16/05/2020 13:31

Coronavirus - Après JCrew, Neiman Marcus et Stage Stores, c’est au tour de la chaîne de vêtements historique JCPenney de se mettre en faillite aux USA

Après JCrew, Neiman Marcus et Stage Stores, c’est au tour de la chaîne de vêtements JCPenney d’être terrassée par le coronavirus : l’entreprise a annoncé vendredi se placer sous le régime américain des faillites.

« Le coronavirus (COVID-19) a créé des défis sans précédent pour nos familles, nos êtres chers, nos communautés et notre pays », a affirmé la patronne de JCPenney Jill Soltau dans un communiqué. « Par conséquent, l’industrie américaine de la grande distribution vit une nouvelle réalité profondément différente, qui a contraint JCPenney à prendre des décisions difficiles dans la conduite de nos affaires », a-t-elle poursuivi. Déjà en grande difficulté avant la pandémie, la chaîne n’aura pas résisté au choc économique provoqué par le coronavirus. « Si nous avions travaillé en parallèle sur des options pour renforcer notre bilan et nos ressources financières, la fermeture de nos magasins en raison de la pandémie a nécessité un examen plus approfondi des moyens d’éliminer la dette impayée », explique Mme Soltau. Fondée en 1902 dans le Wyoming par James Cash Penney, la chaîne est devenue au fil du temps une institution de la grande distribution américaine. Elle a survécu à la Grande Dépression et s’est implantée lors de la seconde moitié du 20e siècle, dans les centres commerciaux géants, alors symboles de la société de consommation à l’américaine.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de hummerH2
16/mai/2020 - 13h50

Pour info, le mot faillite n'a pas la même notion et les mêmes conséquences aux USA qu'en France, et cela ne signifie pas que l'entreprise va disparaitre et tous les magasins fermer.

Il existe aux USA une loi sur la gestion des faillites qui concerne aussi bien les entreprises que les particuliers.

Dans le cas présent, l'entreprise s'est mis sous le chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis, qui permet aux entreprises de se réorganiser sous la protection de cette même loi, c'est à dire à l’abri des créanciers.

Placé sous la protection du chapitre 11, le débiteur garde, dans la plupart des cas, le contrôle de ses opérations, mais est soumis à la surveillance du tribunal. contrairement au chapitre 7, où l'entreprise est mise en faillite et cesse ses activités.

Cette procédure est disponible pour tous les types d'entreprises ainsi que pour les particuliers, bien qu'elle soit le plus souvent utilisée par les sociétés. smiley