dédérinox
20/mai/2020 - 10h31

Faut comprendre, Branco est une telle tête à claque.. 

23 personnes ont été choquées ? oh la la... 

Portrait de Climato
20/mai/2020 - 08h25 - depuis l'application mobile

Décidément ce comité n'est pas plus rapide que le CSA pour prendre des décisions évidentes. Cette interview était honteuse. Maintenant si Apolline l'écope de rien d'autre que d'une remontrance, ça ne sert à rien.