22/03 14:01

VIRUS - Pendant la crise sanitaire, pour regarder des films et des séries, les internautes redécouvrent les plateformes vidéo: Netflix, Disney+, Amazon Prime...

   Par Séverine ROUBY

Disney+ vient étoffer une sélection de plus en plus fournie de plateformes américaines disponibles en Europe, sans compter les nouveaux acteurs locaux comme le français Salto qui se lancera en juin.

Le pionnier Netflix

Ancien service de location de DVD par abonnement, l'américain Netflix s'est lancé dans la vidéo à la demande en 2007, puis est parti à la conquête du monde au début des années 2010 (2014 en France). Avec plus de 167 millions d'abonnés dans 190 pays, la plateforme a réussi à imposer ses séries et films dans les plus grands festivals et produit désormais également des documentaires et des programmes de flux (jeux, divertissements, magazines).

Pour 11,99 euros par mois, les abonnés ont accès à un catalogue pléthorique (4.500 titres en France selon le CNC, bien plus aux Etats-Unis, 47.000 épisodes de séries et 4.000 films selon Ampere Analysis), mais avec une petite proportion de programmes exclusifs et inédits. Ses grands succès : "House of Cards", "La Casa de papel", "Stranger Things", "The Witcher" ou le dernier Scorsese, "The Irishman".

Amazon Prime video

Le géant du e-commerce lance en 2006 son service de streaming mais ce n'est qu'en 2016 qu'il attaque véritablement l'international. Aujourd'hui disponible dans plus de 200 pays, il revendique 150 millions d'abonnés. Dans certains pays comme la France, il est inclus avec l'abonnement premium d'Amazon, sinon il coûte 5,99 euros par mois. Son catalogue est également très bien fourni avec 12.000 films et 50.000 épisodes de séries aux Etats-Unis et plus de 1.300 titres en France.

Documentaires de sport ou émissions de téléréalité (la version française de Love Island, qui a dû être interrompue pour cause de coronavirus), la plateforme a aussi un projet d'adaptation sérielle du "Seigneur des anneaux" à plus d'un milliard de dollars. Ses grands succès: les séries "Transparent", "The Man in the High Castle", l'émission "The Grand Tour" (par les anciens de "Top Gear").

Apple TV 

Lancée en novembre dans une centaine de pays, la plateforme de séries et films de la marque à la pomme, s'est positionnée comme l'une des moins chères du secteur: 4,99 euros par mois et un an offert pour l'achat d'un ordinateur ou téléphone de la marque.

Avec un tout petit catalogue (une première vague d'une dizaine de séries et une quinzaine annoncées) constitué uniquement de contenus inédits, Apple mise sur les stars: Reese Witherspoon et Jennifer Aniston se donnent la réplique dans "The Morning Show", Oprah Winfrey anime une nouvelle émission, le réalisateur du "Sixième Sens" Night Shyamalan est aux manettes de la série "Servant", et Steven Spielberg de la série "Amazing Stories".

Peacock et HBO Max 

Deux maxi poids-lourds préparent leur service de streaming pour cette année : NBCUniversal et WarnerMedia. Le premier prévoit de lancer Peacock en avril, accessible en partie gratuitement et financé par la publicité, avec 15.000 heures de programmes: des séries populaires comme "New York, police judiciaire", "Downton Abbey", "Will & Grace" mais aussi des remake de séries des années 80 et 90 ("Sauvés par le gong", "Punky Brewster"). En Europe, le groupe s'appuiera sur Sky, autre filiale de Comcast.

Le second lancera HBO Max en mai à 14,99 dollars par mois, avec un catalogue très riche (10.000 heures) contenant séries HBO et catalogue de Warnermedia: "Game of Thrones", "South Park" ou "Friends" (avec un nouvel épisode spécial), l'offre vise d'abord le continent américain puis l'Europe dans un second temps.

Disney+ et Hulu

Disney+ compte près de 29 millions d'abonnés avant son lancement dans 8 nouveaux pays le 24 mars. A 6,99 euros par mois, le service vise les familles avec ses classiques et ses franchises (Star Wars, Marvel...). Disney est aussi majoritaire dans Hulu ("La servante écarlate") présent aux Etats-Unis et au Japon (plus de 30 millions d'abonnés) qui sera "à terme lancé en Europe et très certainement en France", selon le dirigeant interrogé par l'AFP.

Ailleurs sur le web

Vos réactions