23/04/2020 10:01

Coronavius: Et si vous ne pouviez pas changer de région après le 11 mai ? L'hypothèse fait son chemin dans le gouvernement - VIDEO

Emmanuel Macron a livré quelques indices sur le futur plan de déconfinement en évoquant des mesures plus ou moins rapides "selon les secteurs et selon les régions" lors de la visite d'un supermarché en Bretagne. Mais l'hypothèse d'une interdiction de changer de région après le déconfinement prend de l'ampleur.

"Il y aura peut-être sur certains sujets des étapes qui pourront se passer plus vite dans les endroits où le virus ne s'est pas répandu", a-t-il indiqué pendant cette visite, alors que l'exécutif prépare un déconfinement progressif en France à partir du 11 mai.

"La stratégie de tester, isoler, accompagner doit permettre d'endiguer les choses et d'éviter la montée d'une deuxième vague. On a besoin de faire baisser le nombre de cas quotidien dans le pays pour que ce soit gérable", a-t-il rappelé.

"On prépare une deuxième étape dont on ne sait pas combien de temps elle va durer, qui sera progressive, concertée, parfois lente, peut-être différenciée selon les secteurs d'activité ou selon les régions plus ou moins impactées", a-t-il poursuivi.

Les différents ministres concernés par le déconfinement ont remis mercredi à Matignon une première mouture de leurs plans sectoriels pour l'après 11 mai, qui seront intégrés d'ici la fin du mois dans un projet global aux allures de casse-tête.

"Il faut avoir des caps réguliers et être très prudent à chacun de ces caps, car on a pas envie de faire des étapes en arrière, a signifié M. Macron. Ca s'améliore tout doucement, c'est le fruit de l'effort inédit demandé à la nation. Il ne faut pas remettre en cause cet effort par un retour trop précipité" à la normale."

"Il faut reconquérir pas à pas et savoir aussi inventer quelques nouveaux horizons", a-t-il conclu.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ninie76700
23/avril/2020 - 12h58

Cela va trop loin, mes parents qui ont à peine 60 ans, sont à 1000km de moi, mes frères et des petits petits-enfants qui grandissent vite, donc nous ne les voyons plus pendant combien de temps encore ! Et une de mes grand-mère est à 700 km en maison de retraite, j'attend qu'elle soit morte sens la revoir ? 

Il sont où les droits de l'homme !!!

Portrait de quiditmieux
23/avril/2020 - 11h34

Encore une idée viable sur papier mais impossible en réalité. Comment vont faire les limitrophes, ceux qui habitent une région et travaillent dans l'autre ? 

Portrait de Alexdelouest
23/avril/2020 - 11h29

Nous avons donc la preuve que Macron n’a jamais lu la constitution. Après le confinement par âge, cette fois si, restriction du déplacement inter régional. Discriminatoire et contre la liberté de circulation, c’est impossible. On ferme nos frontieres locales mais les frontières nationales sont grandes ouvertes ! Je suis sûr qu’un Bordelais pourra aller en Espagne sans soucis si cette interdiction liberticide est appliquée.  

Portrait de Jclaude
23/avril/2020 - 11h20
censure64 a écrit :

Si de nombreux Français ont réussi à changer de région pendant le confinement pour rejoindre leur maison secondaire, je vois pas pourquoi ceux qui ont obéi et sont restés sur leur lieu de confinement ne pourraient pas rejoindre leur maisons secondaire pendant le déconfinement. Les régions à risque sont une piste, mais ne donnons pas raison à ceux qui ont bravé le confinement en pénalisant les plus civiques des Français qui ont eu aussi envie de rejoindre leur maison familiale pour l'entretenir un minimum.

Bien dit il n'y a pas plus à rajouter

 

Portrait de censure64
23/avril/2020 - 10h31

Si de nombreux Français ont réussi à changer de région pendant le confinement pour rejoindre leur maison secondaire, je vois pas pourquoi ceux qui ont obéi et sont restés sur leur lieu de confinement ne pourraient pas rejoindre leur maisons secondaire pendant le déconfinement. Les régions à risque sont une piste, mais ne donnons pas raison à ceux qui ont bravé le confinement en pénalisant les plus civiques des Français qui ont eu aussi envie de rejoindre leur maison familiale pour l'entretenir un minimum.