09/04/2020 07:00

La star des jeux télé, Christian Quesada a été condamné, hier soir, à trois ans de prison ferme, avec maintien en détention et cinq ans de suivi socio-judiciaire

Christian Quesada a été condamné hier soir à trois ans de prison ferme, avec maintien en détention, cinq ans de suivi socio-judiciaire une fois sa peine purgée et une inscription au fichier des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS). En cas de non-respect du suivi sociojudiciaire, il risque 3 ans d'emprisonnement. L'ex-candidat star de l'émission des 12 Coups de midi a été reconnu coupable de corruption de mineures sur quatre jeunes filles et de détention d'images pédopornographiques. La circonstance aggravante de l'utilisation de communications électroniques a également été ajoutée au dossier.

La condamnation est relativement conforme aux réquisitions du parquet, qui avait demandé trois ans de prison ferme et six ans de suivi socio-judiciaire. Christian Quesada était jugé en récidive légale.

Plus tôt dans la journée, l'avocat du prévenu avait subitement quitté le tribunal peu de temps avant l'audience virtuelle pour un « désaccord d'opinion » avec son client. Me Christophe Camacho « s'était entretenu confidentiellement avec M. Quesada par visioconférence avant l'audience, et des divergences ont dû apparaître entre son client et lui. Il a quitté le palais avant l'audience », a indiqué à l'Agence France-Presse le procureur de la République Christophe Rode, confirmant une information du Progrès.

En perquisitionnant au domicile de Christian Quesada, les gendarmes avaient découvert plus de 30.000 images pédopornographiques. En 2009, Christian Quesada avait déjà été condamné à 10 mois de prison avec sursis à Créteil (Val-de-Marne) pour les mêmes motifs.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de carino
9/avril/2020 - 07h17

Peine justifiée et suivi aussi important   j'aurais condamne à de la prison et ensuite un internement définitif mais je pense qu'ils ne l'ont pas fait en raison de la renommée médiatique de l'individu . Il aurait risqué le lynchage dans l'institution ....

Une question reste tout de même sans réponse ! Qui a fourni ce matériel horrible à cet énergumène ... Il faut démanteler le réseau !